Fulda, Anne «Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait» (2017)

Fulda, Anne «Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait» (2017)

Auteur : Anne Fulda est grand reporter et responsable de la rubrique Portraits au Figaro. Elle a publié Un président très entouré (Grasset) et François Baroin, le faux discret (JC Lattès).

 

Résumé : Anne Fulda brosse un portrait intime et inédit de ce don Juan atypique pour lequel l’esprit de conquête s’apparente à un besoin de plaire et de convaincre, quitte à rêver sa vie.

Depuis qu’il est enfant, Emmanuel Macron – ce candidat aux allures de Petit Prince virtuel – a toujours été désigné et reconnu comme le meilleur.

Il a trouvé dans le regard des autres, et plus spécifiquement de ses aînés, l’admiration, l’encouragement, la bienveillance. Il y a eu, longtemps, le regard de sa grand-mère, fondateur et essentiel, avec laquelle il a entretenu des liens exclusifs, presque passionnels, qui ont même influé sur sa relation avec François Hollande. Il y a eu le regard de ses professeurs, puis de tous ses « parrains », qui, tout au long de sa carrière, l’ont toujours épaulé et qu’il a souvent subjugués par son intelligence et son empathie. Il y a bien sûr le regard de Brigitte, son épouse, avec qui il forme un couple dont la singularité ne tient pas à leur différence d’âge mais au fait qu’elle est l’unique femme qu’il aime depuis qu’il a seize ans. Et il y a maintenant le regard des Français, qu’il entend séduire avec la même détermination, en bousculant les convenances et en leur déclarant qu’il les aime…

Mon avis :

Chevalier des temps moderne, la fleur au fusil, il part à la conquête de l’impossible : Brigitte, puis la France… La presse en a fait un héros des temps modernes, en lui créant une vie qui n’est pas tout à fait la sienne… Personnage hors-norme, héros de roman, solaire, positif, déterminé, atypique…

Deux femmes : Sa grand-mère, Manette, et son épouse Brigitte. Des amours exclusives, inébranlables, totales. Un seul Ami. Les autres personnes de sa vie semblent être plus ou moins de la déco, interchangeables. Bien sûr il a eu des parents aimants mais la fusionalité (oups ?) de ses rapports avec les deux femmes de sa vie laisse peu de place aux autres. Quant à se demander si le jeune Emmanuel n’a pas été étouffé par l’amour d’une mère qui avait eu un premier enfant mort-né et a de ce fait privilégié un rapport différent avec une personne le protégeant différemment (c’est mon idée ??) ? Origine pyrénéenne, une arrière-grand-mère illettrée, une grand-mère enseignante, des parents médecins… Manette et Brigitte lui ont donné les armes pour poursuivre son chemin… quel que soit le chemin… Elles ont créé une sorte de cape d’invincibilité, un bouclier d’amour autour de lui. Les deux femmes sont semble-t-il des professeurs qui captent l’intérêt des jeunes et les poussent vers le haut… Leurs forces conjuguées ont donné à Macron l’invincibilité. S’il est convaincu de son bon droit, il fonce ; les critiques et les regards en coin : il s’en moque. Il avance. J’ai ressenti un homme qui roule pour lui-même, qui séduit et se sert (il ne trahit pas car il ne promet rien) ; de fait, les gens sentent qu’ils risquent bien de se faire doubler, mais ils donnent quand même, en connaissance de cause. Un homme que beaucoup font l’erreur de sous-estimer ; et ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. Un homme qui ne dément pas, ne confirme ni n’affirme ; si les autres tirent des conclusions erronées, ce n’est pas lui qui va les détromper si cela peut lui servir. Un homme qui est passé de l’enfance à l’âge adulte, qui a besoin de fréquenter des personnes qui peuvent lui apprendre et lui apporter quelque chose et qui ne voit pas l’intérêt de bavardouiller et d’affronter pour le plaisir avec des gens de son âge… D’ailleurs les confrontations ne l’intéressent pas. Il a un but, il trace sa route pour y arriver, et ce qui lui importe c’est d’arriver au bout. S’il croit en une chose, il y va et il est au-dessus de la mélée. Mesquinerie et étroitesse d’esprit sont des choses qu’il semble ne pas supporter. Il veut, il construit, il conquiert. Comme un alpiniste qui veut gravir un sommet : un objectif , une route tracée et il ne musarde pas en chemin. Ce qu’il veut : plaire, séduire, convaincre mais séduire intellectuellement ( pour le reste il a Brigitte et n’a pas envie d’une autre femme) … et faire comprendre ses points de vue. Un homme qui admet dificilement l’echec. Il semble aimer être entouré, mais à distance… On a l’impression qu’il n’a pas de temps pour des futilités, des intermèdes. Un homme qui aime les valeurs sures, tant en littérature qu’en chansons… Il faut qu’il puisse s’appuyer sur des rocs, du solide, du beau. Ce qui ne veut pas dire qu’il boude ses plaisirs : il aime la bonne chère, est joyeux et ouvert.

Il donne l’impression d’avoir du temps pour tout le monde, il est disponible, charismatique ; il est empathique, et a la faculté de faire ressentir à son interlocuteur qu’il est une personne importante ; de plus il semble avoir la manière de faire avec les personnes plus âgées : est-ce du fait de sa relation si particulière avec sa grand-mère ?

Il m’a donné envie de lire : « Journal de deuil » de Roland Barthes

 

Extraits :

Il est comme une construction en trompe l’œil, un édifice bâti sur des bases mouvantes, une histoire personnelle mise au service d’une ambition évidente. Quitte à être un peu retouchée.

Macron a aussi un rapport au temps étonnant. Il ne semble jamais pris de court. Jamais pressé. Toujours prêt à donner son temps, comme une preuve d’amour, d’attention. Un élément de séduction parmi d’autres.

« Les gens sont durs dans la finance, mais on y respecte quelques règles, alors qu’en politique aucun coup n’est interdit. »

Emmanuel n’a besoin de personne. C’est une éponge. Il reçoit, il absorbe, mais s’il en est arrivé là, il ne le doit qu’à lui et à sa grand-mère », juge Brigitte Macron

Attirée par ce qui brille, Brigitte Macron ? Ce serait trop simple. Peut-être plutôt par ce qui vit. Crépite

Il y a cette enfance qu’il dit avoir passée dans les livres, « un peu hors du monde », vivant « largement par les textes et par les mots ».

« impossible d’établir un lien entre le réel et la transcendance sans passer par l’écriture ».

Il voit dans chaque être humain une promesse.

Il pense vraiment que le grand sens du progrès est lié à la culture. La culture c’est être plus grand que soi. C’est l’inverse de la dépression.

la littérature lui offrant des modèles de héros qui ont rêvé leur vie comme lui aimerait rêver la sienne !

Emmanuel est quelqu’un qui faisait les choses sérieusement sans se prendre au sérieux

En Marche : C’est une allusion à une phrase de Saint-Exupéry dans Vol de nuit : “Dans la vie, il n’y a pas de solution. Il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent.” »

C’est aussi une référence à la sculpture de Giacometti, « L’homme qui marche »

 

 

One Reply to “Fulda, Anne «Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait» (2017)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *