Chevalier, Tracy «Prodigieuses créatures» (2010)

Chevalier, Tracy «Prodigieuses créatures» (2010)

L’Auteur : Tracy Chevalier est un écrivain américain habitant Londres depuis 1984 avec son mari et son fils. Elle s’est spécialisée dans les romans historiques.
Tracy Chevalier est née et élevée à Washington, DC, et son père est photographe pour le The Washington Post. Elle étudie à la Bethesda-Chevy Chase High School de Bethesda, dans le Maryland. Après avoir reçu son B.A. en anglais à l’Oberlin College, elle déménage en Angleterre en 1984.

Sa carrière d’écrivaine débute en 1997 avec La Vierge en bleu, mais elle connaît le succès avec La Jeune Fille à la perle, un livre inspiré par le célèbre tableau de Vermeer.  Suivront Le Récital des Anges, La dame à la licorne, L’innocence, Prodigieuses Créatures, La Dernière Fugitive et A l’orée du verger (2016)

Résumé :

«La foudre m’a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai ».

Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » dont l’existence remet en question toutes les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique, exclusivement composée d’hommes, qui la cantonne dans un rôle de figuration.

Mary Anning trouve heureusement en Elizabeth Philpot une alliée inattendue. Celte vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d’une rivalité, elle reste, face à l’hostilité générale, leur meilleure arme.

Avec une finesse qui rappelle Jane Austen, Tracy Chevalier raconte, dans Prodigieuses Créatures, l’histoire d’une femme qui, bravant sa condition et sa classe sociale, fait l’une des plus grandes découvertes du XIXe siècle.

 Mon avis : Nous voici au 19ème siècle, en Angleterre avec deux caractères de femmes bien trempés dans un monde machiste. Les deux sont unies par une même passion : les fossiles.. Alors moi je dois dire que j’aime les romans de Tracy Chevalier. Ces histoires de femmes qui luttent et se battent.. Fondées sur la réalité, ces portraits me font toujours vibrer. Romanesque.. certes… Et puis c’est une vraie découvreuse, cette Mary Anning. Allez voir sur Wikipedia.. elle a existé et a découvert les Pterodactyles et autres bestioles…

Extraits :

Le rapetissement physique de notre espace et de notre mobilier reflétait notre propre rétrécissement : après avoir appartenu à un foyer aisé avec plusieurs domestiques et de nombreuses relations sociales, nous n’étions plus qu’une maisonnée réduite avec une seule servante pour faire la cuisine et le ménage, dans une ville comportant beaucoup moins de familles avec qui nouer des liens de sympathie

je demande à Bessy de faire sécher mes draps sur le buisson de romarin, alors qu’elle étend ceux de mes sœurs sur la lavande.

Une activité peu distinguée, salissante et mystérieuse

Les femmes mariées étaient figées comme des flans dans un moule, alors que les vieilles filles comme moi étaient informes et imprévisibles

c’est pas l’intensité avec laquelle on cherche, mais la façon dont une chose peut tout à coup vous paraître différente. Mon regard parcourt un carré de trèfles, et je vois 3, 3, 3, 3, 4, 3, 3. Les quatre feuilles me sautent tout simplement aux yeux

Une vieille fille n’oublie pas.

Londres était son fortifiant. Nous étions toutes trois revigorées par la magie des vieux amis et des modes nouvelles, des réceptions et des mets raffinés, des romans récents pour Margaret et des revues d’histoire naturelle pour moi

D’après Cuvier, il arrive que les espèces animales s’éteignent quand elles n’ont plus la capacité de survivre sur Terre. Cette idée est troublante, car elle laisse entendre que Dieu est resté passif, qu’Il a créé des animaux pour les laisser ensuite mourir sans réagir. Et puis il y a les lord Henley, pour qui la créature est une version primitive du crocodile, un spécimen que Dieu aurait créé avant de le renier. Certains pensent que Dieu a utilisé le Déluge pour débarrasser le monde des animaux dont Il ne voulait pas. Mais ces théories supposent que Dieu peut commettre des erreurs et juger nécessaire de Se corriger. Tu comprends ? Ce type d’idées dérange forcément

Nous deviendrons des fossiles, prisonniers de la plage pour toujours

Je savais que j’aurais dû le croire, puisqu’il enseignait à Oxford, mais ses réponses ne me paraissaient pas suffisantes. C’était comme de prendre un repas et de ne pas manger tout à fait à sa faim

Nous deviendrons des fossiles, prisonniers de la plage pour toujours

Quand il l’a vue jouer avec les galets, il l’a rejointe pour parler « souterrainologie », comme il appelait pour rire la géologie.

Il n’est pas facile de renoncer à quelqu’un, même quand cette personne vous a dit des choses impardonnables

la vie consistait dans l’acquisition de savoirs plutôt que dans l’expression des émotions

Avant d’embarquer sur l’Unity, je m’étais toujours représenté la mer comme une frontière qui me cantonnait sur la terre ferme. Pourtant, à présent, elle devenait une ouverture

Maman aime répéter ce vieux dicton comme quoi un malheur n’arrive jamais seul et qu’il ne pleut jamais sans pleuvoir à torrents. Je ne suis pas d’accord avec elle au sujet du temps. Je suis allée des années et des années sur la plage et il ne pleuvait pas forcément à torrents : il bruinait par intervalles, comme si le ciel hésitait sur ce qu’il devait faire

Elle était comme un fossile qui aurait été nettoyé et mis en valeur pour que tout le monde puisse admirer sa vraie nature

Nous parlons à peine, car nous n’en avons pas besoin. Nous sommes silencieuses ensemble, chacune dans son propre univers, consciente que l’autre est tout près d’elle

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *