Chatton, Pierre-François «Les partants» (2021)

Chatton, Pierre-François «Les partants» (2021)

Auteur : Journaliste, auteur de nombreux reportages dans le monde entier pour la presse écrite et audiovisuelle, Pierre-François Chatton a couvert pendant plus de 30 ans les soubresauts de l’histoire en Europe, au Proche-Orient, aux Etats-Unis et en Afrique. Il a côtoyé et interviewé des personnalités comme Nelson Mandela, Mikhail Gorbatchev, Yasser Arafat..
Durant sa carrière journalistique, Pierre-François Chatton a travaillé pour la presse suisse: 24 Heures, La Liberté, L’Hebdo, La Tribune de Genève et la Radio-Télévision Suisse.

Une étonnante saga familiale qui traverse le XXème siècle. Des palaces new-yorkais aux prisons russes, une quête de vérité sur des traces soigneusement effacées

Auto-édité – Thebookedition – avril 06, 2021 – 386 pages
Site de l’auteur : http://pfchatton.blogspot.com
Pour se le procurer : Les Partants – Pierre-François Chatton (thebookedition.com)

Résumé : Ils avaient à peine 20 ans. Ils sont partis pour fuir la pauvreté suisse de ce début du XXème siècle. Elle en Russie, eux en Amérique.
Pour avoir fréquenté des révolutionnaires, elle a été déportée en Sibérie. Elle n’a jamais pu renouer avec les siens. Son monde sera soviétique.
Eux ont débarqué successivement en Amérique. L’un a côtoyé les grands de ce monde dans l’hôtellerie de luxe, l’autre fréquentait la pègre. C’était le New York de la prohibition.
Tous vont croiser des personnages réels qui marqueront leur existence et vivre les soubresauts de l’histoire. La Floride, les rives du lac Baïkal, les plantations de Louisiane et les palaces helvétiques sont les décors de cette saga qui traverse le siècle.

Mon Avis :

Une fresque qui se déroule sur tout le XXème siècle et qui a pour point de départ la Suisse. Eh oui, il n’y a pas eu que les Irlandais ou les Italiens à avoir émigré aux Etats Unis (ou ailleurs) pour fuir la misère qui régnait à l’époque.
Un livre auto-édité, bien documenté qui mêle la vie des personnages qui ont quitté la Suisse et les investigations de la génération actuelle qui part sur leurs traces.

Dans ce roman qui commence par une simple histoire de misère, nous allons suivre une jeune fille qui va être envoyée en Russie et un jeune homme qui va s’expatrier aux Etats-Unis, suivi quelques années après par son frère.

C’est une promenade très documentée qui nous fera découvrir les débuts de l’Hôtellerie de luxe, le monde plus glauque des bars clandestins, la ségrégation raciale, les prisons et les bagnes de Russie et de Sibérie…
Bien entendu il y a des histoires de famille, des secrets, des histoires d’amour, des trahisons…
Mais il n’y a pas que cela … de nos jours, les descendants de cette famille auront envie de retracer le parcours de leurs ancêtres et se lanceront à leur recherche… et ce sera le début de nouvelles aventures.
Je ne me suis pas ennuyée une seconde en lisant cette saga familiale.
L’auteur étant journaliste à la base, il a privilégié l’histoire et la quête d’identité à la densification des personnages. C’est un choix mais personnellement, j’aurais aimé des descriptions des personnages plus étoffées, afin de pouvoir m’attacher davantage à eux. Ce n’est pas qu’ils sont inexistants, non, mais j’aurais bien aimé les connaitre un peu plus.
Et surtout ne le lâchez pas avant la fin, qui est pour le moins surprenante.

 

Extraits :

Voulait-il que sa petite fille porte le prénom de sa mère? Il prit le temps de réfléchir.
– Si c’est une fille, Emma ira très bien. Ça rappelle un peu Anna mais c’est assez différent pour qu’elle ne grandisse pas dans son ombre.

– Le plus dur, admit un jour Annette lors d’une confidence à Maria, c’est de ne plus rêver. La nuit, les visages qui m’étaient familiers – Dimitri, mon père, ma soeur chérie Séraphine, mes autres frères et soeurs – ne me rendent plus visite. C’est comme si on avait coupé le fil qui me reliait à eux.

– Je travaille au Marlboro Club dans l’East Village.
– Tu bosses dans un speakeasy, un bar clandestin?

Il se dit qu’il fallait peut-être que les palaces de demain soient tout simplement modernes et confortables, quitte à abandonner les alignées de colonnes, les stucs, les angelots et autres décorations surannées.

 

Vocabulaire :
Katorga :  Le mot russe katorga, que l’on peut traduire par « bagne », désigne une partie du système de répression pénale de l’Empire russe. (Wikipédia)

Bouriates : dont la population s’élève actuellement à 515 000 individus, sont le plus important groupe ethnique minoritaire de Sibérie où ils sont principalement concentrés dans leur région d’origine, la République de Bouriatie, et il y a également des populations bouriates importantes dans le Nord de la Mongolie, ainsi qu’une petite minorité en Chine, dans la région autonome de Mongolie-Intérieure.  (Wikipédia)

2 Replies to “Chatton, Pierre-François «Les partants» (2021)”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.