De Giovanni, Maurizio «Le printemps du commissaire Ricciardi»(2013)

De Giovanni, Maurizio «Le printemps du commissaire Ricciardi»(2013)

Série :  Commissaire Ricciardi  (Naples 1931)

2ème enquête

Résumé :  Luigi Alfredo Ricciardi, commissaire à la questure royale de Naples, a un don particulier : il voit la souffrance des morts et les entend « parler ». Aidé de son fidèle adjoint, il enquête dans les quartiers pauvres de la ville où on a découvert le corps de la vielle Carmela Calise, cartomancienne et usurière à ses heures. Que va révéler la morte au commissaire ? Les secrets de ses clients sont bien gardés.

En ce printemps de l’année 1931, la ville de Naples a l’odeur de la haine, du sang et des amours déçues.

Mon avis : Plus je découvre le Commissaire Ricciardi et plus je l’apprécie pour son humanité. Le thème sous-jacent : le monde de ceux qui ont envie de croire au bonheur, à l’avenir… Mais malheureusement il ne suffit pas de le souhaiter… et les moyens pour y parvenir tournent au cauchemar… Entre les envies qui nécessitent des moyens financiers qui nous font défaut et le besoin de croire en l’avenir en se faisant guider par des diseuses de bonne aventure… On ajoutera cette fois ci une réflexion sur les difficultés engendrées par le fait d’être beaux… Tout comme la laideur, la beauté peut se convertir en malédiction car elle attire la haine, l’envie, la solitude, les faux sentiments… ( tiens comme dans le dernier Amélie Nothomb « Riquet à la houppe ») et toujours cette mélancolie, cette solitude… Deux enquêtes se déroulent en parallèle : le meurtre d’une vielle femme et l’agression d’une jeune femme. A première vue rien ne les relie.. Les amours impossibles ou difficiles sont au centre de ce roman : un couple en désamour, le brigadier Maione et son éloignement programmé avec sa femme qui ne se remet pas de la mort de l’un de ses fils, la relation à distance du Commissaire et de sa voisine… A nouveau un joli moment de lecture…

Extraits :

il voyait la douleur.
La douleur qui dévaste, la douleur qui revient. Il percevait la colère, l’amertume, même l’ironie hautaine de la dernière pensée qui accompagnait la mort. Il savait que la mort naturelle réglait correctement ses comptes avec la vie.

À vrai dire, personne ne le comprenait. Sa manière de travailler, solitaire et silencieuse, son apparent manque de faiblesses, l’absence de ragots sur sa vie privée n’incitaient ni à la camaraderie, ni à la solidarité.

Pour le régime en place, le fascisme devait imposer, dans les grandes villes, l’image de la sécurité et de l’optimisme

Elle pensait que si deux routes avaient pour destin de se réunir, tôt ou tard elles se réuniraient, quels que soient les kilomètres qui les séparaient.

il détestait sa manie de ne pas porter de chapeau ; il la considérait comme de l’indifférence, du mépris à l’égard d’autrui. En ville, on disait « hommes en cheveux » pour parler des pauvres, ceux qui n’avaient ni nom, ni famille, qui, la nuit, s’agglutinaient sous les porches, et, le jour, chipaient les bourses.

L’usure est vile, pensait Ricciardi : elle fait partie des délits les plus tristes parce qu’elle tire profit de la confiance pour en abuser ensuite contre celui qui l’a donnée. À la manière d’une sangsue, elle pompe le travail, les espoirs, les attentes : elle vole l’avenir.

Ils n’étaient pas si différents, après tout, ces deux métiers. La cartomancienne et l’usurière suçaient confiance et espérances, tarissaient les cœurs.

C’était une des choses « venues après » : à tout moment, elle avait besoin de voir le ciel.

« Venues après » avoir perdu son sourire, l’envie de rire, le désir de regarder la mer. Après. Elle séparait sa vie en « avant » et « après ».

Elle lui avait donné la lumière et, lui, il avait éteint la sienne.

Il suivait ses gestes bien connus, comme s’il écoutait son disque préféré et passé des milliers de fois : il prévoyait ses mouvements, étudiait ses pas.

Davantage encore que de t’embrasser et de te serrer dans mes bras, j’aimerais prendre place dans tes rêves. Et y demeurer seul pour toi.

Tu sais ce que je pense ? Qu’il est facile d’être ensemble quand tout va bien. C’est plus difficile quand il y a une montagne à gravir, qu’il fait froid et que le vent souffle. Alors, peut-être que pour trouver un peu de chaleur, l’un des deux doit se rapprocher un petit peu plus de l’autre. C’est quelqu’un qui vit dans le froid qui te le dit. Et qui n’a personne pour le réchauffer.

Mais pour moi, il n’y a pas de hiérarchie dans la douleur, la mienne plus que la tienne, la tienne plus que la mienne. La douleur parfois peut réunir. Vous devriez peut-être parler un peu, le soir. À moi, ce froid dont je te parlais, je le sens le soir. Et alors… je me mets devant ma fenêtre et je prends un peu l’air. J’écoute de la musique à la radio. Et je vais me coucher en espérant ne pas faire de rêves.

Tu te rends compte que ça fait trois ou quatre ans que je ne prescris plus de purges, pour ne pas être pris pour un fasciste ?

Il y a un moment où on meurt. Non, je ne parle pas de l’instant précis de la mort, mais de celui où s’amorce un processus irréversible qui mène inévitablement à la mort. Ça peut durer des armées, mais on ne peut pas l’éviter. Un verre de vin, une cigarette. La goutte qui fait déborder le vase. Je trouve des tumeurs, des lésions aux poumons, des foies en charpie. Et ça peut être aussi une parole, un regard. Un amour. Un fils. Qui peut dire quand on commence à mourir ?

 

Sur le blog : article sur la série des enquêtes du Commissaire Ricciardi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *