Masterton, Graham «Magie indienne» (1997)

Masterton, Graham «Magie indienne» (1997)

Auteur : Graham Masterton est né en 1946 à Edimbourg, en Ecosse. Après des débuts prometteurs dans le journalisme, il se tourne vers la littérature fantastique et connaît en 1975 le succès dès son premier roman, Manitou, écrit en une semaine et aussitôt adapté au cinéma avec Tony Curtis dans le rôle principal. Pionnier de la terreur moderne, il impose d’emblée un ton nouveau, fortement teinté d’humour, extrêmement visuel, aussi percutant et rapide que les meilleures séries B.
La Maison de chair, Le Jour J du jugement ou Le Démon des morts en font rapidement l’un des plus populaires des écrivains anglo-saxons. Grand admirateur de Lovecraft auquel il rend souvent hommage, notamment dans Apparition, jonglant avec les mythologies les plus exotiques, réelles ou inventées de toutes pièces, comme dans Tengu, Transe de mort ou Sang impur, il n’hésite pas pour autant à revisiter de grands classiques de l’imaginaire avec Le Portrait du mal, éblouissante variation sur Le Portrait de Dorian Gray, considéré par beaucoup comme son chef-d’œuvre, ou avec Hel, inquiétante confrontation d’Hollywood et de La Reine des neiges d’Andersen.
Après quelques années en Irlande où il a écrit, entre autres, Katie Maguire, il a depuis peu regagné l’Angleterre.

Les aventures de Jim Rook, un sympathique mais étrange professeur souvent témoin de phénomènes surnaturels chez ses élèves.

Serie : Masterton, Graham  Série : Jim Rook  (terreur – horreur – magie)

Tome 2 : Magie indienne

Résumé : Jim Rook n’est pas seulement un excellent professeur qui parvient à tirer le maximum des classes les plus difficiles, c’est aussi quelqu’un qui, ayant frôlé la mort dans son enfance, a le don de voir fantômes et esprits.

Lorsque Martin, le petit ami de Catherine Oiseau Blanc, une étudiante d’origine navajo, est assassiné, les soupçons se portent sur les deux frères, exagérément protecteurs, de la jeune fille.

Jim ne croit pas à leur culpabilité et deux nouveaux meurtres vont lui donner raison : ce qui rôde sur le campus est bien plus terrifiant et menace de transformer Susan en la créature la plus abominable de la mythologie navajo…

Mon avis :  Sur fond de croyances et de récits mythologiques, j’ai replongé direct dans la magie et les frissons. Une nouvelle élève dans la classe de ce cher Professeur dont j’ai fait connaissance dans le tome 1 (Magie vaudou) et me voici frissonnante et sur la piste des esprits navajos. Et oui… les indiens ont beau avoir été réduits à la portion congrue par les blancs qui les ont décimés, certains esprits et certaines croyances sont toujours bien vivaces.

Le fantôme du grand-père de Jim et son ancienne voisine décédée dans des circonstances dramatiques dans sa lutte avec les esprits vaudous vont le mettre en garde contre un ennemi terrible. Mais Jim est comme ça… il ne peut pas abandonner ses élèves et va le prouver une fois encore au péril de sa vie.

Partons donc en sa compagnie affronter les esprits navajos … et délivrer Catherine de la malédiction… Jim craint de ne pas être à la hauteur et se demande comment il va vaincre le mal sans ceux qui l’ont aidé lors de sa lutte contre les esprits vaudous. Mais sera-il seul ?

Extraits :

Je peux te mettre en garde.
— Me mettre en garde ?
— C’est la moindre des choses que les morts puissent faire pour les vivants. Les morts peuvent voir au-delà du tournant, pour ainsi dire… voir ce qui vient.

Les Navajos ont toujours su s’adapter, changer leur mode de vie. Jadis, c’étaient des cultivateurs. Ensuite ils sont devenus des chasseurs, des nomades et des pillards. Autrefois, ils se déplaçaient à pied. Ensuite ils ont appris à monter à cheval et ils ont eu des fusils.

Un esprit qui n’est pas encore prêt à disparaître trouve quelqu’un qui est encore en vie et qui a désespérément besoin de lui. Quelqu’un qui est très malade, par exemple… ou qui a des tendances suicidaires, ce qui était mon cas. Tous deux s’en trouvent bien. L’esprit peut demeurer ici plus longtemps, et son hôte acquiert tous ses souvenirs et son expérience de toute une vie.

On ne voit pas souvent des cartes comme celles-ci. Elles ont été conçues en secret au quatorzième siècle sur l’ordre du pape Urbain VI. Elles devaient permettre à ses cardinaux de mettre fin à une invasion de démons dans des centaines d’églises en Italie. Pour cette raison, on appelle ce jeu de cartes le Tarot des Démons. Les démons se cachaient dans les caves et les clochers, et seules les cartes pouvaient vous dire où ils se trouvaient.

Mais tous les esprits maléfiques viennent de l’est. On ne doit jamais construire une maison avec la porte d’entrée orientée à l’est.

Il y a une vie après la mort, croyez-moi, mais si vous laissez ces bêtes s’emparer de vous, vous souhaiterez qu’il n’y en ait jamais eu !

— Il a l’âge qu’il paraît. Quant à savoir d’où il vient… ma foi… d’où venons-nous ? Des arbres, des rochers, de la poussière sur le sol.

Pour moi, la chose la plus importante est de conserver notre langue maternelle et notre identité nationale. Il est regrettable que la magie de nos ancêtres ait disparu de ce pays !

Autrefois, avant la venue des hommes blancs, lorsqu’on pouvait voir des esprits en plein jour, Coyote était le plus malfaisant de tous les démons navajos.

Lors de la grande assemblée de tous les êtres surnaturels, les dieux s’asseyaient face au sud, et les démons et autres esprits maléfiques s’asseyaient face au nord.

Octobre, qui est le mois des mésaventures et des méprises, lui était consacré. Quand le ciel de la nuit fut créé, on lui donna une poignée d’étoiles pour qu’il les mette à leurs places respectives, mais il était trop irréfléchi pour faire ce travail correctement. Il les lança en l’air au hasard et créa la Voie Lactée.

Et les esprits… que peuvent faire des esprits quand plus personne ne croit en eux ? Ils ne meurent pas, ils sont immortels, mais ils se fondent dans les éléments. Les dieux de la terre s’enfoncèrent dans le sol, et si vous allez dans le désert, vous pouvez voir les collines où ils ont fait cela. Les dieux du vent soufflèrent sur les montagnes et causèrent des tornades. Les dieux des rivières s’enfuirent vers l’océan, bien qu’ils reviennent de temps en temps et fassent déborder le Mississipi afin de nous rappeler les pouvoirs qu’ils avaient jadis.

Le destin va uniquement de l’avant. Il ne peut pas revenir en arrière. La porte derrière vous est fermée. La porte devant vous est peut-être difficile à ouvrir, mais elle est la seule issue.

Lorsqu’il créa l’homme, le Grand Esprit lui donna deux dons, la vie et le rire. Les animaux ont la vie, mais aucun animal ne rit. Le rire fait de l’homme un être humain.

Je sais que cela semble peu crédible, mais il y a des douzaines de récits mythologiques provenant de toutes sortes de cultures à propos de démons qui changent des hommes et des femmes en animaux. En Irlande, il y avait une fée jalouse qui changeait des hommes en chiens. En Afrique, il y avait un démon qui changeait des femmes en singes.

Lorsque votre maison a été cambriolée, lorsque votre maison a été saccagée, elle perd son caractère sécurisant, et le fait d’ajouter des serrures la rend encore moins sûre.

Article sur la Série : Masterton, Graham : série Jim Rook  (terreur – horreur magie)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *