Wentworth, Patricia «Le joyau de l’Annam» (1923 / 2017)

Wentworth, Patricia «Le joyau de l’Annam» (1923 / 2017)

Auteure : Dora Amy Elles Dillon Turnbull, plus connue sous le pseudonyme de Patricia Wentworth, née à Mussoorie, dans le Uttarakhand, en Inde (alors le Raj britannique) en 1878, et morte en 1961 à Camberley dans le Surrey, est un auteur britannique de roman policier. C’est à la suite d’un concours organisé par le Daily Mail, en 1923, que le public découvre les romans policiers de Patricia Wentworth, déjà connue pour ses ouvrages historiques. Cinq ans plus tard, elle crée un détective hors du commun : Miss Maud Silver. Prototype de l’armchair detective, Miss Silver, tout comme sa cadette Miss Marple (qui ne verra le jour qu’en 1930, sous la plume d’Agatha Christie), est une délicieuse vieille dame douée d’un don d’observation sans égal.
Héroïne d’une trentaine d’intrigues, Miss Silver assurera dès lors la renommée de Patricia Wentworth, décédée en 1961. L’inspecteur Lamb, qui apparaît épisodiquement dans nombre de titres de la série  » Miss Silver « , est aussi le héros principal de trois romans, dont Meurtre à Craddock House.

10/18 – 06.07.2017 – 308 pages (The Annam Jewel (1923) – Pascale Haas (Traducteur)

Résumé : Quel mystère enveloppe le sublime mais sinistre joyau de l’Annam, volé jadis dans un lointain sanctuaire ? Croyant rencontrer sa chance en héritant du bijou, le jeune Peter Waring ignore que chacun de ses propriétaires a subi un sort malheureux. Et qu’il n’est pas le seul à convoiter cette pierre extraordinaire et maudite, gardée tel un terrible secret de famille. La vérité conduira Peter à affronter celui qu’il a toutes les raisons de haïr, dans un dangereux labyrinthe de duperies et de trahisons où l’attendent une histoire d’amour fallacieuse e et une mort certaine.
A moins que la petite Rose Ellen n’enraye cette folie…

Mon avis : Petit cadeau déposé dans une boîte à livres. La couverture m’a tentée. Faut dire que j’aime bien les publications de la série « Grands détectives » et quand en plus ils me font signe. Passé un bon petit moment. Pas de la grande littérature mais sympa à lire. Il ne renie pas l’époque à laquelle il a été écrit (début du XXème siècle) : intrigue, analyse de société ( la haute bourgeoisie anglaise et les gens qui n’en font pas partie), romance qui semble impossible, crime, pas trop de sang, romance, trahisons, le côté « gentleman » des anglais, le coté chevaleresque et honneur, un petit coté Indiana Jones par moments..
Je pense que les amateurs(trices) de la romancière Dominique Marny devraient passer un bon petit moment, sans prise de tête.

Extraits :

Le bleu représente la Voûte céleste, le rouge, le Feu élémentaire, le vert, la Terre vivante, et le doré, au centre, le Rayon de la sagesse. Ces choses se prennent-elles par la violence ?

On l’appelle le joyau de l’Annam. Annam signifie “voie cachée”. C’était une chose cachée, un joyau sacré, conservé dans un endroit secret.

on ne pouvait pas promettre des choses quand on ne savait pas ce qu’on promettait.

Tu sais à quoi ressemble un vitrail quand on le voit de l’extérieur, grossier et terne. C’est comme ça que sont la plupart des gens. Mais quand tu vas à l’intérieur, tu vois la lumière qui passe au travers, les couleurs qui brillent et scintillent comme… comme des joyaux. Eh bien, elle est comme ça, comme un joyau, le plus beau joyau du monde.

Il eut le sentiment de quitter le pays du quotidien pour passer dans une contrée de rêves aventureux.

Comparer le faux avec le joyau serait comme comparer une photo avec une belle femme. Il y manque la vie. Le joyau est comme une chose qui respire. Cela tient à la façon dont les couleurs vont et viennent, se mêlent et se confondent – rouge, bleu, vert et doré. Ce n’est pas une opale. Je ne sais pas ce que c’est. C’est simplement le joyau.

L’ennui avec les femmes, c’est que celles qui sont bien sont beaucoup trop bien pour n’importe quel homme en vie, et que celles qui ne le sont pas sont carrément trop nulles.

— Vous êtes surtout doué pour vous lancer des fleurs !
— C’est juste. De nos jours, seul un imbécile pense pouvoir se passer de réclame.

Il observa son visage. La regarder était fascinant, car elle n’arrêtait pas de changer de couleur, et tous les changements étaient beaux.

4 Replies to “Wentworth, Patricia «Le joyau de l’Annam» (1923 / 2017)”

  1. Je viens de le terminer et mon avis est tout à fait dans la lignée du tien.
    Pas de prise de tête et je dirais même que j’ai eu un peu l’impression de replonger dans mes livres d’enfance style « le club des cinq » sans les cinq (rires) mais avec deux héros bien sympathiques que sont Rose Ellen et Peter…

  2. c’est drôle que tu n’ai pas lu les Patricia Wentworth et ses enquêtes de miss maud, J’ai été étonnée, y a t il une raison??
    merci pour ton blog j’aime vraiment

  3. alors va voir tout à fait comme les « perry » on s’installe confortablement dans un fauteuil devant un feu et nous sommes transportés dans ces atmosphères anglaises . patricia wentworth et miss maud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *