Barton, Fiona «La coupure» (2018)

Barton, Fiona «La coupure» (2018)

 Auteure: Fiona Barton, née à Cambridge, est journaliste et a travaillé au Daily Mail, au Daily Telegraph et au Mail on Sunday. Elle a remporté le prix de « Reporter de l’année » aux British Press Awards. Elle vit aujourd’hui dans le sud-ouest de la France. La Veuve est son premier roman. (Fleuve Noir – 416 pages). En 2018 elle publie La Coupure.

Fleuve Noir – 13/09/2018 – 480 pages

Résumé

Quand quelques lignes en bas de ta colonne des brèves révèlent la découverte du corps d’un bébé sur un chantier de la banlieue de Londres, la plupart des lecteurs n’y prêtent guère attention. Mais pour trois femmes, cette nouvelle devient impossible à ignorer. Angela revit à travers elle le pire moment de son existence : quarante ans auparavant, on lui a dérobé sa fille à la maternité. Depuis, elle cherche des réponses.

Pour Emma, jeune éditrice en free-lance, c’est le début d’une descente aux enfers, car ce fait divers risque fort de mettre au jour son secret le plus noir et de détruire sa vie à jamais. Quant à Kate, journaliste de renom et avide d’une bonne story, elle flaire là le premier indice d’une affaire qui pourrait bien lui coûter quelques nuits blanches. Car toutes les histoires ne sont pas bonnes à être publiées…

Encore moins quand elles font resurgir des vérités que personne ne souhaite connaître.

 

Mon avis :

J’ai retrouvé avec plaisir Kate dont j’avais fait connaissance l’an dernier et l’inspecteur Bob Sparkes..

Un squelette de bébé … et Kate va se mettre à fouiller. Qui est cet enfant ? depuis quand est-il là ? est-ce un meurtre ? Pas facile de remonter le temps… pourtant ce serait un super sujet… Flanquée de son jeune stagiaire, elle va remonter les pistes. Et qui dit enquête, dit déterrer le passé… Un entrefilet dans la presse et la vie de plusieurs femmes subit un tremblement de terre. Une mère dont l’enfant a été volé à la maternité entre autres…

Comme dans « La Veuve » on se trouve confrontés à une disparition d’enfant. Et tout comme dans le roman précédent l’auteur nous décrit des femmes qui se laissent manipuler par des hommes dangereux et qui ne se révoltent pas, qui se voilent la face plutôt que de réagir, qui se racontent des histoires pour ne pas voir.

Le roman donne la parole à plusieurs narrateurs. Au début on se demande un peu ou on va.. On se demande pourquoi toutes ces femmes se racontent, mais bien évidemment, toutes ont leur rôle à jouer dans le déroulement de l’affaire. Toutes ces femmes déboussolées… Toutes en sorte de dépression, qui tentent de vivre avec des secrets ou des blessures.

Au niveau journalistique, confrontation entre deux mondes. Les anciens journalistes qui enquêtent sur le terrain et sortent des articles documentés et les nouveaux, journalistes « internet » et qui alimentent le web en ligne en nouvelles « people». Deux manières de travailler aussi ; les jeunes sont totalement perdus quand on les sort de leur univers google et qu’on les entraine sur le terrain. Et au final je me demande si ce n’est pas la manière de faire du journalisme qui ne m’a pas le plus intéressé dans le roman, les rapports humains et la manière d’aborder les gens…

J’ai beaucoup aimé mais ce n’est pas un coup de cœur. Je ne sais pas pourquoi, il a manqué un petit quelque chose. Mais je ne vais pas « divulgacher » et je vous laisse lire ce thriller hautement addictif et très bien construit.

 

Extraits :

Et nous rirons avec, pour quelques minutes au moins, l’impression d’être proches. Mais ce jeu du « Tu te souviens ? » ne dure jamais. Trop de ces souvenirs sont tabous.
Par conséquent, nous ne nous téléphonons que pour les anniversaires et pour Noël. Cette routine nous permet de rester en contact grâce au calendrier, et de laisser les émotions de côté.

« le beau monde ». Elle prononçait toujours l’expression comme si elle l’écrivait en italique.

Kate lui décocha un regard qui aurait calmé un rottweiler.

Ce qu’il restait du personnel de la bibliothèque d’archives résidait dans les entrailles du journal, survivants troglodytes de la révolution Google qui se comptaient sur les doigts d’une main. Ne subsistait plus qu’une bande de geeks et de gars bizarres – une version petit budget du bar de La Guerre des étoiles, plaisantait le gars de la crim’ (avant, dut-elle se rappeler). L’âge d’or était révolu, vaincu par l’avènement des recherches sur Internet ; pourtant, des irréductibles résistaient et continuaient à trier et ranger chaque article publié, gardiens d’une connaissance experte des informations du siècle dernier, jusqu’à ce que l’ultime coupure de presse soit numérisée.

Sa mutation avait commencé, elle était en train de se transformer en dinosaure.

Allez, ça va être amusant, s’entendit-elle ajouter, comme si elle s’adressait à un enfant récalcitrant.
Pourquoi tout doit-il être amusant pour être important aujourd’hui ?

Pas de mots-clés ni de moteur de recherche. Il semblait perdu.

Cette histoire n’attirera personne sur notre site. Oublie. On ne fait plus dans le reportage de fond. La royauté et les célébrités, voilà ce qui intéresse aujourd’hui. C’est ça que le lecteur attend.

L’époque où l’on trouvait du charme au métier de journaliste était révolue. Aujourd’hui, le public portait la même estime aux journalistes qu’aux contrôleurs des impôts et aux agents de la circulation.
L’irritation semblait générale à l’égard des médias et des méthodes employées pour obtenir des informations. Toutefois, de nos jours, ce n’était qu’une question de maîtrise des technologies.

Sa colère et sa souffrance avaient envahi chaque recoin de la maison.

« La flatterie, encore et toujours », lui répétait un ancien rédacteur. « Ça ouvre toutes les portes. »

La plupart du temps, j’ai l’impression d’être prise dans un épais brouillard. Je n’arrive pas à voir ce qu’il y a devant moi. J’ai trop peur d’avancer. Ça pourrait être pire que ce que j’ai aujourd’hui. Je n’arrête pas de me répéter : reste où tu es. C’est moins dangereux.

Une retraite bucolique. C’est plus mort qu’un cimetière, en vérité.

Je me penche et je l’embrasse. Pour lui montrer que je l’aime. Et le faire taire.

Je me maquille rarement maintenant. C’est trop de travail et personne ne le remarque de toute façon. On atteint un certain âge et d’un coup, on devient invisible. Les autres ne nous voient plus, ils s’étonnent quand on prend la parole. Toutes mes amies ont remarqué la même chose.

Eh bien, savoir exactement qui est une personne, et devoir la présenter sous un autre jour, pour que cela corresponde à son image, c’est une sacrée responsabilité. Par exemple quand on soupçonne un homme d’être violent. Qui ment dans ce cas ? Est-ce que c’est lui ou est-ce que c’est nous ?

Je regarde les gens dans la salle et je vois des visages que je connais presque. Ils me sont familiers mais je n’arrive pas à les situer. Ensuite, ils se présentent et le voile se lève. Vous voyez ce que je veux dire ?

Je me rends compte que mes souvenirs de cette fête se présentent comme une vidéo amateur : des images, filmées par une caméra vacillante, qui s’enchaînent sans transition, laissant des trous noirs béants entre les séquences.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *