Lenormand, Frédéric «Mademoiselle Chon du Barry» (1996)

Lenormand, Frédéric «Mademoiselle Chon du Barry» (1996)

Mademoiselle Chon du Barry ou Les surprises du destin

Résumé : Comment réussir quand on est pauvre et laide dans un monde où rien ne se fait hors du plaisir et de l’argent ? Frédéric Lenormand raconte les aventures picaresques et enlevées de Chon du Barry, belle-sœur de la favorite de Louis XV, depuis la cour de Versailles jusqu’aux tempêtes de la Révolution. Aussi rigoureux que léger, ce joyeux divertissement ressuscite avec allégresse la société insouciante du XVIIIe siècle à travers le regard incisif d’une aventurière de salon. Par l’auteur des Nouvelles Enquêtes du juge Ti et de la série de polars historiques « Voltaire mène l’enquête », prix Historia et prix Arsène Lupin.

Mon avis : Mais ce fut une découverte ! Je ne connaissais pas du tout Chon ! un moment de lecture super sympa. Faut dire que j’aime la façon de raconter l’histoire de cet auteur ! Et ce petit livre fut un moment divertissant et enrichissant ! Sérieux sans se prendre au sérieux. Apprendre en s’amusant ! Magouilles et compagnie sont de la partie, comme il se doit à la Cour du Roi. Et toujours cet humour caustique, cette iriônie mordante, ces petites phrases et ses descriptions dont je ne me lasse pas…

Extraits :

Il aimait la vérité, dit-il, mais la vérité n’était pas commerciale ; et ce fut tout.

Mon paradis avait ses démons. Je devais bientôt m’apercevoir qu’ils y formaient le plus grand nombre. Mon conte de fées était peuplé de carabosses.

J’aurais voulu être aussi belle. J’aurais pris chaque jour un nouvel amant. Si j’avais possédé sa beauté, j’aurais été encore plus bête qu’elle.

L’héritier du trône, empâté et maussade, promenait cet air de catastrophe dont je sus bientôt qu’il lui était ordinaire.
« Cet homme-là porte son malheur sur la figure, remarquai-je. On le croirait destiné à finir en place publique !

Il possédait néanmoins un trait unique en sa famille : il était intelligent, ce qui eût été une qualité en beaucoup d’autres, mais qui, chez lui, inquiétait.

Quant au généalogiste du roi, point ne fut besoin d’une telle documentation pour le convaincre : Mme du Barry était l’amie de Sa Majesté, elle était donc aussi comtesse qu’on pouvait l’être.

elle était à la fois en retard, mal élevée, idiote et prétentieuse, elle avait tout ce qui faisait le charme des vrais nobles.

Ma recherche d’un prétendant commençait à me faire ressembler au héron de la fable, qui méprise toutes les occasions et tombe de mal en pis.

Ils parlèrent de ce qu’elle connaissait, c’est à dire de la pluie, du beau temps et des ragots sur les cours d’Europe du nord.

Je crois qu’il prenait les penseurs, savants et autres célébrités pour les principales curiosités de notre pays, plus que Chambord ou Notre-Dame. De fait, il n’en allait pas visiter d’autres.

Lorsque je le croisai pour la dernière fois, le jour de son départ, il me demanda avec dégoût pourquoi je le dévisageais.

« Vous ressemblez à quelqu’un », lui répondis-je.
J’hésitai et corrigeai.
« Pardonnez-moi, je suis myope. Après tout, non. Vous n’êtes personne. »

Elle ne voyait rien de l’avenir, sans doute parce qu’elle ne gardait aucune mémoire du passé.

Voltaire était le roi des philosophes, le roi des gens d’esprit, et aussi le roi des rustres ; tout en finesse, certes, mais rustre néanmoins.

Il semble que ma belle-sœur, de sa vie, ne remarqua jamais un homme qu’il n’eût un titre, un coffre plein et des cheveux gris

– Si vous voulez parler à mon intelligence, coupa Jeanne, adressez-vous à ma belle-sœur. »

Je crois que la mort ne l’effrayait pas. C’était la solitude des survivants qui lui faisait peur. Jeanne était une rose sans jardin, une fleur en attente de jardinier, à qui peu importait qu’une main qui l’eût choyée finît par la couper.

Elle n’a d’yeux que pour la vie.
« Eh bien ces yeux ne lui resteront pas longtemps ! »

Je lui demandai s’il savait nager. Entre deux bouillons il répondit que « non, heureusement », puis il coula.

En apprendre plus sur Mlle Chon du Barry : http://www.histoire-pour-tous.fr/histoire-de-france/5296-mademoiselle-chon-du-barry-belle-sur-de-la-comtesse-du-barry.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *