Giacometti – Ravenne «Conspiration» (2017)

Giacometti – Ravenne «Conspiration» (2017)

 

Auteurs : Eric Giacometti, écrivain, a été journaliste d’investigation, puis chef de service à la rubrique économie au Parisien I Aujourd’hui en France. Il a enquêté à la fin des années 1990 sur la franc-maçonnerie, dans le volet des affaires sur la Côte d’Azur. En 2016, il est devenu le nouveau scénariste des aventures de Largo Winch en bande dessinée. Jacques Ravenne, lui aussi écrivain, spécialiste de l’étude de manuscrits, est maître franc-maçon.

Il intervient régulièrement dans des conférences et colloques sur la franc-maçonnerie. Conscient du fantasme suscité autour de sa fraternité, et de ses dérives, il reste attentif à une description rigoureuse de cet univers et de ses rituels. Amis depuis l’adolescence, férus de symbolique et d’ésotérisme, ils ont inauguré leur collaboration littéraire en 2005 avec Le Rituel de l’ombre, premier opus de la série consacrée aux enquêtes du commissaire franc-maçon Antoine Marcas.

Ce duo, unique, du profane et de l’initié, a vendu plus de 2 millions d’exemplaires en France. La série, traduite dans 17 langues, du Japon aux Etats-Unis, a été adaptée en bande dessinée par les Editions Delcourt. L’Empire du Graal a paru en 2016 aux Editions JC Lattés. Il est suivi, en 2017, de Conspiration. Leur nouvelle série, Soleil noir, a paru en 2018 chez le même éditeur.

12ème enquête du Commissaire Antoine Marcas :  Voir sujet global : « Série Commissaire Antoine Marcas »

JCLattès – 24.05.2017 – 535 pages / Pocket – 16.05.2018 – 646 pages

Résumé : De nos jours, à Paris, trente hommes, femmes et enfants se jettent d’un immeuble. Le commissaire franc-maçon, Antoine Marcas, est mis sur l’enquête. Ses recherches en France et en Amérique vont le conduire au coeur de la société la plus secrète et élitiste des Etats-Unis, la Skull and Bones. Une organisation qui rassemble des anciens présidents américains et l’aristocratie des affaires. Etrangement, l’un de ses membres, un éminent lobbyiste, vient de se suicider à Washington alors qu’il s’apprêtait à faire des révélations sur une puissante multinationale.

Deux siècles plus tôt, en pleine Révolution, l’inspecteur Ferragus est lancé par Danton sur les traces d’une implacable confrérie. Entre la prison du Grand Châtelet et la basilique Saint-Denis, il va découvrir le plus incroyable secret de la lignée des rois de France. Quel mystère issu des profondeurs de l’Histoire unit ces deux enquêtes ?

Mon avis : Deux enquêtes – Deux époques. J’ai toujours du plaisir à suivre les enquêtes de Marcas. J’ai bien apprécié la partie historique et la plongée dans la Révolution Française. J’ignorais totalement l’épisode relatif aux tombes royales de la basilique Saint-Denis.

Pour ce qui est de la partie actuelle, elle est un peu tirée par les cheveux par moments (J’espère !)  Une aventure dans laquelle je me suis laissée entrainer avec plaisir. Le roman d’été parfait. Un bon thriller, des références aux attentats meurtriers, un peu de théorie complotiste, un tour du coté de l’ésotérisme, un brin de franc-maçonnerie… Dans la droite ligne des romans précédents. Ce n’est pas la meilleure enquête de Marcas mais globalement j’ai bien aimé.

Extraits :

— Donne-moi encore cinq minutes pour enfiler un jean.
— Tu parles, ça veut dire un quart d’heure dans le vrai monde des humains

— Qui êtes-vous ?
— Ça dépend de vous. Soit une inconnue, qui vous devra la vie si vous la laissez partir, soit une femme, qui vous prendra la vie si vous jouez au héros.

Depuis la Révolution, tant de têtes, au propre comme au figuré, étaient tombées, que le silence était devenu le premier des réflexes de survie.

Une expression, proche de l’iceberg en mode hivernal, se peignit sur son visage.

L’astronome Delalande avait la réputation d’un érudit autant que d’un sage. Déjà reconnu, dans toute l’Europe, pour ses travaux scientifiques, sa notoriété était devenue universelle un jour d’avril 1778 où, vénérable de la loge des Neuf Sœurs, il avait initié Voltaire en maçonnerie.

Ces gens sont des fanatiques et les fanatiques ont toujours besoin de complots imaginaires pour justifier leurs actes.

Je te laisse, j’ai un rencart avec des gens plus fun que toi.
— Qui ?
— Des morts. Eux au moins, ils ne vont pas me pourrir ma journée.

Barère. Le Gascon faisait bien son travail. Comme un alchimiste, il fusionnait deux métaux souvent antagonistes en un alliage redoutable : le peuple et ses représentants.

Diviser par la peur pour régner sans partage : Danton venait de réussir sa rentrée, sauf qu’il n’avait pas en sa possession la liste des députés corrompus.

Ralph Waldo Emerson : Les grands hommes, les génies, les saints n’ont fait de grandes choses que parce qu’ils étaient inspirés par un grand idéal. On a besoin d’accrocher sa charrue aux étoiles.

Derrière les verres épais, il avait le regard sidéré d’une taupe brusquement réveillée.

Je n’ai pas parlé musique par hasard. Aujourd’hui, la nation entière est une cacophonie, chacun y joue de sa partition en solo.

Croyez-vous qu’un secret partagé soit encore un secret ?

à partir du moment où il y a suspicion de terrorisme, l’État peut fouiller dans n’importe quel compte de n’importe quel citoyen suspect.

Le frère Lightwood a trahi la Fraternité. Qu’a-t-il mérité ?
— La mort ! répondirent en chœur les autres.
— La mort lui a été offerte. Que mérite-t-il de plus ?
— L’inquiétude éternelle.

C’était l’une de ces rues de Paris où il faisait bon dormir, s’ennuyer tranquille, voire doucement vieillir, selon l’âge de ses habitants.

Souvent à raison, parfois à tort, il restait persuadé que tout livre portait en soi une promesse d’intelligence. Le seul fait de les contempler, de palper leur reliure, d’ouvrir quelques pages, c’était déjà imbiber son esprit d’une encre ruisselante de savoir. Devant une bibliothèque, il était comme un glouton affamé face à une vitrine gorgée de délicieuses pâtisseries.

Du règne de Philippe le Bel – qui avait pourtant duré presque trente ans – on n’avait retenu que la chute mortelle de l’Ordre du Temple.

Qui dit carnaval, dit masque, dit tromperie, dit dissimulation !

La main droite doit ignorer ce que fait la main gauche. C’est ainsi qu’on dupe les hommes et manipule les événements.

Je connais des collègues qui n’ont pas la lumière à tous les étages.

Pour eux, le bien et le mal ne sont qu’illusion. La seule réalité, tangible et palpable, se résume à un seul mot : pouvoir. Tout le reste n’a aucune valeur à leurs yeux.

Le problème c’est que plus j’avançais, plus mon esprit cartésien se rebellait. Imaginez un puzzle avec des morceaux qui s’emboîtent à merveille, mais dont le tableau final reste flou.

Un rouage, on s’en sert, puis quand il devient inutile, on l’écrase.

Mieux vaut un parano vif qu’un sceptique mort,

— Vous osez me menacer ?
— On ne menace que ceux que l’on craint. Et vous, vous n’inspirez plus la peur. Vous aurez beau gesticuler, tonitruer, votre fin est en marche.

France, pays où chacun prenait un plaisir évident à contester l’autorité quelle qu’elle soit.

 

Infos et Image : Skull and Bones

 

One Reply to “Giacometti – Ravenne «Conspiration» (2017)”

  1. Bonjour, je viens de refermer « Conspiration »… Compte tenu des 2 nouveaux romans proposés par les auteurs, dois je conclure à la disparition définitive de Marcas ?

Répondre à odile voilet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *