Lenormand, Fréderic «Série Voltaire mène l’enquête»

Lenormand, Fréderic «Série Voltaire mène l’enquête»

Spécialiste du XVIIIe siècle et de la Révolution, Frédéric Lenormand publie les aventures de Voltaire (La baronne meurt à cinq heures, 2011, Meurtre dans le boudoir, 2012, Le diable s’habille en Voltaire, 2013, Crimes et Condiments, 2014, Élémentaire, mon cher Voltaire, 2015, Docteur Voltaire et Mister Hyde (2016), Ne tirez pas sur le philosophe (2017), , Un carrosse nommé désir (2018) et les « Novelas » entre la publication des Tomes plus conséquents. Voici la liste des enquêtes dans l’ordre.

«Ce diable d’homme.» Il faut dire qu’en son temps Voltaire incarnait pour certains le Malin. Il attaquait l’Eglise. Il sapait l’absolutisme royal. Et en plus, l’homme se révélait insaisissable. Un était jour ici, le lendemain ailleurs. Dès 1750, l’écrivain quitte du reste la France, où il ne reviendra que pour mourir en 1778. C’est durant les années 1730 que se situe la série «Voltaire mène l’enquête». Comme le titre l’indique, il s’agit de polars historiques. Le public les doit à Frédéric Lenormand. Né en 1964, l’homme a commencé par donner des ouvrages se situant à la fin du XVIIIe siècle, et en particulier sous la Révolution (source article Tribune de Genève)

Tome 1 : La baronne meurt à cinq heures (2011)
Voltaire est menacé. On a retrouvé sa protectrice, la baronne de Fontaine-Martel, assassinée dans son lit, et pour l’heure aucun suspect. S’il ne veut pas se retrouver à la rue en ce froid février 1733 (ou pire, à la Bastille !), il lui faut faire preuve de ressources et retrouver le criminel avant que celui-ci n’aille s’en prendre à d’autres honnêtes gens, lui par exemple… Heureusement, de ressources, Voltaire n’en manque pas. Car il sera bientôt rejoint par Émilie du Châtelet ! Brillante femme de sciences, enceinte jusqu’au cou, elle va l’accompagner dans son enquête, résolvant plus d’une énigme. Mais leur mission n’est pas sans dangers : il leur faudra affronter de redoutables héritières en jupons, des abbés benêts, des airs de flûte assassins, des codes mystérieux, et un lieutenant-général de police qui guette la première occasion d’embastillonner notre philosophe

Mon avis : (voir article)

Tome 2 : Meurtre dans le boudoir (2012)
Alors qu’il est sur le point de faire paraître ses Lettres philosophiques anglaises, écrit subversif qu’il nie avoir écrit, Voltaire s’empêtre à nouveau dans des crimes qu’il n’a pas commis. Un assassin s’en prend à des hommes d’importance, de préférence en aimable compagnie, et les élimine suivant des mises en scène inspirées d’ouvrages licencieux. Soucieux d’amadouer le lieutenant de police Hérault, voici Voltaire contraint de hanter les maisons de passe, les librairies clandestines et les bureaux de la censure sur les traces d’un illuminé qui qui semble s’être pris de haine pour les libertins. L’aide du bon abbé Linant et de la brillante Émilie du Châtelet ne sera pas de trop pour tenter de garder en vie l’esprit le plus pétulant de son siècle.

Mon avis : (voir article)

Tome 3 : Le diable s’habille en Voltaire (2013)
Voltaire a enfin trouvé un adversaire à sa mesure : le diable en personne ! Belzébuth sème des cadavres à travers Paris, au point que l’Église, soucieuse d’éviter tout scandale, fait appel au célèbre philosophe pour mener une enquête discrète en cachette de la police. Dans un Paris des Lumières encore très empreint de croyances irrationnelles, où vampires, démons et morts-vivants semblent se promener à leur gré, qui d’autre envoyer sur leurs traces qu’un philosophe connu pour ne croire à rien ? En échange, le cardinal de Fleury, qui gouverne la France, autorisera la publication des Lettres philosophiques, ce brûlot sulfureux. Il ne reste plus à Voltaire qu’à montrer ce que peut la philosophie contre la superstition. Et aussi à découvrir qui sème des morceaux de corps humains jusque dans le bain de l’écrivain, à percer le secret d’un mystérieux jupon convoité par un assassin, sans oublier de faire jouer sa nouvelle tragédie à la Comédie-Française, afin de révolutionner un art théâtral poussiéreux !

Mon avis : (voir article)

Tome 4 : Crimes et Condiments (2014)
En pleine révolution culinaire, Voltaire enquête sur les traces d’un assassin qui sème derrière lui tartes au cyanure et ragoûts à l’arsenic. L’aide de la brillante marquise du Châtelet, experte en recherches scientifiques, et de l’abbé Linant, fin gourmet, ne sera pas de trop pour rendre l’appétit aux gastronomes !
Après La baronne meurt à cinq heures (prix Historia, prix Arsène-Lupin et prix du Zinc de Montmorillon), Meurtre dans le boudoir et Le diable s’habille en Voltaire, une nouvelle aventure du philosophe truffée d’humour.

Mon avis : (voir article)

Tome 5 : Élémentaire, mon cher Voltaire ! (2015)
Qui en veut à la marquise du Châtelet ? Sa servante assassinée, la voilà aux prises avec la police. Voltaire vole à son secours pour dénouer une intrigue où s’entremêlent la couture, l’horlogerie et le commerce des poupées. Prêt à tout, virevoltant, multipliant les mots d’esprit, notre San Antonio des Lumières nous entraîne une nouvelle fois dans une folle sarabande. Depuis les salons parisiens jusque dans les taudis sous les ponts de la Seine, il déjoue la mécanique du crime, tire son épingle du jeu et démontre une fois de plus que, pour un philosophe comme lui, découvrir la vérité n’est qu’un jeu d’enfant.

Mon avis : (voir article)

Novella (5.a) : Querelle de Dieppe: Une enquête de Voltaire (2015)

A l’automne 1728, Voltaire ne connaît pas un retour d’exil triomphal. Il a décidé de passer l’hiver à Dieppe avant de se risquer à Paris. Habilement caché sous l’identité de « Sir Francis Volty, sujet de la couronne britannique », il s’installe chez l’apothicaire Tranquillain Féret. Il en profite pour s’initier à la médecine et pour essayer sur lui-même toutes sortes de médicaments dans l’espoir de guérir son « état de langueur ». En fait, les sujets d’intérêt ne manquent pas. Qui a tué cette jeune femme en capeline rouge dont il découvre le cadavre en bas de la falaise au cours d’une promenade de santé en chaise à porteurs ? Qui a fait disparaître le copiste chargé de multiplier ses brillants manuscrits philosophiques ? Que veut cet inquiétant vicomte dont le manoir normand ressemble au repaire d’un savant fou ? Il ne reste plus à notre philosophe, entre deux pilules, qu’à éclairer les Dieppois de ses Lumières.

Mon avis : (pas lu)

Tome 6 : Docteur Voltaire et Mister Hyde (2016)
Panique à Paris ! La peste est de retour ! Voltaire aussi !
Tandis qu’une maladie mystérieuse affole la capitale, le voilà coincé entre police, assassin s, les médecins et son frère Armand, religieux intransigeant avec qui on le confond sans cesse. Déterminé à dissiper les brumes qui obscurcissent la raison et à éclairer l’intrigue de ses lumières, Voltaire prodigue aux populations effrayées les bienfaits de la philosophie en action. Hélas la police continue de penser que c’est encore la faute à Voltaire…
Nous voici à nouveau embarqués dans une réjouissante aventure policière du philosophe le plus pétulant de l’histoire de France. On se régale à le regarder faire preuve d’esprit et de férocité envers ses contemporains, en enquêteur égocentrique, persuadé de sa supériorité, jamais à court d’idées, mais toujours là pour faire surgir la vérité.
Impossible de coller une étiquette sur Frédéric Lenormand. Il n’est pas seulement auteur de romans policiers : c’est un romancier à part entière, capable dans un même récit de mélanger différents genres littéraires (polar, aventures picaresques, conte philosophique). C’est sous cet angle qu’il faut lire la série Voltaire mène l’enquête. On peut alors découvrir avec délectation une plume savoureuse. Mensonges en entrée, crime en plat principal, perfidies au dessert, c’est le menu très complet qu’il nous concocte pour nous servir les aventures d’un Voltaire capable de réjouir ceux qui l’aiment et ceux qui le détestent : un Voltaire délicieux, pimenté, irrésistible.

Mon avis : (pas lu)

 Novella (6.a) : Meurtre à langlaise (2016) 124 p
1726. Voltaire a traversé la Manche après un nouveau séjour à la Bastille à cause d’une fâcheuse histoire de coups de bâton assénés sur sa perruque à bouclettes. Miracle ! Il découvre à Londres une société idéale fondée sur le droit, sur le respect des concitoyens et des libertés publiques ! Hélas, comme aucun bonheur parfait ne saurait durer longtemps, les cadavres ne tardent pas à tomber autour de ses dentelles. Contraint à remonter ses finances, il accepte une place de conseiller auprès d’un policier britannique. Le voilà en visite dans tous les endroits louches de la capitale, dans les ruelles mal famées, dans les coffee-houses, dans les clubs les plus sélects, dans les manoirs des duchesses, dans les théâtres où Macbeth succède à Hamlet, plus déterminé que jamais à faire la lumière sur les turpitudes de son siècle, qu’elles soient saupoudrées d’arsenic ou nappées de sauce à la menthe. Avec cette novella, Frédéric Lenormand poursuit les aventures policières de son célèbre détective en perruque poudrée, digne prédécesseur d’Hercule Poirot.

Mon avis : (pas lu)

Tome 7: Ne tirez pas sur le philosophe (2017)
Voltaire rentre d’un an d’exil en Lorraine, mais les Parisiens, peuple frivole, l’ont oublié : Les Lettres philosophiques, c’était l’année précédente, ils sont passés à autre chose. Aux grands maux les grands remèdes ! Notre philosophe décide de se refaire une réputation par la défense de belles causes. Le hasard place sur sa route une servante pendue pour vol qui s’est réveillée sur la table de dissection d’un chirurgien. Il faut l’innocenter, ou bien la justice du roi l’accrochera de nouveau à sa potence. Sauver l’orpheline injustement condamnée, voilà un défi à la mesure du plus brillant penseur du siècle des Lumières ! En San Antonio du thriller historique, Frédéric Lenormand crée des héros infatigables, hauts en couleur, qui caracolent au rythme d’un XVIIIe siècle plein de surprises. Cette nouvelle aventure de Voltaire est un dessert à la fois léger et subtil, moitié miel, moitié arsenic.

Mon avis : (pas lu)

Novella (7.a)Panique à Rouen (2017)
1731. Contrarié par la censure parisienne, Voltaire s’en vient faire profiter de ses lumières la bonne ville de Rouen. Rouen ! Cité enchanteresse ! Ses vieilles églises ! Ses bords de Seine ! Son sympathique tribunal qui ne poursuit pas les philosophes ! Sa tarte au camembert ! Sans oublier ses imprimeries, où l’on peut fabriquer de beaux livres pour éclairer l’humanité ! Hélas, rien ne se passe comme prévu. Un assassin mystérieux se plaît à semer de cadavres la route de notre philosophe, que les magistrats de Rouen contraignent à enquêter en échange d’une permission d’imprimer.
Voilà de retour notre San Antonio des Lumières, notre Hercule Poirot en pourpoint brodé, notre Attila de l’investigation après qui ni le crime ni l’intolérance ne repoussent.
Frédéric Lenormand nous offre une nouvelle enquête de Voltaire pleine de bonne humeur, de mots d’esprit et de crêpes flambées au calvados.

Mon avis : (pas lu)

Tome 8Un carrosse nommé désir (2018)
Bonne nouvelle pour Voltaire ! Émilie du Châtelet, sa marquise préférée, est sur le point de faire un héritage. Justement, une occasion à saisir se présente : l’achat du magnifique hôtel Lambert, à la pointe de l’île Saint-Louis. Voilà un cadre royal pour loger le prince des philosophes ! Hélas, le banquier qui devait leur avancer la somme vient d’être enlevé, ses ravisseurs réclament une rançon. Voltaire fait des pieds et des mains pour le récupérer au milieu d’une ville rendue folle par les somptueuses fêtes du mariage de la fille de Louis XV avec l’infant d’Espagne. Les cadavres s’accumulent entre bal masqué et joutes nautiques sur la Seine, dans le fracas des canons de la Bastille et des feux d’artifices.
Frédéric Lenormand nous offre une fois de plus, avec cette intrigue ciselée, un petit bijou d’humour et de suspens.

Mon avis : (pas lu)

One Reply to “Lenormand, Fréderic «Série Voltaire mène l’enquête»”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *