Bauer Belinda «Sous les bruyères» (02/2011)

Bauer Belinda «Sous les bruyères» (02/2011)

Autrice : Belinda Bauer grandit en Angleterre et en Afrique du Sud. Elle s’installe à Cardiff où elle travaille comme journaliste et scénariste pour la BBC. En France, ses livres sont publiés chez Fleuve noir et 10/18. Elle publie en 2009 son premier roman, Blacklands (Sous les bruyères) avec lequel elle remporte le Gold Dagger Award en 2010. Elle a publié « Sous les bruyères » (2009,) « L’Appel des ombres » (2012), « Le Voleur d’enfants tristes » ( 2013), « Cadavre 19 » (2014), « Arrêt d’urgence » (2019)

Résumé : Steven, n’a que douze ans. Pourtant, depuis quelque temps, il entretient une relation épistolaire avec un tueur en série. Il faut dire que la destinée familiale de Steven est des plus dramatiques. Son oncle Billy a disparu, au même âge que lui, dans la lande. Persuadé que sa mère et sa grand-mère ne parviendront jamais à faire leur deuil, il entre en contact avec Arnold Avery, un assassin d’enfants aujourd’hui en prison. Pour Steven, Billy est forcément tombé entre ses griffes. C’est le début d’une correspondance codée et dangereuse, un dialogue ambigu qui se meut rapidement en engrenage fatal

Mon avis : J’avais déjà lu le tome 3 de la série, « le voleur d’enfants tristes » qui faisait référence au passé de Steven. J’ai donc souhaité lire le début. Je ne suis pas déçue. Et je suis de plus contente de le lire après avoir lu le troisième. En effet je ne sais pas si en commençant par le premier j’aurais souhaité lire une suite, tant une suite me semblerait improbable… Mais le lire en complément donne un plus. Ce premier opus pose un contexte psychologique lourd et pesant (évidemment le suspense quant au dénouement est un peu gâché quand on sait qu’il y a un avenir pour le personnage) mais cela ne nuit pas au déroulement du roman. Une construction machiavélique, une plongée dans la tête d’un tueur en série, d’un pédophile, d’un petit garçon intelligent. La peinture d’une campagne anglaise, si calme en apparence… le triomphe du psychologique, du mental sur le factuel. Comment l’idée d’un petit garçon, pour préserver et reconstituer sa famille dévastée par un drame va déboucher sur une situation qui risque bien de faire des ravages… Original et très bon. J’enchaîne sur le tome 2 « L’appel des ombres »

4 Replies to “Bauer Belinda «Sous les bruyères» (02/2011)”

  1. Et le suivant « l’appel des ombres » monte aussi crescendo… mise en place d’un autre personnage qui aura toute son importance dans le 3ème roman, « le voleur d’enfants tristes ». Et là encore, j’aime bien cette découverte du passé des personnages récurrents dans ces romans au rythme lent…

  2. Contrairement à toi, j’ai pris les romans dans l’ordre en commençant par « Sous les bruyères ». Très belle histoire d’un petit garçon prêt à tout, même à pactiser avec le diable, pour que l’harmonie revienne dans son foyer. Avec la lande anglaise comme personnage principal.
    J’enchaîne avec « L’appel des ombres ».

    1. Après réflexion, tu as bien fait de commencer par le commencement… Mais moi je les ai lus dans l’ordre ou je me les suis procurés.. Et le tome trois est arrivé sur ma PAL avant le 1…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *