Blondel, Jean-Philippe « Brise-Glace » (2011)

Blondel, Jean-Philippe « Brise-Glace » (2011)

Auteur : Jean-Philippe Blondel enseigne l’anglais dans un lycée près de Troyes depuis une vingtaine d’années. Il mène en parallèle une carrière d’écrivain, en littérature générale (dont Et rester vivant et 06 h 41 aux éditions Buchet-Chastel) comme en jeunesse chez Actes Sud Junior : Un endroit pour vivre, Au Rebond, Blog (prix NRP littérature jeunesse), (Re)Play ! (Prix des ados du salon Livres et Musiques de Deauville), Brise glace (Prix des lycéens autrichiens, Prix RTS Littérature Ados, Prix des Lecteurs du Mans et de la Sarthe) et Double Jeu.

Dès 15 ans / Adolescent – paru chez Actes Sud

Résumé : Aurélien est nouveau dans son lycée. Il a déménagé. Ce n’est pas la première fois qu’il déménage. Pas facile de se faire des amis dans ces conditions. Mais justement, des amis, Aurélien semble ne pas en vouloir. Il est du genre solitaire ; parfois il voudrait juste pouvoir se fondre dans le décor pour qu’on lui fiche la paix. Pourtant, un garçon de sa classe, Thibaud, semble s’intéresser particulièrement à lui ; il parvient même à convaincre Aurélien de participer à une soirée slam. Dans la pulsation des mots, dans la chaleur de cette amitié naissante, Aurélien arrive enfin à faire craquer la glace qui l’enserre et commence à se libérer du poids du secret, celui du deuil.

Mon avis : Petit livre sensible que j’ai beaucoup aimé. Sur la solitude, la difficulté de vivre avec son passé, l’amitié, l’enfermement… A conseiller à tout âge.

Extraits :

« Et toi, tu es qui ? La question se perd dans le brouhaha du bar, mais les mots m’ont atteint, là, juste en dessous de la poitrine. Moi. Qui je suis. Il y a un moment où c’était facile de répondre. J’étais le fils de mes parents. Le bon-élève-presque-premier-de-la-classe. Un des trois du trio inséparable. Et puis, tout a explosé. Maintenant, je ramasse les pièces du puzzle et essaie de créer un nouveau tableau. »

« Je suis le papier peint de la pièce ,invisible, rasant les murs. »

« J’ai toujours rêvé de me fondre dans le décor. Hier soir, j’ai fondu. Et c’est le décor qui est entré en moi. Je ne suis plus un iceberg. Je suis un glaçon dans un verre. Je me dilue. Et c’est en écrivant que je me reconstitue. »

« Ce que je veux, c’est faire partie d’un tout – mais sans qu’on s’adresse à moi de façon personnelle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *