Kebe, Fatoumata « La lune est un roman » (2019)

Kebe, Fatoumata « La lune est un roman » (2019)

Autrice : Fatoumata Kebe est titulaire d’un doctorat d’astronomie et d’un master de mécanique des fluides obtenus à Sorbonne Université. Elle a été formée pendant un an au département d’ingénierie spatiale de l’université de Tokyo. Elle a créé l’association Éphémérides, qui organise des ateliers d’astronomie principalement auprès des publics empêchés.

Slatkine & Cie – 8.4.209 – 192 pages

Histoire, mythes et légendes

Résumé : Le plus ancien calendrier lunaire remonterait à 18 000 ans, peint par les premiers artistes du paléolithique, à Lascaux. Au plus loin que porte la mémoire écrite des hommes, on parle de la Lune.

Elle est à l’origine de tous les mythes, de toutes les religions. Elle est restée la même depuis que l’humanité existe. Permanente, rassurante, inquiétante aussi, la Lune change de forme, de couleurs, fait gonfler l’océan, pousser les plantes et danser les farfadets.

Déesse ou dieu, on l’a depuis toujours vénérée, écoutée. La Lune parle, elle dit le temps. Le temps qui passe, le temps qu’il fait. Elle rythme et dirige la vie de l’humanité.

La Lune est un roman.

Mon avis : Un grand merci aux Editions SLATKINE & CIE de m’avoir permis de lire ce livre.

J’ai toujours été passionnée par l’Histoire, les mythes, les légendes. J’avais surtout approfondi l’importance de la  Lune dans la mythologie égyptienne (Nout – appelée « Khenemet ouret » dans plusieurs formules du Texte des Pyramides, ce qui signifie « le grand tamis », souvent traduit par « la grande protectrice ». Dans cet essai, point d’Egypte ancienne mais beaucoup d’autres faces de la lune qui m’ont permis d’en apprendre davantage sur elle, cet astre qui permet de rêver et que Kebe Fatoumata nous fait visiter.

J’ai adoré ce livre qui m’a appris beaucoup de choses sur cet astre qui m’a toujours fait rêver, objet de bien des fantasmes et de bien des croyances ; l’un de seuls astres que l’on voit à l’œil nu, le plus brillant après le soleil, et le seul sur lequel l’être humain ait pu poser le pied. Elle nous accompagne la nuit (avec les étoiles) et avec elle nous remontons aux origines du monde, de la vie. Comme un visage protecteur qui se penche sur nos nuits, lumière dans l’obscurité, elle rassure ; la lune est associée aux légendes, et j’ai ressenti sa présence comme celle d’une entité vivante tout au long de cette lecture.

Coté scientifique, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt les théories relatives à sa naissance qui auront dû attendre que l’homme marche sur la lune pour que les éléments récoltés sur place donnent les premiers éléments de réponse. L’autrice compare les mythes et la science…

La lune est partie intégrante de notre vie ; elle influe sur les naissances, sur l’évolution des espèces, sur les bébés tortues, le climat, les végétaux, les phénomènes d’attraction terrestre, les marées, les éclipses, les équinoxes, le mascaret…

Moi qui suis née le jour de la lune, j’ai aimé en apprendre davantage sur l’origine du nom commun « lune », sur sa signification, sur les mots et expressions qui y font référence. Elle a également inspiré les écrivains, les dessinateurs, les poètes… jusque dans la poésie qui caractérise les noms attribués par les cartographes aux différents lieux de la surface lunaire.

La lune est la maitresse du temps dans toutes les civilisations (calendrier lunaire, croissant de lune, phases de la lune). La lune a un rapport étroit avec certaines religions ; elle fixe le début du Ramadan.

De légendes il en est beaucoup question dans le livre : la légende des amants, les mythes incas qui nous expliquent comment la lune perdit son éclat dans le combat qui l’opposa au soleil. Mais aussi la légende des quartiers de lune chez les Goths de la mythologie de l’Europe du Nord. Ou encore les mythes de l’antique Mésopotamie, la mythologie indienne et la déesse Chandra, la lune de sang de la mythologie scandinave.

N’étant pas une scientifique, j’ai apprécié la manière dont étaient abordées les données techniques que j’ai pu suivre facilement.

Et comme il s’agit d’un livre sur l’attraction lunaire, un roman d’amour avec celle qui veille sur nous de là-haut, quoi de plus normal que de conclure en parlant d’attraction lunaire. Attraction ? J’ai dit attraction ? Mais oui. Au final elle est bien convoitée par les grandes puissances qui vont se livrer la guerre froide pour la conquérir ; et même qu’ Appolo(n)  sera le premier à la courtiser de près…

Page 75 : Savinien de Cyrano, dit de Bergerac a écrit un diptyque romanesque — Les États et empires de la lune et du soleil —inscrit en 2005 au programme du concours de l’agrégation de lettres modernes en France.  (Paru chez Gallimard)

Photo de la lune : Prise le 27 juillet 2018 (L’éclipse lunaire du 27 juillet 2018 est la seconde éclipse de Lune de l’année 2018. Il s’agit d’une éclipse totale ; elle est la deuxième éclipse totale d’une série de trois, se produisant à environ 6 mois d’intervalle. C’est aussi une éclipse totale centrale, la Lune passant par le centre de l’ombre de la Terre. C’est la première éclipse lunaire centrale depuis celle du 15 juin 2011. Puisqu’elle se produit lorsque la Lune est proche de l’apogée, il s’agit aussi de la plus longue éclipse lunaire totale du XXIe siècle, avec une phase de totalité de près de 103 minutes (explication Wikipédia et photo perso).

One Reply to “Kebe, Fatoumata « La lune est un roman » (2019)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *