Sardou, Romain « América : La treizième colonie « (2010)

Sardou, Romain « América : La treizième colonie « (2010)

Auteur : Romain Sardou est un écrivain français, né le 6 janvier 1974 à Boulogne-Billancourt. Il écrit pour les adultes et la jeunesse. Il est le fils du chanteur Michel Sardou et d’Élisabeth Haas (dite Babette) ; le petit-fils de Fernand et Jackie Sardou et l’arrière-petit-fils de Valentin Sardou. Il est également le filleul d’Alain Delon et Mireille Darc. Marié le 16 octobre 1999 à Francesca Gobbi, avec qui il a trois enfants (Aliénor, Gabriel et Victor-Scott), il divorce vingt ans plus tard. Sa nouvelle compagne est Kym Thiriot. Son frère cadet est le comédien Davy Sardou.
Il a également été scénariste pour Disney pendant deux ans

Romans : L’Éclat de Dieu (2004) – Personne n’y échappera (2006) – Quitte Rome ou meurs (2009) – Fräulein France (2014),
Série Notre Père : Pardonnez nos offenses (2002) – Délivrez-nous du mal (2008)
Série America : La Treizième Colonie, 2010 – La Main rouge, 2012 – Un homme averti ne vaut rien (2020)
Contes :
Une seconde avant Noël (2005) – Sauver Noël (2006) – L’Arche de Noël et autres contes (2008)

Série America : tome 1

XO Editions – 16.09.2010 – 414 pages/ Pocket – 3.11.20111 – 442 pages

Résumé : 1691, Un bateau fuit les côtes de l’Irlande tombée aux mains des Anglais ; à son bord, Harrv et Lilly Bateman.
Lui, fils de prostituée, elle, enfant illégitime d’une famille noble, mariés contre leur gré, ils embarquent vers une terre inconnue : l’Amérique. A peine sortis de l’adolescence, ils se connaissent peu, ils ne savent pas où ils vont : tout leur reste à construire. Ils découvrent une Amérique en devenir, entre nouvel Eden et nouvel Enfer, dont les Européens se partagent les immensités vierges, implantant des comptoirs, des forts et des villes, poussant les tribus indiennes à se déchirer. Industrieux et visionnaires, Harry et Lilly se heurtent dans la jeune colonie de New York à un Anglais richissime et retors, Augustus Muir, qui tente de les détruire. Désormais, entre les Bateman et les Muir, la haine s’installe, une haine inextinguible qui va se transmettre à leurs descendants et inspirer la plus noire des vengeances.

Mon avis :

Certains personnages ont réellement existé, ce qui fait de ce livre un roman historique : l’avocat réformateur anglais James Oglethorpe et, clin d’œil à la Suisse ( et à Neuchâtel en particulier) le personnage de Jean-Pierre de Pury ( Purrysburgh est le nom d’un ancien village de colons) et son idée :  le site idéal d’une colonie était à 33° de latitude, nord ou sud, et il a finalement pu réaliser son projet au bord du fleuve Savannah pour plusieurs centaines de colons, la plupart étant d’origine neuchâteloise. Et l’histoire de la fondation de la treizième colonie américaine, la Géorgie est bien réelle.
Il y a le coté roman, personnifié par  deux familles les « Bateman » et les « Muir ».
Et il y a l’épopée, l’histoire de ses immigrants Irlandais, les querelles, la force de survie, des personnages forts qui luttent pour la survie mais aussi pour faire avances les choses.
Comme à chaque fois, cet auteur ne prend par la main et je le suis avec plaisir. Une écriture fluide, des sujets documentés, des personnages qui sont attachants, un roman fleuve, beaucoup d’action, du romanesque…
J’ai tout particulièrement aimé le personnage de Shannon et celui de Charles Bateman, rebelle et hors-la loi.

Cela fait des années que j’attendais d’avoir les trois livres pour me lancer dans la trilogie.
La lecture du premier m’a beaucoup plu, donc je ne vais pas tarder à lire la suite…

Extraits :

— L’animal qui se dissocie de son troupeau, les chasseurs l’exécutent le premier ! lui répondirent-ils. Mauvais pour une bête, mauvais pour un homme !

Les civilités se firent à la mode quakeresse, respectueuses mais sans effusions trop appuyées.

En Irlande, la loi n’admet pas l’existence d’une personne telle qu’un catholique romain.

L’Amérique était une terre de guerres permanentes. Les tribus indiennes ne cessaient de s’opposer entre elles, attisées par les Anglais d’une part et les Français de l’autre ; le Nouveau Continent était le second théâtre d’opérations des conflits engagés en Europe.

— Ma famille et moi voulons simplement la paix et recherchons la solitude qui est sa compagne

Il y était question du mythe de Kashita, narrant la fondation du grand peuple des Muskogees, le jour où « le monde ouvrit ses grandes portes secrètes du Grand Ouest ».

La chasse mesurait la valeur d’un homme. La guerre mesurait la valeur d’un clan. La chasse enrichissait un homme. La guerre assurait la souveraineté d’un clan sur un territoire. Les femmes étaient les pièces maîtresses de la structure des sociétés : l’affiliation à une tribu se faisait exclusivement par la mère.

C’est un tueur. De la pire espèce. Ceux que le danger attire. Comment combattre un adversaire qui ne redoute pas la mort ? Qui la souhaite, peut-être ?

Comme les trésoriers qui enregistrent vos activités marchandes : rédigez le Grand Livre de votre vie, jour à jour ! Vous verrez : on pèse mieux ses actes et ses paroles par l’écriture que par la pensée.

Sa mélancolie s’acclimatait à ce site où tout disait que rien ne dure, que tout va s’effaçant, les hommes comme les pierres. Triste, il appréciait les lieux de désolation.

En Irlande, du jour où la ville de Derry, située au nord de l’Ulster, céda devant les troupes anglaises, elle fut rebaptisée Londonderry.

Les Irlandais se perdent toujours eux-mêmes. Ils se trahissent sans cesse.

L’imagination leur tenait lieu de liberté, ils vivaient au milieu des horreurs de la Fleet mais sans les voir.

Jean-Pierre Purry est un aventurier suisse, de Neuchâtel. Il a apporté la preuve qu’au sud de la Caroline le mûrier blanc prolifère à l’état sauvage !

Vocabulaire:
– ardillon : sur les hameçons, la contre-pointe empêchant le poisson de se décrocher.
– irénisme :  une attitude visant à la compréhension mutuelle en se focalisant sur ce qui unit ou rapproche et en minimisant ce qui éloigne ou amène au conflit.
– La sériciculture : l’élevage du ver à soie qui est lui-même la chenille d’un papillon, le Bombyx mori. Elle consiste en l’ensemble des opérations de culture du mûrier, d’élevage du ver à soie pour l’obtention du cocon, de dévidage du cocon, et de filature de la soie

Info : Avec l’établissement de la ville de Savannah en 1733, la Province de Géorgie est créée par les Britanniques pour contrer l’expansionnisme espagnol depuis la Floride ; elle doit également accueillir des migrants emprisonnés en Angleterre pour dette. Son nom est un hommage au Roi George II de Grande-Bretagne. À cette date, l’esclavage est interdit, jusqu’en 17494. En 1775, la Géorgie compte quelque 35 000 habitants. Entre 1765 et 1769, des terres sont offertes à treize colons sur les îles de Cumberland, qui deviendront des plantations.  (Wikipedia)

Photo : Savannah en 1734. (Wikipedia)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.