De Giovanni, Maurizio : Les enquêtes du Commissaire Ricciardi

De Giovanni, Maurizio : Les enquêtes du Commissaire Ricciardi

De Giovanni, Maurizio

Série :  Les enquêtes du Commissaire Ricciardi  (Naples 1931)

Cette série d’enquêtes se déroule dans le Naples des années 1930, à l’époque du fascisme. Luigi Ricciardi est issu d’une famille noble. Après la mort de ses parents il habite avec l’ancienne gouvernante, Rosa, qui a toujours vécu avec la famille. Son équipe est composée du brigadier Maione qui vit dans les quartiers chauds de Naples, du médecin légiste antifasciste Modo et d’un indic, le travesti Bambinella.

Sa caractéristique principale est de pouvoir percevoir les dernières paroles et les ultimes sensations des victimes de mort violente. Il a ce « don » ou cette « malédiction » depuis qu’il a découvert, alors qu’il était enfant, un cadavre dans les vignes du domaine familial. C’est un être solitaire (amoureux à distance d’une voisine), triste, désenchanté, incorruptible, qui va au bout des choses et refuse d’abandonner des enquêtes avant d’être sûr d’avoir mis la main sur le vrai coupable. Il met la justice au-dessus de la notoriété et refuse de se laisser manipuler politiquement par ses supérieurs.

 11 tomes 

 Tome 1 : L’hiver du commissaire Ricciardi (2007 – 2011 pour le Français)

Résumé : En cette fin de mois de mars 1931, un vent glacial souffle sur Naples. Le théâtre royal San Carlo s’apprête à donner Cavalleria Rusticana et Paillasse avec le célèbre ténor Arnaldo Vezzi, artiste de renommée mondiale et ami du Duce. Mais le chanteur est retrouvé sans vie dans sa loge, la gorge tranchée par un fragment acéré de son miroir brisé. Chose étrange, alors que les murs sont éclaboussés de sang, le manteau et l’écharpe de l’artiste sont parfaitement propres.

L’affaire est confiée au commissaire Ricciardi, peu apprécié par ses supérieurs en raison de son caractère et de ses méthodes atypiques, mais reconnu comme un enquêteur de valeur. Ce que peu de gens savent, c’est que le commissaire est un homme tourmenté, traumatisé par la vision d’un cadavre dans l’enfance. Il est hanté par des visions dès qu’il est confronté à la mort violente ; il « voit », comme inscrit sur une pellicule, les derniers instants des êtres qui passent de vie à trépas et va jusqu’à éprouver leur souffrance…

Maurizio De Giovanni fait de Naples une peinture désenchantée dans ce roman d’atmosphère où la vie et le spectacle se mêlent dangereusement.

Mon avis : (voir article)

 

Tome 2 : Le Printemps du commissaire Ricciardi (2008 – 2013 pour le Français)

Résumé :  Luigi Alfredo Ricciardi, commissaire à la questure royale de Naples, a un don particulier : il voit la souffrance des morts et les entend « parler ». Aidé de son fidèle adjoint, il enquête dans les quartiers pauvres de la ville où on a découvert le corps de la vielle Carmela Calise, cartomancienne et usurière à ses heures. Que va révéler la morte au commissaire ? Les secrets de ses clients sont bien gardés.

En ce printemps de l’année 1931, la ville de Naples a l’odeur de la haine, du sang et des amours déçues.

Mon avis : (voir article)

 

Tome 3 : L’été du commissaire Ricciardi (2009 – 2014 pour le Français)

Résumé : En ce mois d’août 1931 à Naples, les fêtes populaires où se côtoient danses endiablées et dévotions à la Vierge battent leur plein. Mais il n’y a pas de trêve estivale pour le crime.

Pour le commissaire Ricciardi et son adjoint le brigadier Maione non plus. Ils travaillent même le dimanche, et on ne tarde pas à les prévenir que la duchesse de Camparino a été découverte sans vie dans sa somptueuse demeure. Une balle tirée à travers un coussin a suffi à la tuer. Si, pour le médecin légiste et la police, l’acte criminel ne fait aucun doute, il est en revanche plus difficile d’isoler un suspect. Le commissaire Ricciardi possède le don peu commun de voir, comme en un flash, les derniers instants des morts. Et ce qu’il perçoit le laisse perplexe : la duchesse parle d’un anneau qu’on lui aurait volé…

Dans une langue pittoresque et pleine d’humour, Maurizio de Giovanni continue de nous régaler avec ses romans à l’ambiance typiquement napolitaine et avec son commissaire ombrageux, romantique et terriblement attachant

Mon avis : (voir article)

 

Tome 4 : L’automne du commissaire Ricciardi (2010 – 2015 pour le Français)

Résumé : Cette enquête automnale clôt le cycle des Saisons du commissaire Ricciardi. Les nuages sont bas sur la ville de Naples. Durant la semaine qui précède le jour des morts, on a retrouvé le cadavre d’un enfant. C’est un « scugnizzo », un de ces gamins des rues. À première vue, il semble qu’il soit mort de malnutrition, mais il se révèle qu’il a ingéré de la mort aux rats. L’enfant avait été plus ou moins accueilli dans un foyer catholique où règnent violence et mauvais traitements. Le commissaire Ricciardi et son adjoint Maione vont avoir le plus grand mal à poursuivre leur enquête car la ville s’apprête à recevoir Mussolini et la Questure préférerait classer l’affaire.

Mon avis : (voir article)

 

Tome 5 : Le Noel du commissaire Ricciardi (2011 – fin février 2017 pour le Français)

Résumé : Nous sommes toujours à Naples en 1931, sous le régime de Mussolini. Riches ou pauvres, tous se préparent aux fêtes de Noël, le moment le plus important de l’année. Et pourtant, en cette période de réjouissances où on édifie des crèches monumentales et où on pense au souper du réveillon, une note discordante résonne : dans un luxueux appartement du port, on retrouve les corps d’un « centurion » de la milice fasciste et de son épouse. La femme a la gorge tranchée et l’homme a été lardé de nombreux coups de couteau. Lorsque le commissaire Ricciardi arrive sur les lieux, il perçoit, comme à l’accoutumée, les dernières paroles des morts. Mais ne le conduiront-elles pas sur une fausse piste ? Et pourquoi une statue de saint Joseph a-t-elle été fracassée ? L’assassin a-t-il voulu délivrer un message ? Don Pierino, le prêtre ami de Ricciardi aura peut-être des réponses à ces questions, tandis que le brigadier Maione, fidèle adjoint du commissaire, se retrouvera malgré lui mêlé de très près à l’affaire, dont les dessous révèlent bien sûr la face noire de la ville en ces années troublées. Le commissaire a d’autant moins l’esprit à la fête que ses amours se compliquent, entre l’insistance passionnée de Livia et la froideur incompréhensible d’Enrica.

Mon avis : (voir article)

 

Tome 6 : Les Pâques du Commissaire Ricciardi (2012 – mars 2018  pour le Français )

Résumé : Une semaine avant Pâques, dans le Naples fasciste de 1932, une prostituée de luxe connue sous le nom de Vipera est assassinée dans un bordel de première classe, le Paradiso. Son dernier client jure qu’elle était bien vivante quand il l’a quittée, le suivant dit l’avoir retrouvé étouffée sous un oreiller. Alors que la ville s’apprête à célébrer en grande pompe la résurrection du Christ, le commissaire Ricciardi devra démêler un nœud d’avidité, de frustration, de jalousie et de rancune afin de résoudre l’énigme de la mort de Vipera.

Mon avis : (voir article)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *