Bouhier, Odile « Le Sang des bistanclaques » (2011)

Les enquêtes du commissaire Kolvair et du Professeur Salacan

Le Sang des bistanclaques 01 – (2011)

Résumé : Bis-tan-clac, les machines des soyeux lyonnais bourdonnent. À l’aube d’une journée radieuse du mois de mai 1920, le corps d’une vieille femme est retrouvé dans un sac de jute. Pour décrypter les secrets de ce cadavre putréfié, le commissaire Kolvair aura besoin de l’expertise du professeur Hugo Salacan, directeur du premier laboratoire de la police scientifique de Lyon. L’occasion de prouver aux Brigades du Tigre que leurs méthodes passéistes sont bel et bien révolues…

Une plongée passionnante dans la société lyonnaise des Années folles, aux origines de la police scientifique, sur les traces d’un enfant de la Croix-Rousse devenu tueur en série.

Mon avis : La série se déroule pendant les années folles pour parler de la Première Guerre Mondiale. Elle qui va nous parler des conséquences de la Guerre, les conséquences des actes plus que les actes eux-mêmes. Les personnages sont plus importants que les enquêtes ; la psychologie des personnages prime.

Lyon 1920. On relate le premier labo de police scientifique au monde. L’enfance introduit la psychologie et la psychiatrie dans le roman. On a une longueur d’avance sur le Commissaire car l’auteur nous parle de l’enfance du tueur. J’ai beaucoup aimé ce polar. Le premier opus et le début d’un tandem d’enquêteurs ; le début aussi de la police scientifique. La confrontation entre la police traditionnelle et la nouvelle approche de la police scientifique. Des personnages atypiques, qui reprennent du service à la sortie de la première guerre mondiale. Des personnages qui ont tous un passé difficile, des secrets, des blessures, des failles…

Une enquête dans le milieu des soyeux de Lyon.

Une écriture fluide, du suspense.., un tueur en série. C’est avec plaisir que je vais suivre la suite des aventures du Commissaire Kolvair, (et de ses acolytes) personnage blessé qui revient de la Première Guerre Mondiale. C’est un début de série de polar historique, avec des recherches, des éléments de documentation avérés, qui se passe à Lyon. On apprend beaucoup de choses sur la police scientifique, on découvre des personnages. C’est à la fois un polar mais aussi une saga historique qui donne envie de connaître les personnages, leurs zones d’ombre.

Extraits :

Si Kolvair ne se faisait pas d’illusions -la création de ce laboratoire scientifique, le premier au service de la police française, n’empêcherait pas, jusqu’à la fin des temps, les amoureux de s’aimer, les cambrioleurs de cambrioler, ni les assassins d’assassiner-, il restait indéniable que le génie de Salacan offrait à ses contemporains la sensation de participer à une nouvelle ère de l’humanité. Grâce à lui, la science acquérait ses lettres de noblesse

 

Sujet sur la série : Les enquêtes du commissaire Kolvair et du Professeur Salacan

One thought on “Bouhier, Odile « Le Sang des bistanclaques » (2011)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *