Grisham, John «Pas de Noël cette année» (2002)

Grisham, John «Pas de Noël cette année» (2002)

Auteur : En 1977, Grisham est diplômé en sciences comptables de l’université d’État du Mississippi. Après avoir obtenu une licence en droit du Mississippi School of Law en 1981, il se joint à un bureau d’avocats œuvrant dans la petite ville de Southaven. Après dix années à travailler pour celle-ci, il en assez des causes criminelles, tout en étant efficace dans les poursuites au civil.
En 1983, il est élu comme représentant à la Maison des représentants de l’État du Mississippi où il restera jusqu’en 1990.
Auteur de renommée internationale, John Grisham a écrit plus de vingt-cinq romans, en majorité publiés dans la collection « Best-Sellers » des Éditions Robert Laffont, parmi lesquels les plus récents sont La Confession (2011), Les Partenaires (2012) et Le Manipulateur (2013). Un grand nombre de ses romans ont été adaptés au cinéma, dont, pour les plus connus, La Firme, de Sydney Pollack avec Tom Cruise et L’Affaire Pélican, d’Alan J. Pakula, avec Julia Roberts et Denzel Washington.

Résumé : Quoi de plus facile, apparemment, que de ne pas fêter Noël? C’est ce que décident de faire Luther et Nora: leur fille unique, Blair, est partie travailler au Pérou, et ils ne voient pas l’intérêt de fêter la fin de l’année en tête à tête. En outre, Luther a fait ses calculs, et il s’est rendu compte que l’année précédente ils avaient dépensé six mille dollars pour inviter à réveillonner des personnes qu’ils n’aiment pas vraiment, pour acheter des cadeaux qui ne leur plaisent pas ou pour envoyer des cartes de vœux de luxe à de vagues connaissances qui ne répondent pas. Sans compter l’argent pour les bonnes œuvres: le sapin hors de prix pour les scouts, le calendrier imbécile des pompiers, les gâteaux infects des flics, etc. Alors, pourquoi ne pas dépenser ces 6000 dollars dans une croisière de luxe au Caraïbes? Il suffit d’acheter le billet. Cependant, les voisins ne l’entendent pas de cette oreille. Sous la houlette de Frohmeyer, père de famille nombreuse et chef scout dans l’âme, les habitants ornent chaque année magnifiquement leur petite rue et gagnent à tous les coups le prix des plus belles décorations. Si Luther et Nora ne sacrifient pas à cette tradition, une autre rue du quartier risque d’emporter le prix. Quelle honte! S’organise alors la contre-attaque des charmants voisins bien-pensants : insultes, harcèlement et attaques en tous genres… L’affaire frôle le drame, avant de tourner à la comédie. Avec une évidente bonne humeur, John Grisham a concocté un délicieux roman ou un événement apparemment anodin provoque une série de catastrophes toutes plus absurdes les unes que les autres. Jusqu’à l’apothéose finale. Drôle, incisive, percutante, cette histoire est aussi une jubilatoire satire de l’American way of life.
Une petite comédie de Noël digne des meilleurs moments du cinéma hollywoodien !

Mon avis : Merci de m’avoir suggéré de lire ce roman de Noel Fran. J’ai bien ri ! Rien de tel que ce petit roman pour se dire qu’il faut se préparer à décorer la maison et faire les préparatifs de Noel et se rendre compte que tout faire à la dernière minute… c’est galère.. Blague à part comme dans l’une de mes dernières lectures qui se passe dans le Texas, il ne fait pas bon ne pas se conformer aux traditions et vouloir vivre sa vie dans l’Amérique profonde… Les voisins c’est pas juste des personnes qui habitent dans le quartier… C’est une secte et il faut se conformer à la vie rituelle de la secte… Sinon on va à la catastrophe… Mais c’est aussi une communauté soudée… je vous assure un moment de détente… et bonne préparation de Noel… à vos cartes, cadeaux, décorations, réveillons…

Extraits :
— Comment s’y prend-on pour ne pas fêter Noël ? insista Merry.
— On le saute, répondit Nora, comme si cela pouvait tout expliquer.
— Merveilleux, glissa Candi.

Son poste universitaire lui laissait amplement le temps de s’occuper des affaires des autres et son énergie inépuisable le poussait à organiser toutes sortes d’activités pour les habitants de la rue.

Le rite des cartes de vœux ne lui manquerait pas, elle en était sûre. Finie la corvée. Elle n’aurait plus à rédiger tous ces petits messages, à écrire les adresses sur une centaine d’enveloppes, à les timbrer et à les poster dans l’angoisse d’avoir oublié quelqu’un. Finis le flot de cartes qui remplissait la boîte aux lettres, les enveloppes décachetées à la hâte et les vœux standardisés rédigés par des gens aussi pressés qu’elle.

Noël était l’affaire des femmes, pas des hommes. Elles effectuaient les achats, s’occupaient de la décoration et de la cuisine, organisaient les soirées et rédigeaient les cartes de vœux, se faisaient du souci pour des choses auxquelles les hommes ne pensaient même pas.

— Ils sont juifs ? poursuivit la conductrice.
— Non.
— Bouddhistes ou quelque chose de ce genre ?
— Pas du tout. En fait, ils sont méthodistes. Ils essaient cette année d’escamoter Noël.
— De faire quoi ?

2 Replies to “Grisham, John «Pas de Noël cette année» (2002)”

  1. Je suis contente Catherine de savoir que vous ayez exploré ma piste  » de lecture ») pas de Noël cette année », et qu’il vous ait plu!
    Ah, le poids du groupe ( voisins , en l’occurrence !) , de même que le poids des traditions, mais n’est-ce- pas cela qui génère le vivre- ensemble et nos sociétés ?
    En espérant que le Père Noël vous apporte plein de (bons) livres ….que vous nous ferez découvrir ensuite! Merry Xmas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *