Cummins, Fiona «Les voisins» (2021)

Cummins, Fiona «Les voisins» (2021)

Autrice : Fiona Cummins est une ancienne journaliste du ‘Daily Mirror’. Elle vit dans l’Essex (Royaume-Uni) avec sa famille.

Série « Le collectionneur » : « Le Collectionneur«  est le tome 1 de la série. Le tome 2, « L’ossuaire » est paru en 2020.
Autre : « Les voisins » 2021

Slatkine & Cie – 15.04.2021 – 509 pages – titre original «The Neighbour »(traduit de l’anglais par Jean Esch)

Résumé : Le grand retour de Fiona Cummins C’est le rêve de tous les Anglais. Un coquet village dans l’Essex, au nord de Londres. Une belle et grande maison, un jardin, une bonne école, un petit chemin calme et verdoyant qui mène à la mer. Parfait pour faire du jogging et promener le chien. Mais c’est aussi le terrain de chasse d’un tueur en série. En s’installant dans L’Avenue avec leurs deux enfants, les Lockwood voulaient repartir à zéro, mettre toutes les chances de leur côté.
Bien sûr, ils avaient entendu parler de crimes dans la région, mais ils ne s’attendaient pas à ce que soit là, devant chez eux, dans L’Avenue. Wildeve Stanton mène seule l’enquête. Tout le monde a ses petits secrets. Les Lockwood comme leurs voisins. Un huit clos au paradis.

Mon avis : C’est le troisième livre que je lis de cette autrice et je suis heureuse d’avoir retrouvé l’autrice du « Le Collectionneur » car j’étais un peu restée sur ma fin dans le second.
Mais alors là… Dès le début, c’est anxiogène au possible ! Il faut dire qu’il y a toujours  cette étrange relation avec les voisins, qui parce que ce sont des voisins, ont un statut un peu particulier, de confiance : ces personnes qui nous disent bonjour poliment, qui vivent près de chez nous, nous sourient.. mais en fait, on ne sait rien d’eux. Et comme en plus j’ai toujours eu un peu peur des yeux des poupées, avec moi, c’était le ticket gagnant pour me déstabiliser. Réussite totale…
Les habitants de l’Avenue sont bien choisis…et l’intrigue est très bien ficelée. Et du moment où je me suis plongée dans le livre, je ne l’ai plus lâché… Un vrai « page-turner », suspense et fausses pistes, soupçons et angoisse distillée savamment.
La rue:
25 The Avenue : Mais quelle idée géniale ont eu les Lockwood (un couple et deux enfants) d’emménager pour prendre un nouveau départ dans la vie…et d’y débarquer juste au moment où il vient d’y avoir un nouveau meurtre.
26 The Avenue : Un couple : Dessie et Fletcher, qui passe son temps à observer les étoiles avec son télescope… Mais observe-t-il vraiement les étoiles ?
27 The Avenue : un couple aussi : Audina Cooper et son mari. Quel est leur secret ?
Au 32 The Avenue, en bas de la rue, il y a Trefor, un fabricant de poupées…Il vit seul, sa femme a disparu il y a des années… I tient une boutique au 18 The Avenue : Le Palais de la Poupée et de la Panoplie …
et puis  il y a les Stanton … des policiers… Pour ce couple à l’origine de l’enquête, les prénoms sont bien choisis… Wildeve et Adam – Adam et Ève (sauvage) –  Adam, qui est la dernière victime du tueur et sa femme qui va enquêter …
Alors partons à la chasse des pinceaux…des coups de pinceau…  il y a ceux qui donnent vie aux poupées par petites touches, il y a les pinceaux de la maquilleuse, la manière dont le sang gicle comme de la peinture projetée par les pinceaux… Les pinceaux qui redonnent vie et les peintures que l’on efface pour faire disparaitre les traces, les souvenirs…
Cette petite rue est loin d’être aussi tranquille qu’elle n’en a l’air… et je n’ai pas du tout envie d’aller poser mes valises dans cette jolie petite banlieue si tranquille…
Difficile de vous en parler davantage pour ne pas divulgâcher, mais aucun risque si je vous dis que c’est bien tordu et machiavélique…

Un grand merci aux Editions Slatkine pour leur confiance et un grand bravo pour leurs auteurs extrêmement bien choisis, dans tous les domaines.

Extraits :

Tandis que leurs voies respiratoires se compriment, alors que chaque inspiration devient un peu plus irrégulière, la panique déforme leurs visages, les fresques poussiéreuses de leur existence se déploient à mesure que l’obscurité prend le dessus. Elles prennent le goût de la ténacité et des regrets.

Alors, je vais commencer. Car le moment est venu de conclure. Car l’unique façon de débuter cette histoire, c’est par la fin.

Le passé est un endroit où j’ai vécu autrefois. J’ai enfoui ses secrets dans la poussière de ma mémoire et l’ai laissé loin derrière. Mais il finit toujours par nous rattraper.

Il avait appris il y a longtemps que les mots étaient une arme puissante, et que la peur de ce qui pouvait arriver, l’attente, était bien plus brutale que le soulagement instantané de la guillotine.

L’arc électrique de l’attirance physique. Les pantoufles confortables d’un long mariage. Mais si la pièce retombe du mauvais côté, place à la brûlure du désir à sens unique, à l’obscurité étriquée de l’obsession.

Le drame du sommeil était le réveil. Il fallait tourner une nouvelle page de chagrin et de conscience. Après une seconde d’oubli, peut-être deux, le souvenir du meurtre plantait en elle sa lame rouillée et acérée, conçue pour causer le maximum de dégâts.

Ce mot s’était achevé sur une note de supplication, mais elle n’aurait su dire si elle exigeait d’en savoir plus ou si, au contraire, elle réclamait le bonheur de l’ignorance, le droit de ne pas savoir ce qu’il allait lui annoncer.

Personne ne savait ce qui lui était arrivé. Ni les deux ou trois amis qu’elle avait réussi à se mettre à dos. Ni les voisins emmitouflés dans les vêtements de leurs propres vies.

Je refusais de mentir, mais il aurait été injuste d’encombrer tes sentiments avec une tristesse que je ne méritais pas. J’ai toujours méprisé la pitié. Ceux qui la recherchent et ceux qui la font peser sur les épaules des autres.

elle ne voulait pas lire cette lettre. C’était une lettre d’amour qui devait rester cachetée. Incapable de remplacer une bouche et des mains, la chaleur et la solidité d’un corps. Un maigre réconfort lorsque le pire se produisait.

— C’est un connard, dit-elle.
— Oui, mais un connard intelligent,

Les vies humaines sont définies par les secrets.

Toutes ces vérités qui demeurent cachées parce que nous essayons de nous protéger ou de protéger les autres. Parce que nous ne voulons pas paraître stupide, vulnérable, cruel ou faible. Parce que nous cherchons des réponses à des questions que nous ne sommes pas prêts à partager.

Car – souviens-t-en, c’est aussi important que la vie et la mort – l’objectif d’un appareil photo ne ment jamais.

C’est peut-être pour ça que les choses inanimées nous font peur. Parce que les visages que nous offrons au monde changent en permanence, alors qu’elles sont condamnées à ne jamais vieillir.

Écran de fumée. Miroirs. Secrets. Mensonges.

Nous croyons ce que nous voulons croire, n’est-ce pas ? Notre version de la vérité. Mais il existe de nombreuses couches, de nombreuses vérités.

Nous passons au crible, nous sélectionnons, nous trions sur le volet les éléments qui correspondent le mieux au visage que nous voulons offrir au monde. Nul ne présente une authentique version de soi. Tout le monde joue la comédie.

Le chagrin était une émotion complexe. Elle était capable de rire, avait-elle constaté, d’aller travailler et de manger, tout cela pendant que des vagues s’abattaient sur elle, menaçant de la projeter contre les falaises et de l’engloutir.

Vocabulaire :
Créosote est le nom donné à plusieurs sortes d’huiles extraites de goudrons (de bois ou de charbon ou d’une plante) qui sont des composés complexes (plus d’une centaine de composés chimiques pour la créosote de houille).
Cavum : Cavum est le terme officiel dans la version 2017 de l’Atlas international des nuages de l’Organisation météorologique mondiale pour désigner une zone circulaire (parfois linéaire) dégagée dans une couche très mince de nuages. Sous le trou peuvent se retrouver des « mèches » de virga tombant de la partie centrale, donnant le terme de trou de virga pour désigner communément ce phénomène. Le cavum se retrouve le plus souvent dans les altocumulus et cirrocumulus, mais rarement dans les stratocumulus.

6 Replies to “Cummins, Fiona «Les voisins» (2021)”

  1. Je m’incline sur le côté puzzle du livre et le terme de page-turner est on ne peut plus juste. Pour moi
    le seul bémol c’est le style un peu plat à mon goût…Bonne lecture malgré tout !

    1. Sympa de te lire Floconpl
      C’et vrai que c’est très addictif et pas de temps morts. Coté style, je te rejoins.

  2. Un roman qui marche, en effet! Vous dites « anxiogène », c’est vrai qu’il excelle dans les ambiances inquiétantes. Il m’a fait passer un bon moment, j’en parle justement aujourd’hui:

    http://fattorius.blogspot.com/2021/05/fiona-cummins-chers-voisins.html

    Et il me permet de revenir sur votre blog, que j’ai trouvé à plus d’une reprise lors de mes pérégrinations sur Internet. Du coup, je l’ai ajouté à ma bloguerolle dynamique.

    Tout de bon!

  3. Anxiogène et addictif d’accord !!! Je l’ai lu sur liseuse et je pense que j’aurais préféré le lire sur papier afin de pouvoir le feuilleter plus facilement pour revenir parfois en arrière car je me suis un peu perdue dans tous ces personnages… Et la fin ? J’ai un léger doute sur le dénouement final quant au nombre de morts…

    1. Ah moi je l’ai lu sur papier et c’est vrai que selon les livres, c’est plus agréable (parfois je mets des post-it … )

  4. Je ne suis pas une adepte des polars et encore moins une connaisseuse pour juger de l’ouvrage dans cette catégorie. 
    J’ai passé malgré tout un bon moment pour plusieurs raisons :
    – Ecriture très fluide, une agilité et une aisance dans la construction des phrases qui rendent l’ensemble très compréhensif malgré les allers et retour entre 2018 et maintenant, qui en font un pager turner sans aucun doute.
    – Une histoire prenante avec un bon suspens alimenté par le fait que l’intrigue se situe dans un quartier où les voisins se connaissent sans se connaître vraiment (car on ne sait jamais ce qu’il se passe derrière les murs après avoir fermé sa porte) et qui arrivent à se soupçonner ou du moins à douter, à se poser des questions sur les uns et les autres avec tous ces meurtres qui « s’accumulent » au fond des bois, des victimes maquillées comme des poupées, comble de l’horreur par l’assassin d’essayer de leur insuffler de la vie grâce au maquillage alors qu’il la leur a volée. 
    – L’histoire avec l’enfant Evans, avec les enfants en 2018 quand ils assistent au spectacle de marionnettes où tout a basculé, avec les ados maintenant qui se mettent en danger et harcèlent peut-être pas la bonne personne, ajoutent un degré dans cette appréhension. 
    Voilà donc j’imagine tous les ingrédients pour réussir un bon polar avec une fin : TaTa !!! inattendue, renversement de situation,  comme tous les polars que j’ai lus d’ailleurs où il semblerait que ce soit une signature obligatoire ?!!!
    Et comme nombreux polars que j’ai lus, étant donné mon penchant à m’attacher ou du moins à être plus sensible à la façon de décrire l’histoire plus qu’à l’histoire elle-même, je sais bien que je ne me souviendrais probablement plus de cette même histoire dans quelques temps car c’est un livre qui se noie dans cette masse de livres qui pullulent ou peut-être que par malchance je tombe dessus, qui ne sont ni bons, ni mauvais, vite lu, (quoique 370 pages il faut un peu de temps, ce même temps que je souhaiterais employer pour ne lire que des pépites, et oui toujours à la recherche du graal) vite refermé, vite oublié car c’est sans âme, sans corps, sans travail fouillé des caractères, sans ce petit plus qui font les grands auteurs ou les grands livres. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.