May, Peter « Jeux mortels à Pékin » (2007)

May, Peter « Jeux mortels à Pékin » (2007)

Série chinoise Tome 5 – Jeux mortels à Pékin (2007)

Résumé : Au cœur de l’hiver, dans l’effervescence générale d’un Pékin métamorphosé par l’approche des Jeux olympiques, six athlètes chinois de haut niveau meurent dans des conditions mystérieuses à quelques semaines d’intervalle : un nageur est retrouvé pendu au plongeoir d’une piscine ; un haltérophile expire dans les bras de sa maîtresse ; trois coureurs de relais périssent dans un accident de voiture ; un cycliste se noie… Lorsqu’un septième athlète disparaît, Li Yan, devenu chef de la Section n° 1 des affaires criminelles, décide de mener l’enquête. Il confie à Margaret Campbell le soin de pratiquer les autopsies, qui ne révèlent aucune trace de substance connue… Dans ce cinquième volet de la « série chinoise » de Peter May, avec pour cadre la ville de Pékin dans le froid et la neige, Margaret Campbell et Li Yan risquent leurs vies pour découvrir la vérité sur les nouvelles méthodes de dopage, quasiment indétectables, et les intérêts financiers colossaux en jeu dans le milieu sportif.

Mon avis : de retour à Pékin après l’épisode américain. Une fois encore bien des soucis pour se marier entre étrangers : son mariage avec une étrangère aura des implications sur la carrière et la vie de Li Yan. Etre sportif de haut niveau assure renommée et argent … mais le dopage n’est pas sans danger… plongée dans les dessous du sport de haut niveau, promenade chez les entraineurs ; et bien sûr, là où il y a des gros intérêts, la corruption est présente. Li Yan évolue dans un univers où tout le monde veut sa peau, à tous les niveaux. J’ai bien aimé aussi la réunion familiale pour les cérémonies de fiançailles en vue du mariage, le père de Li Yan qui débarque de sa province et la mère de Margaret qui arrive des Etats-Unis… Que la vie est compliquée pour ces deux là..  Dommage .. il n’en reste plus qu’un …

Extraits :

– Un voyage de mille kilomètres commence par un seul pas,

Les erreurs de l’Occident se répétaient, les habitants étaient déracinés, relogés dans des tours sans âme, en banlieue, future pépinière de troubles sociaux et de crimes.

le serment de mariage n’existait pas dans la culture chinoise. Le couple se contentait d’entrelacer les bras et de boire ensemble dans des coupes reliées par un cordon rouge, symbole de leur engagement.

Le rouge est la couleur du bonheur.

– Je ne pense pas qu’un pays puisse être fier de gagner en trichant aujourd’hui.
– Surtout s’il risque de se faire pincer.

– Celui qui se tient sur la pointe des pieds n’a pas d’équilibre.

Il disait qu’il faut laisser les choses suivre leur cours, qu’on ne peut pas changer l’univers en intervenant.

une faveur accordée impliquait une dette à payer, selon le système traditionnel chinois du guanxi.

2 Replies to “May, Peter « Jeux mortels à Pékin » (2007)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *