DESTINATION : L’ART dans les romans et les polars

DESTINATION : L’ART dans les romans et les polars

Les chefs d’œuvre de la peinture intriguent, nécessitent des expertises, attirent les faussaires, les voleurs… De quoi donner matière aux auteurs de romans policiers.

Depuis la nuit des temps, l’homme a développé sa fibre créative et artistique, recouvrant ses cavernes d’illustrations. Bien des siècles plus tard, de talentueux génies, capables de créer de la lumière et des ambiances à travers leurs toiles, exposent dans les plus grands musées du monde. Si l’art est une valeur universelle, elle nourrit également de folles convoitises, et l’appétit des plus grands secrets. L’art fait partie des 3 plus importants trafics que connaît notre monde et alimente autant les faits divers que la plume des auteurs de fiction parfois très audacieux.

Vous trouverez ici une liste non exhaustive de titres classés par mouvement artistique (et sa définition) ainsi que l’artiste mis en valeur dans le roman et d’autres références ayant la peinture pour thème.

Source  :  http://polar.zonelivre.fr/peinture-roman-policier/

 (j’ai un peu complété/modifié … pas que les polars, les romans aussi )

 

L’ART BAROQUE

C’est le refus de l’illusion réaliste classique. C’est l’expression des émotions. Ce sont des compositions privilégiant le mouvement, le désordre et l’accumulation.
Le terme baroque désigne une forme d’art, née en Italie, qui s’épanouit entre la fin de la Renaissance et le retour au classicisme. Dominant l’art et l’architecture de l’Europe au XVIIe s. et dans la première moitié du XVIIIe s., son influence se poursuit en Amérique latine jusqu’à l’aube du XIXe s. (Encyclopédie Larousse)
Olivier BOISSON : La brume t’emportera (Cohen & Cohen) : Diego VELASQUEZ
Hugo BUAN : La nuit du tricheur (Pascal Galodé) : Georges DE LA TOUR
Tracy CHEVALIER  « La Jeune Fille à la perle » Johannes ou Jan Van der Meer, dit Vermeer ou Vermeer de Delft
Alex CONNOR : La trahison de Rembrandt (Prisma) : REMBRANDT 
Marie DEVOIS : La jeune fille au marteau (Cohen & Cohen) : CARAVAGE
Francesco FIORETTI : Dans le miroir du Caravage (HC Editions) : CARAVAGE  
Nicholas GAGE : Du vent dans les toiles (Gallimard) : Pierre Paul RUBENS & Gérard TER BOCH
Neil GRIFFITHS : Le sauveur (Presses de la Cité) : CARAVAGE
Yves JOSSO : Les Captifs de Cornouaille (City) : CARAVAGE
Jörg KASTNER : La couleur bleue (Points) : REMBRANDT 
Jo NESBO : Chasseur de têtes (Folio policier) : RUBENS  
Elvin POST : Faux et usage de faux (Points) : REMBRANDT
Matt REES : Un nom de sang (City) : CARAVAGE
Daniel SILVA : L’affaire Caravaggio (Harper Collins) : CARAVAGE
Jean-Pierre SIMONI : Noir d’ivoire (Editions Sudarènes) : CARAVAGE
James TWINING : L’affaire Caravage (City) : CARAVAGE  
Patrick WEILLER : Saisis au vol (Cohen & Cohen) : CARAVAGE
Marc WELINSKI : Blue Velasquez (Daphnis et Chloé) : VELASQUEZ

 LE CUBISME

C’est la représentation d’un même motif sous tous ses angles et toutes ses faces. Se caractérise par l’emploi de matériaux divers disposés et collés sur la toile.
Courant artistique qui apparaît en France vers 1906-1907 et se développe dans les années 1910. (Encyclopédie Larousse)
 Pieter ASPE : Le tableau volé (Albin Michel, Le livre de Poche) : Pablo PICASSO  
Beatrice EGEMAR : Elle posait pour Picasso (Gulf Stream Editeur) : Pablo PICASSO
Andreu MARTIN : Pour l’amour de l’art (10-18 Grands Détectives) : Pablo PICASSO

LE FAUVISME

C’est une vision d’une nature modelée par le monde intérieur de l’artiste. Se caractérise par l’usage de plages de couleurs pures, souvent violentes et intensément lumineuses.
Mouvement pictural français du début du xxe s. Né en 1904, disparu quatre ans plus tard sans constituer à proprement parler une école ni élaborer une doctrine, le fauvisme rassemble des artistes préoccupés par la création d’un nouveau langage pictural, essentiellement fondé sur la couleur. (Encyclopédie Larousse)
Jean-Luc BANNALEC : Un été à Pont-Aven (Presses de la Cité, Pocket) : Paul GAUGUIN 
Marie DEVOIS : Gauguin mort ou vif (Cohen & Cohen) : Paul GAUGUIN
Maurice GOUIRAN : La nuit des bras cassés (Jigal) : Paul GAUGUIN
Michel LEBRUN : Reproduction interdite (Presses Pocket) : Paul GAUGUIN
  

LA FIGURATION NARRATIVE

C’est une critique de la société moderne consumériste ancrée dans l’actualité. C’est une mise en scène et un cadrage quasi cinématographique.
La figuration narrative est un mouvement artistique apparu, principalement dans la peinture, au début des années 1960 en France, dans le cadre du retour à la nouvelle figuration et en opposition à l’abstraction et aux mouvements contemporains du nouveau réalisme et du pop art, auquel elle est néanmoins associée.
 Harry BELLET : Carré noir (Cohen & Cohen) : Gérard FROMANGER

  L’IMPRESSIONISME

C’est la reconstitution du monde par touches colorées et lumineuses. Une attention extrême est portée aux variations de lumière et aux jeux de reflets.
Tendance artistique caractérisée par une vision émotionnelle et subjective du monde, qui s’affirme notamment dans le premier quart du XXe s. (Encyclopédie Larousse)
Henri BONETTI : Monet, Money (Cohen & Cohen) : Claude MONET
Michel BUSSI :  Nymphéas noirs (Presses de la Cité, Pocket) : Claude MONET 
Marie DEVOIS : Van Gogh et ses juges (Cohen & Cohen) : Vincent VAN GOGH
Ted ESCOTT : Monet is money (Métailié) : Claude MONET
Adrien GOETZ : Intrigue à Giverny (Le livre de poche) : Claude MONET  
Bertrand PUARD : Requiem pour Cézanne (Belfond) : Paul CEZANNE
David RAMUS : Monsieur Tanaka aime les nymphéas (Points) : Claude MONET  
Jean-Jacques REBOUX : De Gaulle, Van Gogh, ma femme et moi : Vincent VAN GOGH
Frédéric REVEREND : La drolatique histoire de Gilbert Petit-Rivaud (Lajouanie) : Claude MONET

LE NEOCLASSICISME

C’est la remise au goût du jour de l’histoire romaine antique et de sa grandeur. C’est une représentation réaliste des décors et des détails anatomiques où la forme prime sur la couleur.
Le néoclassicisme se développe dans une grande partie de l’Europe, ainsi qu’en Amérique du Nord, entre les années 1760 et 1830. Son caractère principal est l’imitation ou plutôt l’interprétation sévère des formes gréco-romaines. Ce nouveau classicisme prend naissance en réaction aux outrances du rococo, prolongement tardif du baroque qui se diffuse à travers toute l’Europe (Grande-Bretagne mise à part). (Encyclopédie Larousse)
 Patrick WEILLER : Varvara (Cohen & Cohen) : Elisabeth VIGEE LE BRUN

 LE RÉALISME

C’est la peinture objective de la dureté du monde contemporain.
Tendance littéraire et artistique du XIXe s., qui privilégie la représentation exacte, tels qu’ils sont, de la nature, des hommes, de la société. (Encyclopédie Larousse)
 
Régis DESCOTT : Obscura (Le Livre de poche) : MANET :
Martin SUTER : Allmen et les dahlias (Bourgois, Points) : FANTIN- LATOUR 

 LA RENAISSANCE

L’art de la Renaissance est le désir affirmé de placer l’homme au centre de la connaissance. Il se caractérise par le respect des proportions et l’introduction de la perspective.
Mouvement de rénovation culturelle et artistique qui prit sa source en Italie au XVe s. et se répandit dans toute l’Europe au XVIe s. (Encyclopédie Larousse)
 Chauveau, Sophie : Trilogie :
1. La Passion Lippi, (Télémaque, 2003)
2. Le rêve Botticelli (Télémaque 2005)
3. L’obsession Vinci (Télémaque 2007)
 
Pieter ASPE : Le tableau volé (Albin Michel, Le livre de poche) : Jérôme BOSCH 
Peter DEMPF : Le mystère Jérôme Bosch – ( Cherche Midi)  RL2017 : 
Marc BACONNET : La boîte noire (Cohen & Cohen) : Jan VAN EYCK
Jean-Pierre BERNHARDT : Le vol du Jocond (Cohen & Cohen) : Léonard DE VINCI
Pierre BOILEAU : Le repos de Bacchus (Le Masque) : Léonard DE VINCI
Olivier BOISSON : La brume t’emportera (Cohen & Cohen) : Jérôme BOSCH, Pieter BRUEGHEL
Ronald BONAN : Hamadryas (Editions Fragrances) : DÜRER
Dan BROWN : Da Vinci Code (Lattès, Le livre de poche) : Léonard DE VINCI 
Didier CONVARD : Michelangelo et le banquet des damnés (Fayard, Le livre de poche) : MICHEL ANGE 
CHEVALIER, Tracy « La Dame à la licorne» (La tapisserie début du XVIe siècle)
Le Ninèze, Alain : Libica :  Michel-Ange et la Sibylle (actes Sud 2014) MICHEL ANGE 
De Récondo, Léonor «Pietra viva» (08/2013)  MICHEL ANGE 
Enard, Mathias « Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants » (2010) MICHEL ANGE 
Didier CONVARD : Vinci et l’ange brisé (Fayard, Le Livre de poche) : Léonard DE VINCI
Nino FILASTO : Cauchemar de dame (Gallimard) : Paolo UCCELLO  
Susana FORTES : Le complot Médicis (Héloïse d’Ormesson, 10-18) : Pierpaolo MASONI 
Christian JACQ : Les enquêtes de l’inspecteur Higgins vol.8, Mourir pour Léonard (J. Editions) : Léonard DE VINCI  
Eun LEE : Les rats du musée (Philippe Picquier) : GIORGIONE
Herbert LIEBERMAN : La fille aux yeux de Botticelli (Points) : BOTTICELLI
Guillaume MUSSO : Skidamarink (Anne Carrière) : Léonard DE VINCI 

Maurice RHEIMS : les greniers de Sienne : Sassetta, (Stefano di Giovanni di Consolo da Cortona (1394-1450)
Arturo PEREZ-REVERTE : Le tableau du maître flamand (Le livre de poche) : Pieter HUYS  
Thomas SWAN : L’affaire Da Vinci (Editions Libre Expression) : Léonard DE VINCI
Patrick WEBER : La vierge de Bruges (Editions du Masque)
Patrick WEILLER : Le triomphe de la mort (Cohen & Cohen) : BRUEGEL

LE ROMANTISME

C’est une représentation subjective et sensible de la réalité. C’est une réaction parfois violente contre la tradition classique, l’ordre et la primauté de la raison. L’attention est portée aux paysages étranges et mélancoliques, chargés d’émotion et de sentiments passionnés.
Le Romantisme regroupe différentes expressions d’un courant d’idées qui, à partir de la fin du XVIIIe siècle, fait prévaloir le sentiment sur la raison et l’imagination sur l’analyse critique. (Encyclopédie Larousse)
 Olivier BOISSON : La brume t’emportera (Cohen & Cohen) : Francisco de GOYA & Théodore GERICAULT
Marie DEVOIS : Turner et ses ombres (Cohen & Cohen) : TURNER
Isabelle MIMOUNI : Le silence de Saturne (Cohen & Cohen) : Francisco de GOYA

 LE SUPREMATISME

C’est un courant qui participe au mouvement plus large de l’Avant-Garde russe en nous plongeant dans une abstraction absolue. C’est une peinture libérée de toute représentation. Dans une recherche de sensibilité picturale pure, la couleur n’est travaillée que pour elle-même.
Le nom de ce mouvement d’avant-garde russe dérive du mot » suprême  » et reflète les idées de Malévitch, son chef de file. (Encyclopédie Larousse)
 Harry BELLET : Carré Noir (Robert Laffont) : Kasimir Severinovitch MALEVITCH
Adam BIRO : Cadavres noirs sur fond rouge (Cohen & Cohen) : Kasimir Severinovitch MALEVITCH

 LE SURREALISME

C’est la volonté de représenter l’espace du rêve et de l’imaginaire, parfois de façon cocasse.
Mouvement artistique, né en France, qui a connu son apogée dans l’entre-deux-guerres sous l’impulsion d’André Breton. (Encyclopédie Larousse)
 Michel BRICE : La muse du peintre fou (Vauvenargues) : Salvador DALI
Miranda L. COLDEPIE : Les larmes de Pierre VOL.1 Les souriants (Editions du Malin) : Joan MIRO
Gregorio LEON : L’ultime secret de Frida K. (Les escales, Pocket) : Frida KAHLO 

 
 XXème :

Violette CABESOS : Portrait du groupe avec parapluie (AM) – grands peintres du XXe siècle, du Bateau-Lavoir de Montmartre à la Ruche de Montparnasse.

Philippe Besson : L’arrière saison (Edward Hopper)

AUTRES…
Romans policiers qui mettent en avant d’autres artistes (existant ou fictifs) ou d’autres courants artistiques.
Juan APARICIO-BELMONTE : Lopez, Lopez (Buchet Castel) le monde des faussaires
Tonino BENACQUISTA : Trois carrés rouges sur fond noir (Folio) : criminalité et peinture
Henri BONETTI : L’odeur du ciel (Cohen & Cohen)
Chauveau, Sophie : Fragonard. L’Invention du bonheur, Paris, SW Télémaque (Éditions) 2011
Samuel DELAGE : Arrêt Wagram (Nouveaux Auteurs)
Samuel DELAGE : Code Salamandre (Belfond) 
Bertrand DELCOUR : Le baroud andalou (Hachette)
Joseph HONE : Une ombre au tableau (Baker Street)
Greg ILES : La femme au portrait (Le livre de poche)
He JIAHONG : Le mystérieux tableau ancien (Aube Noire) 
Mari JUNGSTEDT : Le dandy mourant (Du Rocher)
Ingrid KLUPSCH : Un peintre en cage (Ravet-Anceau)
Gérard LAPAGESSE : L’art et la bannière (Baleine)
Jacques LAVERGNE : Peinture au pistolet à Céret (Mare Nostrum)
Valérie LYS : L’enfant pétrifié (Editions du Palémon)
Luc MARMION : Le vol de Lucrèce (Pavillon Noir)
Adrian MATHEWS : Le tableau de l’apothicaire (Points)  
Marc MICHEL-AMADRY : Monsieur K (Héloïse d’Ormesson, Pocket)
Massimo NAVA : Le nu au coussin bleu (Editions des falaises)
Ian PEARS : Le portrait (10-18) 
Ian PEARS : Série Flavia Di Stefano (10-18) 
Patrick PECHEROT illustré par Joe PINELLI : Dernier été (Les petits polars du monde)
George PELECANOS : Le double portrait (Le livre de poche) 
Louise PENNY : Une illusion d’optique (Actes Noirs)
Elena PIACENTINI : Art Brut (Ravet-Anceau) : Francis BACON
Thierry PICQUET : Peau de peinture (Editions du petit pavé)
Bertrand PUARD : La Trilogie Bleu Blanc Sang (Hachette Romans)
Ian RANKIN : Portes ouvertes (Le livre de poche) 
Richard STE-MARIE : Repentir(s) (Alire)
Emmanuel SYS : Le Chagall d’Armentières (Ravet-Anceau)
Donna TARTT : Le Chardonneret (Pocket)
Bernard THILIE : Nuit de Chine (Ravet-Anceau)
Monique VEAUTE & Colette VEAUTE : Veneto Mori (Michel de Maule)
Marc VILLARD : Jean-Michel de Brooklyn (Cohen & Cohen) : Jean-Michel BASQUIAT
Patrick WEILLER : Le jugement de Salomon (Cohen & Cohen)
Claude MERLE : L’ange sanglant
Laurence VENTURI – Le Tableau – 2016 (Modigliani)  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *