Le Scorpion et l'Egypte

 

Le scorpion jaune était un insecte très redouté des anciens Egyptiens. Bien qu'il n'attaque pas, il pique celui qui le touche par inadvertance, et sa piqûre peut être mortelle; amulettes et formules magiques étaient utilisées pour se protéger contre cette dangereuse piqûre et la guérir. Dès la fin du prédynastique on trouve des représentations de scorpions et la période thinite a fourni quelques amulettes aux formes de scorpions. Divinisé, l'insecte devient le symbole de la déesse Selkis; cependant, dans les représentations hiéroglyphiques des tombes, sa queue armée du redoutable dard est supprimée, afin qu'elle ne puisse pas piquer le défunt dans le cas ou la représentation s'animerait magiquement.

A la fin de la période préhistorique, il servit à désigner le nom d'un roi de Haute Egypte.  (Dictionnaire de la civilisation Egyptienne de Guy Rachet)

 

FONCTION : Repousseur de Scorpions

Le site d'Ayn Soukhna se trouve sur la côte du golfe de Suez. Ce site fut occupé tant au Moyen Empire qu'au Nouvel Empire."Une petite stèle gravée mentionne notamment un certain nombre de fonctionnaires impliqués dans les opérations engagées sous le règne d'Amenemhat III, peut-être après un abandon prolongé du site : des scribes, un porteur de sceau et un repousseur de scorpions du nom d'Ity. La fonction de la présence de ce fonctionnaire au titre imagé est en soi instructive : la documentation montre en effet que les repousseurs de scorpions avaient essentiellement des fonctions rituelles, et que leur travail était de consacrer de nouveau des espaces sacrés longtemps délaissés. Il est en outre intéressant de notre que ce personnage est également très bien connu dans les sources du Sinaï, puisqu'il apparaît dans deux inscriptions votives du ouadi Amghara, toujours en l'an 2 d'Amenemhat III." (Pierre Tallet : Sésostris III et la fin de la XIIème dynastie, pages 140-141-146-149)

Les repousseurs de scorpions sont des prêtres-ouâb de Sekhmet (prêtres, érudits, médecins, lettrés, magiciens ...). Il s'agit ici d'un de leur titre, le kherep Serket, ou conjurateur de la déesse Serket, symbolisée au nouvel empire par un scorpion. Ils peuvent (théoriquement) guérir les morsures ou piqûres d'animaux dangereux, et participent à des cérémonies, diverses et variées.
 

FONCTION : Conjurateur de Serqet

 A travers ses prêtres spécialisés, les "Conjurateurs de Serqet", la déesse Selkis/Serqet joue un rôle  important dans la guérison  des piqûres et morsures  des animaux venimeux et dans certains rituels de protection du temple.

Dans son livre "Les Prêtres de l'ancienne Egypte", Serge Sauneron fait état de ces prêtres.
"D'autres prêtres étaient plus spécialisés. Si Sekhmet, la déesse lionne redoutable, pouvait envoyer les maladies, elle pouvait aussi les rappeler à elle : aussi son prêtre, le supérieur des prêtres de Sekhmet, est-il renommé pour ses connaissances médicales, spécialisés du reste dans les maladies d'animaux, on peut le considérer un peu comme un vétérinaire.... Parallèlement, le prêtre de Selqit, la déesse scorpion, était particulièrement apte à guérir les maux résultant des piqûres venimeuses."
(Page 181 (ed. du Seuil 1998)

 

Notes prises par Beset, membre du Forum de DDChampo,  lors de la conférence de Mr GOYON à Grenoble le 12 janvier 2008 sur le sujet "SERPENTS, SCORPIONS, VERMINE" :

Evoquons des histoires de serpents et de scorpions…
Serge SAUNERON, dans les années 1960, avait trouvé au musée de Brooklyn un lot de papyrus ramenés par WILBOUR : c’était les archives sacerdotales d’une Maison de Vie de la région d’Héliopolis. Parmi ces archives, il y avait un traité d’ophiologie qui décrivait les ophidiens et quelques arachnides.
Trente ans ont été nécessaires pour élucider ce document, ramassis d’une littérature extraordinaire vouée à la conjuration du reptile et du scorpion et à leurs ennemis dont l’ichneumon. Peu à peu, ces animaux sont passés dans l’univers fantastique.
Replaçons-nous dans un univers où ces animaux étaient en grande abondance…

- Le scorpion jaune (Androctomus Australus) dont la piqûre donne de violentes fièvres. C’est un animal dangereux, un être qui peut tuer mais c’est aussi un moyen d’action du divin. En effet, le scorpion chasse le scorpion instaurant un système d’équilibre. C’est une force brute négative face à une force pleine positive.
Il existe des charmes contre les scorpions : Papyrus Leyde I, 349, II, 1-4 (XXè dynastie) dont le titre est « Autre conjuration du scorpion » : « Voici que je sors au crépuscule … enrubanné d’uraeus ! … Toi (scorpion) … ne m’attaque pas ! … Vois, je suis le petit enfant de Rê … et c’est moi qui conjure les scorpions ! »
Cependant, devant le danger naturel, la meilleure protection était la fuite.
Dans la pensée égyptienne, il y a une bipolarité de la puissance divine, spécifiée dans des personnalités divines. Les dieux sont des situations du divin répondant à des situations précises. Isis dupe Rê pour connaître le principe créateur de la vie. Pour atteindre son but (savoir comment le créateur réussit à faire surgir la vie), Isis prend la forme d’un scorpion. Rê subit les affres du venin : il a même de la bave aux lèvres. Isis reprend son apparence et lui demande de lui donner la clé du secret. Rê révèle son nom : il prend conscience que le pouvoir négatif perd son contrôle. Isis lui rend la vie et devient ainsi la « magicienne imposante » qui dompte tous les êtres venimeux et accorde la vie à ceux qu’elle aime.
Il existe une Isis au scorpion de Nubie et de Haute Egypte dont l’iconographie disparaît après la XVIIIè dynastie. Dans la tombe Tht 217 (Gournet Mouraï) d’Amenemone, nous pouvons voir la reine Tiyi portant une coiffure extraordinaire où est figuré un scorpion descendant verticalement entre deux uraeus symbolisant la puissance dominatrice des menaces contre la vie. Tiyi est mise en situation d’Isis protectrice de la vie. Ensuite, l’Isis qui donne la vie change : le scorpion ne descend plus verticalement.
De nombreux termes sont attribués au scorpion et correspondent à des onomatopées en relation avec le bruit qu’il peut faire : Ttt, tt…
Sur la statue guérisseuse Naples 1065, sont figurés Isis-scorpion (et non plus au scorpion), Rê-Horakhthy avec un scorpion aux fesses et une déesse au corps de scorpion dont les pattes ont des mains humaines et qui porte des attributs d’Hathor.
Attention, l’Isis au scorpion n’est pas Selkis. D’ailleurs, l’emblème de Selkis est une nèpe ou scorpion d’eau. Selkis est associée aux viscères respiratoires (trachée et poumons) quand elle est protectrice d’un canope. [La nèpe dégage le gosier]

- Horus sur les crocodiles maîtrise tous les animaux dangereux du désert. Cela remonte à une tradition égyptienne qui met en place l’enfance d’Horus dans les marais de Chemnis. Par ailleurs, plus on lave une piqûre / morsure, plus le venin est éliminé ce qui explique pourquoi l’on faisait couler de l’eau sur les stèles prophylactiques. Ainsi, les Egyptiens utilisaient l’eau agrémentait du pouvoir du verbe divin : le liquide ruisselle sur la stèle et se charge de la vertu des textes.
Stèle Metternich VI, 59 : « Je suis Isis, dame des sortilèges, qui met en œuvre les sortilèges en disant : « obéis-moi toute gueule qui mord. Tombe au sol venin du scorpion… » Suit une liste des différents scorpions sous forme d’onomatopées où sont évoqués le bruit qu’il fait ainsi que sa furtivité. Au verso de la stèle, il y a toute une série de figures prophylactiques dont Isis-scorpion dont sa spécificité est d’intervenir contre l’arachnide.

- Allons à Esna pour regarder la transposition des éléments naturels dans le ciel par le biais des plafonds qui possèdent des représentations astronomiques. Parmi les éléments de la section nord, nous avons la constellation du scorpion. C’est un zodiaque d’importation neuve car l’intégration du scorpion appartient déjà au ciel égyptien. C’est une constellation avant d’être un zodiaque. Le scorpion appartient à Isis comme conjuration des puissances négatives de la nuit.


Serge Sauneron : "Les Prêtres de l'ancienne Egypte"
Yvan Koenig : "Magie et Magiciens dans l'Égypte ancienne"
Pierre Tallet : "Sésostris III et la fin de la XIIème dynastie"
Frederique Von Känel : Les prêtres ouâb de Sekhmet et les conjurateurs de Serket
Notes de la Conférence de Mr GOYON à Grenoble le 12 janvier 2008 sur le sujet "SERPENTS, SCORPIONS, VERMINE"ppar Beset, membre du Forum de DDChampo
Bruno Halioua : La medecine au temps des pharaons
des articles en anglais de Ancient Egypt magazine : Serpents et scorpions
Frédéric Rouffet, « Le « Venin éconduit » ou les dangers de son expulsion (O. DeM 1046) », ENIM 2, 2009, p. 1-8. (sur internet)

 

Le scorpion et l'Egypte  - la déesse scorpion Selkis    - Nubie : La déesse Isis-Scorpion -

le roi Scorpion  - les représentations du scorpion en Egypte Ancienne  - Mythes et légendes

Livres des Morts : Evocation de la déesse Selkis  - Fonctions liées au scorpion: repousseur de scorpion, Conjurateur de Serqet

 

  retour à Site du scorpion                                            retour à page EGYPTE

 

retour à Centres d'intérêts