Balen, Noël – Barrot, Vanessa «Petits meurtres à l’étouffée» (2014)

Série : « Crimes gourmands » 01

Les auteurs : Noël Balen, écrivain et musicien, partage son temps entre sa table d’écriture, les studios d’enregistrement et les fourneaux de la cuisine familiale.
Vanessa Barrot, avocate d’affaires, avoue un goût immodéré pour les saveurs du palais et confesse un appétit peu raisonnable pour les nourritures livresques.

Résumé : Laure Grenadier, rédactrice en chef du magazine Plaisirs de table, part en reportage avec son photographe Paco Alvarez pour dresser l’inventaire des bouchons lyonnais. Au cœur de la capitale des Gaules, tous deux envisagent de rendre hommage aux acteurs de l’excellence gastronomique : chefs illustres, adresses confidentielles, producteurs locaux…
Tout bascule lorsque le propriétaire d’un restaurant typique de la célèbre rue Saint-Jean est retrouvé assassiné au petit matin. La ville est en émoi et un vent de panique souffle sur les collines de Fourvière et de la Croix-Rousse quand, le lendemain, le tenancier d’un bouchon historique de la rue Mercière est à son tour tué selon le même procédé.
Laure Grenadier connaissait ces personnages et cherche à comprendre ce qui se cache derrière ces meurtres en série. Crimes crapuleux, jalousies corporatistes, vengeances sentimentales ? Elle tente de lever le voile qui masque un milieu peu enclin à se livrer.
(Fayard – 02/04/2014 – 198 pages)

Mon avis : Et un petit tour dans la région. Cette fois je me suis promenée à Lyon : plus précisément dans le monde de la gastronomie lyonnaise… Les petits bouchons, les resto « la mère untelle… » un petit tour chez Bocuse.., j’ai appris le pourquoi des dénominations…  J’ai aussi eu des conseils sur les endroits à photographier ( l’un des personnages était un photographe) … Bien sympathique cette escapade avec à la clé des recettes, des suggestions de spécialités… Un vrai guide de Lyon… Alors suivez Laure et Paco dans la ville des traboules, pénétrez la vie des cuisines, vivez celle des critiques gastronomiques et des journalistes. Un vrai guide de Lyon… En plus il se trouve que dans ma jeunesse, quand j’allais à Lyon, je descendais à l’Hôtel cité dans le livre ( http://www.hotel-du-theatre.net/ ) .. rigolo non ?

Et le polar dans tout cela me direz-vous ? Effectivement, il y a bien deux restaurateurs – amis de la journaliste – qui se font trucider… mais honnêtement, le personnage central c’est Lyon et sa gastronomie. Mais le coupable vous sera livré sur assiette à la fin du roman, épicé à souhait…

Il est certain que je vais me procurer les suivants car c’est très sympa à lire, avec de l’humour, une jolie parenthèse..

Extraits

Un couple d’une cinquantaine d’années, tendrement aviné, s’en allait à pas lents dans la nuit.

– Quand on ressent autant le chagrin que la faim, c’est qu’on est toujours en vie !

Ils étaient rentrés passablement embrumés sans être tout à fait éméchés, remontant les quais à pas lents et prudents jusqu’à la place des Célestins après avoir contourné l’église Saint-Nizier.

– Le gone qu’a fait ça y connaît son boulot, c’est pas une grabote… L’a pas fait les choses à moitié.
– Misère ! Remarque, c’est pas plus mal… Le Mandrin a défunté sans avoir le temps de chougner.
– T’as pas tort et vaut mieux, des fois…, rétorqua Gambille. J’y sais qu’une chose, c’est qu’y a bien des gones qui vont barjaquer et gandoiser un tas de conneries…
– Pas mon genre, j’aime pas les cancans, j’suis pas à mâchonner des patrigots, mais ça me fait tout chose que deux gones ont été tordus pour une poignée de pécuniaux.
– Y a tout la ville qui va faire sa rogneuse… et les bartavelles qui vont s’en faire des pleines culottes de trouille !
– Misère de misère ! ronchonna Pépère Bambane en éclusant le fond de son ballon de bière.
– Allez, j’y décolle, lança le boiteux à la cantonade, j’ai assez rincé le corgnolon !

Pour répondre à la demande, le Guide Michelin est apparu au début du xxe siècle.

– Disons plutôt que, parfois, lorsqu’une femme dîne avec un homme et qu’elle observe sa façon de manger, elle n’a pas envie de se laisser grignoter par lui… Ça n’est pas plus compliqué que ça.

Mon père fait un métier de bouche : il est dentiste !…

Sans les produits provenant des départements alentour, la gastronomie lyonnaise ne serait sûrement pas devenue aussi riche et singulière. L’histoire culinaire dépendait aussi et peut-être avant tout de la géographie régionale.

 

Tome 1 « Petits meurtres à l’étouffée » 2014 (Série : »Crimes gourmands)
Tome 3  » Un cadavre en toque » 2015 (Série : »Crimes gourmands)
Tome 4 « Mortelle fricassée » 2015 (Série : »Crimes gourmands)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *