Muñoz Rengel, Juan Jacinto « Le tueur hypocondriaque » (03/2013)

Muñoz Rengel, Juan Jacinto « Le tueur hypocondriaque » (03/2013)

Résumé : Monsieur Y., tueur à gages de son métier, n’a plus qu’un jour à vivre… Deux, maximum. En réalité, M. Y. se réveille chaque matin : 1) persuadé qu’il s’agit du dernier jour de sa vie, 2) déterminé à tuer Eduardo Blaisten, qu’il poursuit depuis un an et deux mois exactement. Mais, en plus d’être atteint de maladies toutes plus rares et/ou imaginaires les unes que les autres, M. Y. souffre d’une malchance chronique. Si seulement il ne s’était pas endormi dans le métro la fois où il aurait pu pousser Blaisten sur les rails ! Au fil de ses tentatives d’homicide, M. Y. établit des liens évidents entre ses propres symptômes et les grands maux qui torturèrent Proust, Voltaire, Tolstoï, Molière, entre autres grands hypocondriaques de l’histoire. Et lui, arrivera-t-il à accomplir sa dernière grande œuvre ?

Mon avis : Un OVLI ! (Objet Livresque Non Identifié) Ceux qui apprécient le décalé et le déjanté ne vont pas être déçus du voyage! Et comme il est court., cela vaut le coup de jeter un coup d’œil dessus… On traverse la vie du tueur avec des compagnons tels que Kant, Poe, les Goncourt, Swift, Tolstoï, Voltaire, Lord Byron, Descartes, les frères Goncourt, Proust, Coleridge, et Molière .. Notre brave tueur à gage, doté d’une conscience et de tous les maux, s’apparente à tous ces écrivains et souffre des mêmes maladies qu’eux. Le seul souci est qu’il cumule ! Maladroit comme c’est pas possible et né comme dirait l’autre sous le signe « scoumoune ascendant manque de bol » on se demande bien comment il va réussir à tuer son objectif. Mais comme il a été payé pour .. il va tout faire pour que Blaisten meure.. Mais il ne faut pas qu’il soit dit qu’il aura volé son argent en le laissant mourir sans qu’il soit le responsable de sa mort.. Humour noir, ironie, grande culture, cela ne ressemble à rien de ce que j’ai lu dans le passé !
Deux vies sont liées.. celle du tueur et celle de la victime.. et elles se croisent et recroisent. Les chapitres sont courts, cela s’enchaine bien.. et je ne regrette pas d’avoir croisé la route de ce livre inclassable..

L’auteur est un professeur de philosophie et fait preuve d’une grande connaissance de la vie des grandes figures de la littérature.

Extraits :

« Je suis, par-dessus tout, un homme victime de malchance. Depuis que j’ai l’usage de la raison, depuis ma naissance, enfant faible et fragile, l’infortune me poursuit, sans cesse, partout dans le monde. Si je choisis entre deux directions, c’est l’autre la bonne. Si je sors avec mon parapluie, je le promènerai toute la journée sans m’en servir. Mais il suffit que je le perde pour que la sécheresse la plus tenace cesse aussitôt. Si je tends l’autre joue, on me frappera sur la nuque. Si je lève la main pour une réclamation, je me ferai probablement une luxation à la clavicule.  »

« Se réveiller puis se rendormir paralyse, abat, épuise les forces. Trop dormir, pour la simple jouissance de la somnolence, comme le font les Espagnols avec leur sieste, écourte la vie. »

 » Le samedi matin, je me suis réveillé mort finalement. J’ai appelé les secours, pourtant, lorsqu’ils sont arrivés, par l’œuvre d’un puissant miracle, mon cadavre a montré une nette amélioration. »

 » Les malades guérissent, meurent ou restent tels qu’ils sont sans que la médecine ne puisse rien faire pour eux. Il faut donc se méfier de la science médicale comme des statistiques. »

One Reply to “Muñoz Rengel, Juan Jacinto « Le tueur hypocondriaque » (03/2013)”

  1. Je me souviens d’avoir vu ce film, de l’avoir adore9, tleeemlnt que le titre est grave9 e0 jamais dans ma me9moire… mais je ne me souviens absolument pas du film lui-meame. Bizarre non? Tiens, j’imagine que mon chum ne l’a pas vu. Ce serait une occasion de renouer. Les remakes me font peur. Ils pullulent, c’est l’invasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *