Iles, Greg – Trilogie Natchez Burning – « Brasier noir » (tome 1) 2018

Iles, Greg – Trilogie Natchez Burning – « Brasier noir » (tome 1) 2018

Auteur : romancier, scénariste et guitariste américain. Greg Iles est né en 1960 à Stuttgart, en Allemagne, où son père dirigeait la clinique de l’ambassade des États-Unis au plus fort de la guerre froide. Il vit dans le Mississipi. Son premier roman fut le thriller Spandau Phoenix (1993), centré autour du criminel nazi Rudolf Hess. Il publie ensuite 24 heures pour mourir  (2003) , La Femme au portrait (2005), Passion mortelle (2007) , La Mémoire du sang (2008), Une petite ville sans histoire (2009), Poison conjugal (2010)   Il vient de publier chez Actes Sud la Trilogie Natchez Burning

 Page sur la trilogie : Iles, Greg « Trilogie Natchez Burning »

« Brasier noir » (tome 1)  

[Actes Sud] Littérature – Actes noirs – Mai 2018 – 1056 pages / Babel noir – 01.2020 – 1200 pages

Résumé : L’ancien procureur Penn Cage, aujourd’hui maire de Natchez, a tout appris de son père le Dr Tom Cage. Mais aujourd’hui, le médecin de famille respecté de tous est accusé du meurtre remontant aux années 1960 d’une infirmière afro-américaine. Penn est déterminé à le sauver, mais Tom refuse de se défendre. Le fils va devoir se confronter seul au passé du père pour découvrir la vérité. Imprégné de l’atmosphère poisseuse du sud, Brasier noir marque le brillant retour d’un maître américain du suspense. Le premier volume d’une trilogie événement.

Mon avis :  Plongée addictive et infernale en Louisiane, dans le Sud des Etats – Unis. Tous les acteurs sont au rendez-vous : La Mafia, le Ku Klux Klan, la CIA, le FBI les trafiquants … Au cœur du livre : la haine raciale, les droits civiques, la vengeance, le pouvoir des blancs et de la corruption, la trahison, les enfants non reconnus, l’amour entre blancs et noirs, la justice, l’argent, le pouvoir, l’importance de la presse, le racisme sous toutes ses formes, l’injustice, les différences sortes d’amour, la recherche de la vérité, la musique aussi…
La violence règne en maître mais certains refusent de laisser les salauds intouchables s’en tirer.
C’est le cas d’Henri, journaliste dans un petit journal qui a passé toute sa vie à rassembler des renseignements et des preuves pour faire tomber un intouchable, richissime et influent, qu’il soupçonne d’avoir commis ou ordonné des meurtres il y a quarante ans… 
Il y a aussi les rapports familiaux qui sont au cœur du livre. Quand son père, un Docteur blanc qui a toujours soigné les noirs, est soupçonné de meurtre, le Maire de la ville, ancien procureur, va se démener pour qu’il ne soit pas arrêté. Il semble qu’il soit en effet impossible qu’il ait commis un tel acte. Mais ?
Le présent est intrinsèquement lié au passé. Les meurtres des années 60 remontent à la surface. La presse veut s’emparer du sujet, un prix Pulitzer à la clé ?  Dans un monde de violence et de suspicion, toute l’histoire du Sud et du combat des droits civiques est au centre du roman. Tout y passe : du meurtre de jeunes noirs ayant eu le malheur de tomber amoureux de jeunes blanches au meurtre des Kennedy et de Martin Luther King en passant par les disparitions non élucidées de nombreux habitants de la ville.
Mais ce qui est extraordinaire c’est la manière dont les personnages sont vivants, humains (ou inhumains) mais à quel point ils habitent l’espace. On va pénétrer dans la vie actuelle et dans le passé de plusieurs familles et être les témoins privilégiés de leur façon de réagir et de se comporter dans des moments ou leur vie ou celle de ceux qui leur sont proches sont suspendues à un fil.
J’ai été scotchée par ce roman et je vais lire très prochainement la suite de ce qui est une trilogie. Tout est au rendez-vous. Le rendez-vous avec la trame historique, la description des rivalités raciales et sociales, la corruption, et les personnages qui m’ont fait vibrer. Un suspense haletant, un livre sur les journalistes investigateurs aussi, doublé de l’histoire d’une famille confrontée à un drame qui fait resurgir les secrets et les zones d’ombre d’une vie qui pourrait sembler lisse en surface… Un livre sur les amitiés indéfectibles au péril de la vie aussi. Haletant, passionnant, instructif, historique, humain aussi.. en un mot : Magistral !

Extraits :

 L’adjoint DeLillo était encore plus grand que Willie Hooks, et d’un caractère redoutable.

Les éclats de verre tintèrent dans la rue comme un rêve qui se fracasse.

l vérifia bientôt cette vérité humaine basique selon laquelle plus on essaie de se sortir quelque chose de l’esprit, plus il est compliqué de penser à quoi que ce soit d’autre. La maxime d’Oscar Wilde énonçant que le moyen le plus sûr de se débarrasser d’une tentation est d’y céder rapidement perdit tout le potentiel humoristique qu’elle avait pu autrefois avoir.

Comme la plupart de ses violents semblables, Glenn Morehouse avait grandi dans le giron d’une église baptiste menaçant d’enfer et de soufre. Il avait, marquée dans son cœur, la certitude qu’à la mort, soit l’âme s’envolait vers le paradis, soit elle sombrait en enfer. Et selon ces croyances, aucun homme ne monterait au ciel sans avoir au préalable confessé ses péchés et s’en être honnêtement repenti.

le paradoxe d’une musique qui semblait si triste qu’elle vous élevait l’âme comme rien d’autre au monde.

Parfois on examine quelque chose si attentivement à la recherche d’un sens caché qu’on ne voit rien de la vérité inscrite au néon, juste sous nos yeux.

En matière de légalité, il est aussi naïf qu’un gamin de primaire. Il pense que la loi et la justice, c’est la même chose.

« Le pire ennemi d’un homme, c’est sa bouche. » Et Dieu sait qu’il avait raison.
— Je suis capable de garder un secret.
— Bon, alors continuez.”

Son ton énigmatique m’amène à me demander s’il ne se retrouve pas pris dans quelque stade transitoire entre le choc et le chagrin.

elle était son égale en tous points, et pourtant le hasard de la naissance les avait séparés aussi sûrement que le paysan français et Louis XIV.

Les lois qui les empêchaient d’envisager un avenir ensemble étaient aussi absolues que celles qui briseraient les jambes du petit garçon bondissant du toit uniquement harnaché d’une cape rouge pour le maintenir dans les airs.

— C’est la Louisiane, mon vieux. Le pays d’Edwin Edwards et de David Duke, des hommes politiques corrompus et racistes.

Mais la peur n’est pas toujours directement proportionnelle au danger. Nous sommes tous terrifiés par les serpents à sonnette, mais l’araignée que nous écartons d’un geste de la main de notre manche, sans même y penser, a bien plus de chances de nous faire mal.

La confiance des enfants est une chose impressionnante à contempler. Si seulement on pouvait tous en être dignes.

Comment ces putes peuvent-elles être aussi stupides ? Comme des opossums qui courent vers le projecteur monté sur un fusil de chasse…

Dieu sait combien j’apprécie Tom mais il a un gros défaut. Il a été formé à l’école Humphrey Bogart et Ernest Hemingway.
— C’est sûr qu’il est plutôt du genre stoïque. Mais ça n’explique peut-être pas tout. Je sais qu’il a des secrets. Il y a de toute façon des chapitres de sa vie dont il ne m’a jamais parlé.

c’est une grave erreur de penser qu’une liste de faits équivaut à la vérité. Les faits sont simplement les os dénudés dont est faite la vérité.

Je ne t’ai jamais parlé de la guerre parce qu’on ne peut en parler à personne, pas plus qu’on ne peut expliquer à une vierge ce que cela fait d’accoucher. 

quand un homme vivait assez longtemps, son passé le rattrapait toujours, peu importe à quelle vitesse il courait ou l’énergie qu’il mettrait à vivre le plus moralement possible ensuite. Et c’était dans la façon dont les hommes s’accommodaient de cette loi qu’ils révélaient leur véritable nature.

Dans l’État du Mississippi, il n’est pas nécessaire que les juges de Cour de justice soient des avocats, une étrangeté bien réelle qui n’est pas aussi rare aux États-Unis qu’on pourrait le penser. La même règle s’applique dans l’État de New York ainsi que dans plusieurs autres censés être des juridictions éclairées. Les officiers de police ont tendance à ne pas apprécier cette situation et tiennent souvent les juges responsables, de par leur ignorance juridique, de réduire les charges requises contre les prévenus et de saboter ainsi les poursuites judiciaires avant qu’un juge “compétent” ait même pris connaissance de l’affaire. […] La même règle s’applique dans l’État de New York ainsi que dans plusieurs autres censés être des juridictions éclairées. Les officiers de police ont tendance à ne pas apprécier cette situation et tiennent souvent les juges responsables, de par leur ignorance juridique, de réduire les charges requises contre les prévenus et de saboter ainsi les poursuites judiciaires avant qu’un juge “compétent” ait même pris connaissance de l’affaire.

Certains poids lourds de cet État semblent penser que vous feriez un bon remplaçant quand je prendrai ma retraite. Mais jusque-là, je vous traiterai comme n’importe quel autre officier supérieur le ferait.
— C’est-à-dire ?
— Quand j’ai besoin de votre opinion, je vous dis ce que je veux entendre.”

 j’ai le sentiment que, à l’image du Titanic, nous nous dirigeons tranquillement vers la catastrophe sans pouvoir changer notre trajectoire. Droit devant, dans l’obscurité, flotte un iceberg immergé qui va nous percuter sous la ligne de flottaison de nos espoirs.

Tu sais pourquoi autant de Noirs du Mississippi ont fini à Chicago ?
— Pourquoi ?
— C’était le ticket de bus ou de train le moins cher qu’ils pouvaient se payer vers une grande ville du Nord.
— Bon sang, c’est simple quand on y pense.

Les quelques jours suivants, les souvenirs douloureux se mirent à remonter telles des bulles vers la surface et chaque bulle contenait son propre cauchemar distinct. 

Je sens l’angoisse qui monte en lui et le charge d’énergie, telle l’armature d’un moteur électrique. 

“C’est dingue, non ? Quand il est question de famille, un homme n’a quasiment pas le choix. Tout le reste passe à la trappe. Le sang est plus fort.

Comment pouvez-vous croire au péché, si vous ne croyez pas en Dieu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *