Perry, Anne «Un Noël en Sicile» (2017)

Série  « les petits crimes de Noël»

160 pages – Format : POCHE – 10/18 – nov. 2017

Résumé : Île de Stromboli. Le solitaire James Latterly arrive à son petit hôtel en espérant que le ciel bleu, la douce brise et l’esprit de Noël lui changeront les idées. Malheureusement, la compagnie – un auteur pompeux, un colonel guindé, des époux mal assortis et un vieillard malade – se révèle d’un ennui mortel. À une charmante exception près : Candace Finbar, jeune adolescente orpheline qui prend James sous son aile et lui fait découvrir toutes les beautés de l’île. Mais le ciel limpide de Sicile se voile bientôt de nuages menaçants : une violente querelle, un gentleman désagréable qui clame être suivi, le volcan qui commence à s’agiter… Puis c’est le coup de tonnerre : un corps est découvert, et James comprend que le tueur doit se trouver parmi les clients de l’hôtel.

« Les romans à mystère de Noël d’Anne Perry sont un cadeau qu’on attend chaque année. »The Wall Street Journal

« Anne Perry est l’une des rares auteurs à pouvoir livrer un conte de Noël poignant à partir d’un meurtre, d’un orphelin et d’un volcan en éruption. » The Washington Times

 

Mon avis : Comme chaque année, un personnage – en général secondaire – est mis en lumière dans un petit conte/mystère de Noel. Ici nous faisons une escapade en Sicile, sur les pentes du volcan Stromboli. Cela tombe doublement bien pour moi. Petite je voulais devenir vulcanologue et j’ai toujours été fascinées par ses forces de la nature et leurs sursauts ou leurs réveils. L’intrigue passe au second plan. Le frère d’Hester et la jeune Candace sont des personnages de la 23ème enquête de William Monk «Meurtre en écho»

 

Extraits :

[…] ce volcan est comme beaucoup de personnes âgées. Il se plaint et parle fort, mais il ne fait pas grand-chose.

— Oh, mon Dieu ! s’exclama James, amusé. Est-ce là l’opinion que vous avez des personnes âgées ? Du bruit et de la fureur, mais pas la moindre substance ?

[…] une des erreurs fréquentes de la vie consistait à juger le fond d’une personne en se fiant à son apparence, ou à quelque chose d’aussi éphémère que le sentiment qu’on en avait, avant de savoir si on l’appréciait ou pas.

Le ciel, la mer, le feu au centre de la terre, là juste sous vos pieds… Tout cela donne un sentiment d’éternité qu’on ne saurait imaginer ailleurs. Pas étonnant que les Anciens aient cru à des dieux auxquels nous faisons seulement semblant de croire… Ils ressentaient l’immensité de la création ! Nous, nous restons poliment assis en rangs dans des églises construites par des hommes et nous parlons de règles… Je vous recommande à tous de monter aussi haut que vous le pourrez pour contempler les merveilles du monde.

On peut avoir toutes sortes de rêves passionnés, des blessures intérieures, sans que personne les connaisse… à moins qu’on les laisse voir.

Il n’avait jamais le moindre mot insultant, il disait juste : « Ça ne va pas. » Il voulait dire par là qu’une telle chose n’aurait pas dû être permise, que c’était inacceptable… « Inacceptable » était le pire mot à ses yeux. Il signifiait que vous étiez fini.

Quand on répond à une question par une autre question, c’est en général qu’on cherche à cacher quelque chose !

 

Page récapitulative : Perry, Anne « les petits crimes de Noël»

One thought on “Perry, Anne «Un Noël en Sicile» (2017)”

  1. J’adore lire (en décembre-janvier bien sûr) les mystères de Noël d’Anne Perry
    Sympa de faire un peu mieux connaissance avec le frérot d’Hester. Juste dommage que j’avais déjà lu « Meurtre en écho » et donc d’avoir une petite idée de l’histoire générale mais bon, ça va quand même parce que c’est plaisant à lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *