Teulé, Jean «Entrez dans la danse» (2018)

Auteur : né le 26 février 1953 à Saint-Lô (Manche), est un romancier et auteur de bande dessinée français, qui a également pratiqué le cinéma et la télévision. Ses romans :  Rainbow pour Rimbaud 1991. – L’Œil de Pâques1992 – Balade pour un père oublié, Julliard, 1995 – Darling, 1998 – Bord cadre 1999 – Longues Peines 2001 – Les Lois de la gravité 2003. – Ô Verlaine !, 2004 – Je, François Villon, 2006 – Le Magasin des suicides 2007 – Le Montespan 2008 – Mangez-le si vous voulez, 2009 – Charly 9 2011 – Fleur de tonnerre 2013 – Héloïse ouille ! 2015 – Comme une respiration…, 2016 – Entrez dans la danse 2018

Paru le : 01/02/2018 – 158 pages (Julliard)

Résumé : Une étrange épidémie a eu lieu dernièrement Et s’est répandue dans Strasbourg De telle sorte que, dans leur folie, Beaucoup se mirent à danser Et ne cessèrent jour et nuit, pendant deux mois Sans interruption, Jusqu’à tomber inconscients. Beaucoup sont morts. Chronique alsacienne, 1519.

Mon avis : 17ème roman de l’auteur qui a une fois de plus pour point de départ un fait historique pour le moins surprenant. Juste hallucinant ! Le clergé, les médecins et même les astrologues sont convoqués face une épidémie de danse aigue et ils en prennent pour leur grade…  Impossible à contrôler, à gérer… Teulé s’empare de la chose, il se déchaine avec les mots comme les danseurs avec leurs membres… Il virevolte avec les phrases. Le maire est débordé, en conflit avec l’église, l’amour est également bien présent. Un bon Teulé dans son style inimitable, totalement à la masse, déjanté, sur fond historique. Jouissif .

Commentaire étayé par l’écoute d’interviews de l’auteur :

Nous sommes à Strasbourg au Moyen Age, au début du XVIème siècle. La population de la ville va se mettre à danse, à danser, à entrer en transes. A l’époque, Strasbourg est scindée en deux populations : les nantis qui vivent dans de belles maisons et les pauvres. C’est une période absolument catastrophique pour la ville de Strasbourg qui est poursuivie par le mauvais sort. Non seulement elle doit faire face à une météo épouvantable et à la famine qui en découle mais en plus les bêtes meurent, des naissances anormales (siamois) se produisent, une météorite lui tombe dessus, une nouvelle religion émerge, la peur du turc la submerge…. Pour survivre les habitants mangent tout se qui leur tombe sous la main (animaux, excréments, papier… et même les enfants) ceux qui ne mangent pas leurs enfants les jettent dans le fleuve pour ne pas avoir à les nourrir ou les voir mourir. Et pendant ce temps-là, le clergé n’ouvre pas ses réserves et laisse les gens se dépatouiller…(quelques années plus tard le catholicisme sera chassé de la ville par le protestantisme)  Cela finira par une hécatombe dansante. A l’époque les curés, les médecins, les savants vont se pencher sur le phénomène de cette « manie dansante » comme ils l’appellent mais ne trouveront pas l’origine du phénomène (ce n’est pas la danse de Saint-Guy, ce n’est pas dû à l’ergot de seigle, ce n’est pas de hystérie) Et on a droit en prime à l’arrivée de Luther !

Le maire va avoir l’idée de circonscrire le phénomène en dressant une estrade dans « Le Marché-aux-grains », en mettant des musiciens et en nourrissant les danseurs ; du coup les mendiants vont rappliquer et il va falloir fermer l’accès à la piste de danse pur limiter la contagion… Petit souci, la police et les gardes vont aussi se mettre à danser… et cela va durer deux mois et demi… et il y aura 2000 morts sur les 15000 habitants que compte la ville… Les gens dansent pour s’étourdir, pour oublier, pour fuir le désespoir. ( il est à signaler que maintenant encore , des Kurdes et des Irakiens dansent dans les ruines au milieu des combats dans les villes dévastées)

Deux histoires d’amour dans ce livre : Enneline (qui jette son enfant dans le fleuve et se met à danser par désespoir) et son compagnon Melchior  et les ogres d’en face. Un couple est pudique et l’autre est trash.

Extraits :

Alors que les cloches de la cathédrale sonnent à toute volée, un nuage noir d’ecclésiastiques – moines, clercs, curés, femmes sous des voiles qu’on prend en religion – déboulent à un bout de la rue du Jeu-des-Enfants en poussant leurs croassements – « Cessez de danser ! » – d’oiseaux de mauvais augure.

il retourne vers où tout se déforme et se perd, à l’autre extrémité de la voie qui déborde sur la place du marché aux vins par laquelle arrivent les médecins.

Tout comme les membres du clergé, ils sont vêtus d’une robe noire mais coiffés d’un haut cône pointu.

Ce serait donc l’extrême détresse qui serait responsable en prenant la forme saugrenue d’une épidémie de danse, dernier moyen de fuir l’intolérable réalité d’une ville gorgée de souffrance, notamment pour la population devenue miséreuse.

Ça bastonne dans la mairie comme ça arrivera plus tard à OK Corral.

Mais voyez, elle s’échappe comme une feuille qui roule et tourbillonne au vent. Devant l’imagier baissant les bras, son vocabulaire à elle est celui du corps, son papier, la rue.

À l’intérieur du trop petit chapeau melon, le cerveau compressé de Drachenfels se trouve en état de confusion et plein de méfiance car tout va tellement de travers à la manière de ses lourds pas maladroits qui le conduisent, au petit malheur la malchance, d’une cloison à un tabouret sur lequel il ne s’assied pas.

Partageant un regard muet, leurs âmes s’embrassent et l’épouse ose attacher son ombre à celle du mari.

Strasbourg sans plus une goutte de bière donne une idée de l’Enfer […]

Quand on ne réfléchit qu’après avoir agi on a l’air de servir moutarde après dîner.

 

– Information : Wikipédia :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Épidémie_dansante_de_1518

– Article Le  Monde – Sciences : Lorsqu’en 1518, les Strasbourgeois se mirent à danser jour et nuit

Etranges épidémies (1/6). C’est l’histoire d’une « flashmob » mortelle au Moyen-Age qui continue d’intriguer les spécialistes. En savoir plus sur : http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/07/28/lorsqu-en-1518-les-strasbourgeois-se-mirent-a-danser-jour-et-nuit_4463566_1650684.html

– En 1518, une étrange épidémie de danse a contaminé des centaines de personnes à Strasbourg :  http://mashable.france24.com/styles/20170121-epidemie-danse-1518-strasbourg

– Les épidémies de danse : http://www.nova.fr/novamag/12688/les-epidemies-de-danse

– la carole : danse médiévale : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carole-danse/

 

Image :  Gravure de Hendrik Hondius I montrant trois femmes affectées par la peste dansante

One thought on “Teulé, Jean «Entrez dans la danse» (2018)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *