Daniel, Marie-Catherine « Rose-thé et gris-souris » (2012)

Daniel, Marie-Catherine « Rose-thé et gris-souris » (2012)

Résumé : Elle, c’est Gertrude, une comptable. À peine débarquée à la Réunion, elle traîne derrière elle un bagage un peu trop lourd à porter et aimerait se fondre dans le paysage. Elle a décidé que le rose-thé et le gris-souris étaient les bonnes couleurs pour se faire accepter dans le supermarché où elle travaille. Un supermarché dont le patron, François, est autant du genre à exiger des heures sup le samedi matin… qu’à lui offrir Le Grand Livre d’Or de la Poésie Réunionnaise.

Lui, c’est Dégage. Un chien errant. Il vient de perdre toute sa famille. Mais il n’est pas désespéré : il va fonder un nouveau clan ! Il a justement repéré une humaine fort sympathique, qui ne «l’appelle» pas quand il se met à la suivre.

Gertrude a peur des chiens, elle n’apprécie pas du tout qu’un clébard squelettique et galeux s’attache à chacun de ses pas. Pourtant, c’est grâce à lui qu’elle apprendra peu à peu à redonner une chance aux autres et à la vie…

Mon avis : Tout petit livre, gentillet, sans plus. Plein de bonnes intentions et de bons sentiments, il va très bien pour passer une heure dans le train. Je ne suis pas sûre que je vais m’en souvenir très longtemps, mais on passe un joli moment… Rose-thé et gris-souris.. il ne rayonne pas, il se fond dans la masse et passe somme toutes assez inaperçu.. Jolie bulle d’espoir mais un peu trop inconsistante.. qui dure.. ce que durent les bulles…

Extraits:

« Notre vie n’est pas derrière nous, ni avant, ni maintenant, elle est dedans. »   Jacques Prévert

Dégage est malheureux et de plus en plus mal à l’aise. Il est dissimulé dans un bosquet de deux-roues à moteur, en lisière du Territoire des Bus. Depuis longtemps. Trop longtemps certainement.

Ça lui fait un peu peur toute cette vie sociale qui lui tombe dessus. Très longtemps – trop ? – qu’elle n’a pas connu ça

Elle en a déjà assez de jouer avec le téléphone. Elle n’a aucun numéro à y mettre (elle a appris avec surprise qu’il n’y a pas d’annuaire pour les portables). Alors elle a testé le répertoire en y entrant, sous le nom de « Cunégonde » laborieusement tapé en près de quatorze minutes, son propre numéro : 06-92-91-28-03.

Quand j’ai pitié, je fuis. J’ai trop horreur de faire pitié moi-même

3 Replies to “Daniel, Marie-Catherine « Rose-thé et gris-souris » (2012)”

  1. Bah… Une histoire qui dégouline de bons sentiments, une fois de temps en temps, ça fait du bien. Surtout après une série de polars très sombres.

    Je l’ai lu en une petite matinée, dans un transat au soleil sur la plage, et j’ai trouvé ça très sympa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *