Grafton, Sue «S comme silence» (2007)

Grafton, Sue «S comme silence» (2007)

Autrice :Elle ne terminera pas son « alphabet du crime ». L’Américaine Sue Grafton est morte le 28 décembre 2017 des suites d’un cancer, à l’âge de 77 ans, juste après avoir publié « Y is for Yesterday ».

Seuil – 19.04.2007 – 393 Pages /  Pocket – 8.10.2009 – 470 pages

Page sur la série : – Grafton, Sue « Série : L’alphabet du crime »

Résumé : Le 4 juillet 1953, Violet Sullivan mettait ses plus beaux atours et s’en allait assister au feu d’artifice donné en l’honneur de la fête nationale américaine. On ne devait plus jamais la revoir. Trente-quatre ans plus tard, dans la petite ville californienne de Serena Station, les mauvaises langues sont toujours aussi bien affûtées. Pour la plupart des gens, la jeune femme, qui était très belle, un rien aguicheuse et régulièrement battue par son mari, aurait décidé de disparaître avec son amant. Pour sa fille Daisy, ces explications ne sauraient faire le tour d’un problème dont la solution, elle le soupçonne, pourrait embarrasser bien des gens. Au risque, grave, de découvrir une mère qui, morte ou encore vivante, personne ne le sait, pourrait ne correspondre en rien à l’image qu’elle s’en est faite, elle décide de faire appel à la célèbre détective privée, Kinsey Millhone. Difficile et dangereuse, l’enquête met vite au jour des secrets qu’on aurait préféré ne pas rendre publics.

Mon avis :

Cela faisait des éternités que je n’avais plus lu de livres de cette série (voir page « Série : L’alphabet du crime » ). J’en avais gardé un bon souvenir mais j’ai eu du mal a renouer avec les enquêtes de Kinsey .. Sympa, gentillet, mais j’ai trouvé longuet…
Je ne pense pas lire ceux qui me manquent encore si je les trouve car j’ai trouvé que cela manquait singulièrement de rythme, même si les rapports humains dans le roman sont bien traités et je ne me suis pas attachée aux personnages.

Extraits :

Sa peau très claire semblait dorée en filigrane, comme le papier précieux d’un livre imprimé il y avait très longtemps.

Elle n’est pas malheureuse, mais elle commence à voir à quel point son horizon est borné. Son univers s’est tellement rapetissé qu’aujourd’hui il a tout du cercueil.

— Vous êtes mariée ?
— En ce moment, non, mais je l’ai été. Deux fois, ce qui fait beaucoup.
— Je vous bats : quatre divorces ! Sans doute que je suis plus optimiste.
— Ou plus lente à comprendre.

Violet lui décocha un sourire. Elle mettait un point d’honneur à toujours porter des tons de violet : aubergine, lavande, lilas, mauve.

— Le moindre fragment est utile. C’est comme assembler un puzzle sans avoir l’image du couvercle. Pour l’instant, je ne sais même pas ce que j’ai sous les yeux.

Ma mère a traîné des années en maison de repos. Disons plutôt en « institution ». Difficile d’appeler ça une « maison ».

« Petit, si tu veux gagner de l’argent, trouve un métier où tu dois prendre une douche avant d’aller au travail et pas quand tu rentres chez toi. »

Elle attirait les gens et les repoussait à la fois.
— Comment ça ?
— Je pense qu’elle leur rappelait tout ce qu’ils attendaient de la vie mais sans avoir le courage de le rechercher.

— Vous ne vous considérez pas comme une équipe ?
— Oh, que si ! Nous sommes faits l’un pour l’autre. Il est le boxeur, et moi le punching-ball.

Dans le fin fond, tu es un type honnête… en clair, tu te prendras les pieds dans le tapis.

Si je l’avais interrogé un jour plus tôt, peut-être qu’il n’en aurait pas dit un mot. Une leçon à garder en mémoire : les gens changent, les circonstances aussi, et ce qui paraît décisif un jour devient une bagatelle le lendemain. L’inverse étant également vrai.

Je vais vous dire ce qui est dingue. Vous savez, quand on va au cinéma, les bandes-annonces des prochains films ? J’ai l’impression de voir l’annonce d’un film connu. Je ne me rappelle pas avoir vu mon père ivre, mais ce soir, ça devait ressembler à ce qu’il était quand il était marié avec ma mère.

2 Replies to “Grafton, Sue «S comme silence» (2007)”

  1. Chouette découverte que ce blog ! Les chroniques allongent dangereusement ma wishlist ! Et mes carnets de citations se remplissent, se remplissent, il manque juste les no de pages des citations pour que mon bonheur soit complet. Bonne lectures !

    1. Merci pour ce gentil commentaire.
      j’ai hésité pour les n° des pages et au final je ne les ai pas mis car j’ai pensé que selon les éditions (grand format, poche, numérique) ce ne sont pas les mêmes…

Répondre à Catherine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *