Calmel, Mireille «La Fille des Templiers» tome 1 (2018)

Calmel, Mireille «La Fille des Templiers» tome 1 (2018)

Auteur : française, Née à Martigues , le 08/12/1964

Romans : Le Lit d’Aliénor, 2001 – Les tréteaux de l’enfance, 2003 – Le Bal des louves, 2003 (la chambre maudite – la vengeance d’Isabeau) – Lady Pirate, 2005 (les valets du roi – la parade des ombres) – La Rivière des âmes, 2007 – Le Chant des sorcières, 2008-2009: 3 tomes – La Reine de lumière, 2009-2010 (Elora – Terra Incognita) – Aliénor, le règne des Lions, 2011 – Aliénor, l’alliance brisée, 2012 – Richard Cœur de Lion (l’ombre de Saladin, 2013 – Les Chevaliers du Graal, 2014) – Aliénor, un dernier baiser avant le silence, 2015 – La marquise, 2014 (roman libertin sur la marquise de Sade) – Les Lionnes de Venise tome 1 (2017) – Les Lionnes de Venise tome 2 (2017) – La Fille des Templiers tome 1 (2018) – La Fille des Templiers tome 2 (2018)

Tome 1 – Paru chez XO – 24.05.2018 – 374 pages

Résumé : 19 mars 1314. Jacques de Molay, le dernier grand maître de l’Ordre du Temple, est brûlé en place publique. Il a été condamné par le roi Philippe le Bel qui reproche aux Templiers de dissimuler un fabuleux trésor. Mais le jour du supplice, une colombe dépose un message entre les mains du souverain. C’est la malédiction, terrible : le Roi et ses fils paieront pour ce crime ! Huit ans plus tard… 15 juillet 1322.
Une jeune paysanne, Flore Dupin, est pourchassée par les soldats de Charles IV. Quel secret détient-elle ? Qu’a-t-elle à voir avec l’ordre du Temple ? Un homme lui confie : – Avant de mourir, le roi a prononcé ton nom ! Une confrérie mystérieuse, des femmes de courage, des Rois maudits, avec ce vingtième roman, Mireille Calmel signe un roman d’aventure fascinant.

Mon avis : Comme toujours j’adore la plume de cette romancière. Je rentre dans l’aventure, je me sens toujours en empathie avec les personnages, je trouve sa manière d’écrire agréable et fluide. Je regrette juste que ce soit en deux tomes et que le tome un finisse à un moment crucial… mais c’est normal… Faut que je mettre rapidement la main sur la suite..

Tous les personnages sont bien décrits, on se retrouve dans le contexte historique bien décrit. Et puis j’aime les romans historiques, les romans de cap et d’épée, les intrigues royales, et cette période du Moyen Age. Alors je suis toujours ravie de passer un moment avec les personnages (fictifs et réels) évoqués par Mireille Calmel. Et une fois de plus c’est réussi.

Extraits :

Plaie d’argent ne vaut pas que l’on vende son âme au diable !

À trop la voir contrôler ses émotions, il avait craint qu’elles ne la rongent.

Des fleurs de lys en macérat. C’est… souverain, plaisanta-t-il à peine.

elle avait entendu moult histoires dans sa prime jeunesse. Toutes évoquaient le voyageur égaré, contraint de dormir à la belle étoile. Là un brigand lui tranchait la gorge dans son sommeil, ici un sanglier l’éviscérait de ses défenses, ailleurs une vipère, entrée par ses braies, se logeait dans son fondement, sans compter ces hordes de farfadets, d’elfes, de fées qui, jaillis de dessous les pierres, du creux des arbres ou des fontaines naturelles, le tourmentaient, chacun à sa manière, jusqu’à le laisser fol.

Cette peur de découvrir la vérité et tout à la fois le désir de la connaître, du plus profond de son être, firent s’emballer son cœur, ramener à elle toutes ces pensées qu’elle avait ressassées.

Il était devenu aveugle de n’avoir pas voulu voir, sourd d’avoir refusé d’entendre.

Il n’éprouvait plus aucun sentiment sinon cette panique qui ondulait comme un serpent. Tantôt endormi, tantôt dressé.

le ciel se déchirait dans un combat d’épées d’un bleu glacé.

Un nouvel éclair déchira l’obscurité. Cette fois, Gui eut l’impression qu’il lui pénétrait la chair.

Comment ai-je pu croire que l’amour serait moins fort que la haine ? Je me suis trompée. Et j’en paie le prix.

L’art des vitraux comme tous ceux du bâtiment ont obéi à une impulsion. Celle de ramener le peuple au divin. L’Ordre fut aussi créé pour cela. Servir le temps des cathédrales. Du sacré.

 

En savoir plus sur le «  Baphômet » :

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *