Balen, Noël – Barrot, Vanessa «Coquillages et trépassées» (2017)

Balen, Noël – Barrot, Vanessa «Coquillages et trépassées» (2017)

Série : « Crimes gourmands » 05

Les auteurs : Noël Balen, écrivain et musicien, partage son temps entre sa table d’écriture, les studios d’enregistrement et les fourneaux de la cuisine familiale.

Vanessa Barrot, avocate d’affaires, avoue un goût immodéré pour les saveurs du palais et confesse un appétit peu raisonnable pour les nourritures livresques.

Fayard – 11/10/2017 – 184 pages

Commentaires sur les autres tomes : dans la liste des Auteurs A-D sous Balen, Noël – Barrot, Vanessa

Résumé : Afin de compléter le dossier « Sucré-Salé en Cornouaille » du prochain numéro de Plaisirs de table, la critique gastronomique Laure Grenadier profite du stage de plongée de sa fille aux Glénan pour embarquer Paco, le photographe du magazine, dans une virée estivale. A peine échoués à Concarneau, ils apprennent le meurtre d’une serveuse dont le corps a été retrouvé sur une plage. En l’espace d’une semaine, d’autres jeunes femmes, toutes saisonnières dans la restauration, sont assassinées selon le même mode opératoire.

La déambulation de Laure et Paco entre Pont-Aven et Ile-Tudy, Bénodet et La Forêt-Fouesnant, les conduit sur la piste d’un tueur singulier. Mais est-ce vraiment lui l’auteur de ces crimes successifs ?

Toute la palette savoureuse des produits bretons ne suffit pas à adoucir le climat orageux qui pèse sur les préparatifs de la fête tant attendue des Filets Bleus.

 

Mon avis :  L’andouille de Guéméné… l’andouille froide, l’andouille chaude, langoustine, la culture d’huîtres creuses, les huitres plates, la récolte et l’utilisation des algues, la grande grève de 1924 à Douarnenez, les Penn Sardin, les conserveries de sardines, Daniel Le Flanchec, premier maire communiste de France, La fête des Filets Bleus, les bonnes adresses et quelques recettes…  On y ajoute une petite virée de la journaliste et critique gastronome Laure, en compagnie de son photographe Paco, quelques petits cadavres… et c’est une gentille escapade à Concarneau et alentours. Toujours sympa, l’enquête est anecdotique mais on passe un bon petit moment.

Et je ne quitte pas la région , je rejoins le Commissaire Dupin en Mer d’Iroise…

Si vous aimez la Bretagne, je vous conseille la série de Jean-Luc Bannalec ; je viens de commenter le tome 5 Bannalec, Jean-Luc «Péril en mer d’Iroise» (2018)  et vous trouverez le commentaire des 5 tomes dans la liste des auteurs sous « B »

Extraits :

Comme on dit chez nous : il fait beau plusieurs fois par jour… Et là, c’est le moment !

Rien ne plaît tant aux Korrigans que de passer la nuit à défaire ce que les hommes ont fait pendant la journée.

Mais les Korrigans sont soucieux de garder leur image de lutins espiègles et d’elfes farceurs.

Davantage qu’un air de famille, leurs visages semblaient afficher la même signature, la griffe d’un peintre officiel de la Marine nationale inspiré par les forçats du grand large.

Les Bretons étaient des gens d’exil et de voyage, jamais effrayés à l’idée de traverser le monde, ouverts à tous les points cardinaux et toujours prêts à se poser au-delà des lignes d’horizon.

On oublie trop souvent qu’on mange avec les trois sens : la vue, l’odorat puis le goût.

La distinction que tu as à l’esprit – « crêpe » pour le sucré avec du froment et « galette » pour le salé avec du sarrasin – existe dans la partie orientale de la Bretagne, en gros de Saint-Malo à Saint-Nazaire en englobant Rennes et Nantes. Leur culture est différente, leur langue n’est pas la même, ce n’est pas du breton mais du gallo, une langue qui n’est pas celte.

Avant, il était interdit de manger les huîtres à cette période de l’année, les fameux « mois sans r », afin de protéger la reproduction et le renouvellement naturel. Tout comme la chasse est interdite au printemps et…

Oh vous savez, à mon âge – je vais bientôt avoir quatre-vingt-dix ans – tant qu’on se sent utile et qu’on a de l’amour à offrir, on est en vie !

la baudroie qui, une fois décapitée, était rebaptisée « lotte »

L’unami est la cinquième saveur après le salé, le sucré, l’acide et l’amer.

 

Image : Une coiffe bretonne à la façon de Fouesnant. Chaque région de Bretagne a sa coiffe en dentelle.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *