Neuhaus, Nele « Vent de sang » (2013)

Neuhaus, Nele « Vent de sang » (2013)

Série : Oliver von Bodenstein et Pia Kirchhoff

Tome 03 : Vent de sang (11.2013)

Résumé : Le premier mort s’appelle Grossmann. Meurtre ou accident, l’affaire serait banale si l’homme n’était pas le veilleur de nuit de la société WindPro qui s’apprête à construire sur le Taunus un parc d’éoliennes, un projet combattu par une association de riverains. Deux hommes ont pris la tête des opposants : Ludwig Hirtreiter, qui refuse de céder une prairie nécessaire à WindPro malgré l’offre très généreuse de trois millions d’euros qui lui est faite ; et Jannis Theodorakis, sous couvert d’écologie. La confrontation est âpre, et lors d’une réunion consacrée au projet, une rixe éclate. Une femme décède. Le commissaire Oliver von Bodenstein, présent, est blessé. La situation ne cesse de s’envenimer et, bientôt, un deuxième meurtre est commis. Entravés par la duplicité des protagonistes prompts à dissimuler leurs motivations profondes derrière la commode façade de convictions éthiques ou morales, Bodenstein et Pia Kirchhoff doivent faire face au vent meurtrier qui semble s’être abattu sur la région du Taunus.

Sur fond de débat autour de l’avenir du climat, Nele Neuhaus compose une fois encore un roman policier d’une maîtrise remarquable. Des données trafiquées par les climatologues aux intérêts mercantiles d’hommes d’affaires sans scrupules, elle met en scène des personnages profondément ambigus dans une société en totale perte de repères.

 

Mon avis : Moins emballée que par les deux précédents car je n’ai pas accroché avec les personnages. Le tandem Oliver-Pia est un peu en froid et les autres pas aimables. Mais le contexte est intéressant et lève le voile sur un sujet bien d’actualité… le bien fondé des champs d’éoliennes sont d’actualité dans bien des pays, alors c’est intéressant d’en apprendre un peu sur le sujet. Mais heureusement, il y a autre chose que des débats écologiques… Et une interrogation sur la motivation des scientifiques, sur la politique… Et c’est en plus un vrai polar, avec des personnages complexes, des non-dits, des vrais méchants, des vrais naïfs… de tout quoi..

 

Extraits :

Bizarre que les parents ne s’occupent de toi que lorsque tu fais quelque chose d’interdit

Quand les femmes tuent, c’est la plupart du temps pour mettre un terme à une situation insupportable. Les hommes au contraire tuent par colère, par jalousie ou par peur d’être abandonnés.

Sa mère riait de son rire faux. Elle le sortait même quand il n’y avait pas de quoi rire, dès qu’il y avait un spectateur devant qui jouer son rôle de femme heureuse. Quand elle ne se sentait pas observée, elle pleurnichait. Ou bien elle buvait en secret de la vodka dans des verres à eau. Elle se mentait à elle-même.

Son rire à lui aussi était faux. Sous sa gaieté de façade bouillonnaient la frustration et une colère qui parfois explosait. Uniquement lorsqu’il n’y avait personne pour le voir et l’entendre, bien entendu.

Comme la mort des forêts et la couche d’ozone ne suffisaient plus pour effrayer les gens et les contrôler, une catastrophe climatique dont on rendait les hommes responsables tombait à point. Au nom de la protection du climat, on peut justifier aujourd’hui toutes les interdictions et toutes les augmentations d’impôts. Les puissants de ce monde ont trouvé un nouvel ennemi formidable qui menace toute l’humanité et qui ne s’appelle plus Union soviétique ou armes atomiques mais dioxyde de carbone

Il y avait donc des gens qui, à cette époque où chacun était supposé être joignable, pouvaient se payer le luxe de n’avoir pas de téléphone mobile. Incroyable mais vrai.

 

Lien vers la présentation de la série : Oliver von Bodenstein et Pia Kirchhoff

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *