Migliori, Nino « MOVI-MENT-AZION » (2019)

Migliori, Nino « MOVI-MENT-AZION » (2019)

Huit histoires de mouvement

Photographe : Nino Migliori (1926) photographe italien, né Antonio Migliori à Bologne. A l’âge de 20 ans il s’intéresse à la photographie et trouve le moyen de poursuivre avec Veronesi Grignani et Munari, la recherche des avant-gardes, celle de Man Ray et Moholy-Nagy. Son intérêt pour l’expérimentation l’amène à porter son attention sur le didactique.

Editions Slatkine Genève – 2.10.2019 – 40 pages

Résumé : Au premier rang, un homme à casquette photographie convulsivement la performance se déroulant sous ses yeux, enthousiaste, curieux et amusé par cette nouvelle opportunité de créer des images… telle fut notre première rencontre avec Nino Migliori. Le début d’une histoire.

Commence une histoire… Simple encouragement ou invitation certaine à l’action, à la conversation, à la rencontre, à l’imagination. Avec cette publication la Fondation Fluxum invite le lecteur à devenir spectateur de huit intemporelles histoires de mouvement proposées par le photographe Nino Migliori.

Car si l’Histoire naît dans les textes, c’est bien par les images que les histoires qui la composent prennent forme, se situent, s’emmêlent et font sens. Les images sous nos yeux rejoignent les images de nos pensées, corps et esprit se mettent en mouvement pour qu’une histoire commence.

Mon avis : Merci aux Editions Slatkine Geneve d’avoir mis en lumière huit photographies de l’Exposition qui se tient à Genève. Des images qui immortalisent des gestes, des paroles, des expressions, le mouvement de corps qui dansent, la fluidité des matières, la vie propres des robes qui s’expriment par leurs plis, les rires et l’enfance, le jeu, les lieux et les oiseaux qui les font vivre, les traces et la vie des animaux, les signes et marques laissées par le déplacement des objets, l’imagination, le temps suspendu, la magie des ombres qui se greffent sur les attitudes et les accompagnent, la beauté du corps humain et du contexte qui l’entoure.

Une manière de rendre hommage à l’Art de la photographie en mettant en lumière un des grands photographes de notre temps, qui met l’accent sur la vie, le mouvement, le néoréalisme en photographie qui fixe pour l’éternité des scènes sociales, la vie. Migliori a également beaucoup joué avec l’impression en Polaroid.

Le texte est de Jean-Luc Monterosso, l’un des fondateurs et directeur de la Maison européenne de la photographie, à Paris (MEP). Il nous permet de découvrir ce photographe de génie, trop peu connu en dehors de son pays, l’Italie.

Exposition :  voir article sur l’exposition ( (jusqu’au 14 décembre 2019 à Genève)

Sur le site des Grands photographes : voir article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *