Kepler, Lars : « Le marchand de sable » (11/2014)

Kepler, Lars : « Le marchand de sable » (11/2014)

Résumé : Un jeune homme erre le long d’une voie ferrée dans la nuit glaciale de Stockholm. Il souffre d’hypothermie. En état de choc, il n’est pas en mesure d’expliquer ce qui lui est arrivé mais tient des propos incohérents au sujet du Marchand de sable. Il s’agit en réalité d’un garçon disparu treize ans plus tôt avec sa petite sœur. À l’époque, l’enquête avait conclu qu’ils faisaient probablement partie des dernières victimes de Jurek Walter, un tueur en série arrêté par Joona Linna. Mais le psychopathe purge sa peine depuis plus de dix ans en unité psychiatrique, dans un bunker sous-terrain sous haute sécurité. Où était le jeune homme séquestré depuis tout ce temps ? Jurek a-t-il un complice à l’extérieur, toujours à l’œuvre ? Et où est la petite sœur ?

Il y a urgence. Joona sait que Jurek Walter est un manipulateur et qu’il ne les aidera pas spontanément. Dans une ultime tentative de lui soutirer des informations, Saga Bauer, une collègue de Joona Linna, se fait passer pour une patiente et se laisse enfermer dans le bunker. De son côté, Joona sait que l’heure du face-à-face avec l’homme qui l’a obligé à abandonner sa famille approche.

Après Incurables, Lars Kepler est de retour avec un thriller magistral. Intrigue au cordeau, rythme implacable, ambiance crépusculaire, tout y est. Le Marchand de sable va passer. Bonne nuit les petits…

Mon avis : Autant j’avais eu un peu de mal à démarrer cette série, autant je dois dire que je suis rentrée de plein pied dans ce quatrième opus. Je ne regrette pas de m’être accrochée. Le personnage de Joona Linna sort enfin de sa réserve, l’enquêteur prend sa place dans le récit, lui qui manquait d’épaisseur dans les premiers romans. Manipulation de la première à la dernière page. On s’en doute mais on est incapable de comprendre comment il agit. Evident le terme de machiavélique est galvaudé quand il s’agit de décrire un roman, mais là il prend tout son sens. Le psychopathe joue avec les acteurs du drame, et avec nous. Il faudra attendre la toute fin pour comprendre… Et pour le Marchand de sable, il a beau passer et repasser, si on est en train de lire ce livre, il y a peu de chances qu’on arrive à s’endormir…

Extraits :

« Il a appris qu’il est inutile de retenir sa respiration. Car lorsque le Marchand de sable veut que les enfants dorment, ils s’endorment. Il sait très bien que ses yeux seront bientôt lourds de fatigue, tellement lourds qu’il devra les fermer. Il sait qu’il doit s’allonger sur le matelas et faire un avec l’obscurité. »

 

Article sur la série sur ce blog: :     Kepler, Lars « Enquêtes de l’inspecteur Joona Linna » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.