Kerr, Philip Série Bernhard Gunther (La trilogie berlinoise et la suite)

L’Auteur : Philip Ballantyne Kerr est un auteur écossais, né le 22 février 1956 à Edimbourg (Ecosse). Il a fait ses études de droit à l’université de Birmingham. Il a ensuite travaillé dans la publicité et comme journaliste free-lance, avant de remporter un succès mondial avec sa trilogie située dans le Berlin de la fin des années trente et de l’immédiat après-guerre (Un été de cristal, La Pâle Figure, Un requiem allemand), avec le détective privé Bernie Gunther, également présent dans The One From the Other (2006). Alors qu’il avait annoncé la fin de Gunther après la publication de la trilogie, il lui consacre de nouvelles aventures depuis 2006.

interview de l’auteur :  http://www.revuesangfroid.fr/nos-articles/philip-kerr-ecrire-maladie-mentale/   

Série Bernhard Gunther (Bernie)

(les trois premiers forment « la trilogie Berlinoise »)

  1. March Violets (1989) L’Été de cristal (en français 1993) – se déroule en 1936
  2. The Pale Criminal (1990) La Pâle Figure (en français 1994) – se déroule en 1938
  3. A German Requiem (1991) Un requiem allemand (en français 1995) – se déroule en 1947-48
  4. The One From the Other (2006) La Mort, entre autres (en français 2009) – se déroule en 1949
  5. A Quiet Flame (2008) Une douce flamme (en français 2010) – se déroule en 1950
  6. If The Dead Rise Not (2009) Hôtel Adlon (en français 2012) – se déroule en 1934 et 1954
  7. Field Grey (2010) Vert-de-gris (en français 2013) – se déroule en 1954
  8. Prague Fatale (2011) Prague fatale (en français 2014) – se déroule en 1941
  9. A Man Without Breath (2013) Les Ombres de Katyn (en français 2015) – se déroule en 1943
  10. The lady from Zagreb (2015)  La Dame de Zagreb (en français 2015)  – se déroule en 1942
  11. The Other Side of Silence (2016)  Les Pièges de l’exil (en français 2017)
  12. Prussian Blue (2017)

La Trilogie Berlinoise:

Tome 1 : « L’été de cristal » (1993) (voir article)

Vétéran du front turc et ancien policier, Bernie Gunther, trente-huit ans, est devenu détective privé, spécialisé dans la recherche des personnes disparues. Et le travail ne manque pas, à Berlin, durant cet été 1936 où les S.A., à la veille des jeux Olympiques, se hargent de rendre la ville accueillante aux touristes.
C’est cependant une mission un peu particulière que lui propose un puissant industriel,
Hermann Six : ce dernier n’a plus à chercher sa fille, assassinée chez elle en même temps que son mari, mais les bijoux qui ont disparu du coffre-fort.
Bernie se met en chasse. Et cet été-là, l’ordre nouveau qui règne sur l’Allemagne va se révéler à lui, faisant voler en éclats le peu d’illusions qui lui restent…
Considéré comme un des espoirs les plus prometteurs du roman policier anglais, Philip Kerr a reçu pour ce premier livre le Prix du roman d’aventures.

Tome 2 : « La pale figure » (1994)  (voir article)

Septembre 1938. Cependant que Berlin attend l’issue des pourparlers de Munich, le détective privé Bernhard Gunther est appelé par Frau Lange, une importante éditrice, qui subit un chantage relatif à son fils, homosexuel. Une dénonciation signifierait pour lui le camp de concentration. Au même moment, un ami policier propose à Gunther une autre mission, difficile à refuser : travailler pour les services du tout-puissant responsable nazi Heydrich, qui le lance sur la piste d’un tueur en série.
Au fil d’un thriller qui nous conduit des cliniques psy chiatriques aux coulisses du pouvoir hitlérien, l’auteur de L’Eté de cristal — Prix du Roman d’aventures 1993 —ressuscite l’ambiance d’une ville où s’appesantit la folie totalitaire, avec une véracité et une précision saisissantes jusqu’au malaise.

Tome 3 : « Un requiem allemand » (1995)  (voir article)

C’est dans le Berlin de 1947 que nous retrouvons Bernie Gunther, le détective privé familier des lecteurs de L’Été de cristal (Prix du Roman d’aventures 1993). Un Berlin de cauchemar, écrasé sous les bombes, en proie au marché noir, à la prostitution, aux exactions de la soldatesque rouge… C’est dans ce contexte que Gunther est contacté par un colonel du renseignement soviétique, dans le but de sauver de la potence un nommé Becker, accusé du meurtre d’un officier américain. Mais quel rôle jouait au juste ce Becker – que Bernie Gunther a connu quelques années plus tôt ? Trafiquant ? espion ? coupable idéal ? A Berlin, puis à Vienne, tandis que la dénazification entraîne la valse des identités et des faux certificats, Bernie va devoir prouver que son passage sur le front de l’Est n’a pas entamé ses capacités. D’autant qu’il s’agit aussi de sauver sa peau…

Tome 4 : « La Mort, entre autres » (2009) (voir article)

On se souvient de Bernie Gunther, l’ex-commissaire de police devenu détective privé, qui, à la fin de La Trilogie berlinoise, assistait à la chute du IIIe Reich, conscient de la corruption qui, à Berlin comme à Vienne, minait le régime. 1949. Bernie vit une passe difficile. Sa femme se meurt, et il craint que le matricule SS dont il garde la trace sous le bras ne lui joue de sales tours. Une cliente affriolante lui demande de retrouver la trace de son époux nazi, et le voici embarqué dans une aventure qui le dépasse. Tel Philip Marlowe, son alter ego californien, et en dépit de son cynisme, Gunther est une proie facile pour les femmes fatales… Atmosphère suffocante, manipulations, et toujours l’Histoire qui sous-tend habilement la fiction : du Philip Kerr en très grande forme.

Tome 5: « Une douce flamme » (2010)  (voir article)

1950. Bernie Gunther est en Argentine, où il retrouve le gratin des criminels nazis en exil. Une jeune fille est assassinée, et pour Bernie cette affaire ressemble étrangement à une autre non élucidée qui lui avait été confiée lorsqu’il était flic à Berlin sous la république de Weimar. Le chef de la police de Buenos Aires le sollicite pour l’enquête, et Bernie accepte sans enthousiasme…

Tome 6 : Hôtel Adlon (2012) (voir article)

Berlin, 1934. Bernie Gunther, chassé de la Kripo, gangrenée par les nazis, en raison de ses sympathies pour la république de Weimar, s’est reconverti : il est maintenant responsable de la sécurité de l’Hôtel Adlon. Alors qu’il s’échine à effacer de sa généalogie un quart de sang juif, le patron d’une entreprise de construction est assassiné dans sa chambre après avoir passé la soirée avec un homme d’affaires américain véreux, ami de hauts dignitaires nazis. Une séduisante journaliste, chargée par le Herald Tribune d’enquêter sur la préparation des Jeux olympiques de Berlin, engage Bernie. Le sort d’un boxeur juif dont le corps a été repêché dans la Spree lui semble le bon moyen pour rendre compte du climat de démence meurtrière et de répression antisémite qui règne sur la capitale allemande.

Tome 7 : Vert-de-gris (2013) (voir article)

1954. Alors qu’il tente de fuir Cuba en bateau, Bernie Gunther est arrêté par la CIA et transféré à la prison de Landsberg à Berlin. La guerre froide fait rage et les Américains, qui ont besoin d’informations sur l’Allemagne de l’Est et les Soviétiques, passent un marché avec Gunther : sa liberté dépendra de ce qu’il leur révélera sur un ancien de la SS, Erich Mielke, le chef de la nouvelle Stasi.
Au fil des interrogatoires qu’il subit, Gunther se raconte : son entrée dans la SS, la traque des communistes allemands dans les camps français, les mois passés en URSS comme prisonnier de guerre, et sa volonté farouche de sauver, à tout prix, sa peau.

Tome 8 : Prague Fatale (2014) – (voir article)

Quand, en septembre 1941, Bernie Gunther revient du front russe, la capitale du Reich a bien changé. Pénurie, rationnement, couvre-feu, crimes… Berlin rime avec misère et terreur. La découverte d’un cadavre sur une voie de chemin de fer puis l’agression d’une jeune femme précipitent Bernie, affecté au département des homicides de la sinistre Kripo, dans de nouvelles enquêtes criminelles. Invité par le général SS Reinhard Heydrich à le rejoindre à Prague pour démasquer un espion infiltré dans son entourage, Bernie est à peine arrivé qu’un des fidèles du Reichsprotektor de Bohême-Moravie est assassiné. Bernie doit trouver le coupable… et vite, s’il veut sauver sa peau.

Tome 9 : Les Ombres de Katyn (2015)

Mars 1943. Le Reich vient de perdre Stalingrad et le moral est au plus bas. Pour Joseph Goebbels, il faut absolument redonner du panache à l’armée allemande et porter un coup aux Alliés. Or sur le territoire soviétique, près de la frontière biélorusse, à Smolensk, ville occupée par les Allemands depuis 1941, la rumeur enfle. Des milliers de soldats polonais auraient été assassinés et enterrés dans des fosses communes. Dans la forêt de Katyn, aux abords de la ville, des loups auraient d’ailleurs déterré des fragments de corps. Qui est responsable de ce massacre ? L’Armée rouge sans doute. Pour Goebbels, c’est l’occasion rêvée pour discréditer les Russes et affaiblir les Alliés. Il a l’idée d’envoyer sur place une autorité neutre, le Bureau des crimes de guerre, réputé anti-nazi, pour enquêter objectivement sur cette triste affaire. Le capitaine Bernie Gunther, qui y officie est la personne idéale pour accomplir cette délicate mission. Gunther se retrouve dans la forêt de Katyn avec une équipe pour exhumer les quatre mille corps des officiers polonais et découvrir la vérité, quelle qu’elle soit.

Tome 10 : La Dame de Zagreb (2016) 

Été 1943. Il y a des endroits pires que Zurich, et Bernie Gunther est bien placé pour le savoir. Quand Joseph Goebbels, ministre en charge de la propagande, lui demande de retrouver l’éblouissante Dalia Dresner, étoile montante du cinéma allemand qui se cache d’après la rumeur à Zurich, il n’a d’autre choix que d’accepter. Mais, très vite, cette  mission en apparence aussi aguichante que l’objet de la recherche, prend un tour bien plus sinistre. Car le père de Dalia Dresner est en fait un croate antisémite de la première heure, sadique notoire, qui dirige un tristement célèbre camp de concentration de la région. Et la police suisse exige au même moment que Gunther fasse la lumière sur une vieille affaire qui risque de  compromettre des proches de Hitler.

Tome 11 Les Pièges de l’exil (2017)

Au milieu des années 1950, Bernie Gunther est l’estimé concierge du Grand-Hôtel de Saint-Jean-Cap-Ferrat, sous une identité d’emprunt qui le met à l’abri des représailles et des poursuites (il figure sur les listes de criminels nazis recherchés). Mais son ancienne activité de détective et son pays lui manquent. Pour tromper son ennui, il joue au bridge avec un couple d’Anglais et le directeur italien du casino de Nice. Introduit à la Villa Mauresque où réside Somerset Maugham, l’auteur le plus célèbre de son temps, il trouve enfin l’occasion d’éprouver quelques frissons : Maugham, victime d’un maître chanteur qui détient des photos compromettantes où il figure en compagnie d’Anthony Blunt et de Guy Burgess, deux des traîtres de la bande de Cambridge, a besoin d’un coup de main… Très vite, la situation se corse, car Gunther est dangereusement rattrapé par son passé. Le roman offre un éblouissant portrait romanesque de l’écrivain, ancien espion de la Couronne, tout en entraînant le lecteur dans une machination palpitante.

 

Tome 12 : Prussian Blue (2017 en anglais)

 

2 thoughts on “Kerr, Philip Série Bernhard Gunther (La trilogie berlinoise et la suite)”

  1. Quelle immense tristesse face à cette terrible nouvelle.
    Philip Kerr avait un talent rare: celui de nous instruire sans rien cacher de l’horreur que représente le Nazisme.
    Ce soir, je me sens un peu orphelin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *