Burger, Laurence « Le cadavre du 25 » (RL2021)

Burger, Laurence « Le cadavre du 25 » (RL2021)

Autrice : Avocate de formation, spécialiste en arbitrage international, Laurence Burger a décidé il y a quelques années d’étendre sa passion pour le verbe à l’écriture de romans policiers qui allient mystère, voyages et, bien sûr, crimes. Le cadavre du 25 est son premier roman publié aux éditions Slatkine.

Editions Slatkine – 30.08.2021 – 360 pages

Résumé :
François Gaudard, inspecteur de police à Monaco, ne s’attendait pas à découvrir un sac mortuaire alors qu’il procédait à un séquestre dans une importante banque italienne du Rocher. Sac mortuaire qui, de plus, est occupé par un cadavre !

Alors qu’elle ne fait que commencer, l’enquête va se trouver rapidement prise dans les méandres financiers de sociétés licencieuses. Entre affaire de dopage, escort-girls, lutte contre le blanchiment, trafics multiples de Genève à Miami, et exploits sportifs, les héros, deux policiers dont les existences ne cessent de se croiser, se confrontent à des malfaiteurs d’origine aussi diverses que des membres de cartels sud-américains et des banquiers douteux, qui n’hésitent pas à faire couler le sang pour dissimuler leurs crimes.

 

Mon avis :
Je remercie les Editions Slatkine de me permettre une fois encore de découvrir une autrice suisse.

Quand la place financière de Monaco est sous pression, ça ne rigole plus ! Un cadavre déposé dans le coffre-fort d’une banque… ç’est pas sérieux et cela nuit sérieusement à la réputation de l’établissement ! Et surtout que personne ne semble savoir comment il est arrivé là… C’est pourtant volumineux et cela ne passe pas inaperçu le transport d’un sac mortuaire…
Ce roman va à un rythme d’enfer. Pas le temps de se poser à Geneve, qu’on est de nouveau ailleurs… Londres, Miami, Geneve, Paris, Gstaad :  pas de temps morts, des enquêtes qui s’entrecroisent et s’emmêlent…
François Gaudard réussira-t-il à reconstituer le puzzle ?
On plonge dans le monde des affaires, ou plutôt du dessous des affaires… C’est pas joli-joli. Tueurs à gage, détectives, flics pourris, agents du FBI, Mafia… tout ce petit monde est de la partie.
Une écriture dynamique, une autrice qui connait son sujet, un roman intéressant.
Mais… malheureusement le fait d’aller vite avec autant de personnages fait qu’on survole les sites et les personnalités et qu’on a jamais le temps de faire connaissance ; et moi si je ne fais pas connaissance avec les personnages, si je ne m’imprègne pas de leurs personnalités, si je n’ai pas une vie construite autour d’eux, si je ne m’attache pas, cela me manque ; j’ai besoin de les aimer… au moins un … et ce n’a pas été le cas.. je suis donc restée spectatrice et je ne me suis pas sentie de la partie… Un petit peu trop factuel à mon goût et ne faisant pas vibrer assez la corde émotionnelle… mais très bien mené au niveau de l’intrigue.
Et autre remarque qui ne concerne que moi .. Je suis genevoise et je trouve que Genève est une belle ville. Et là j’ai eu l’impression que l’autrice n’aime ni Genève ni ses habitants et elle le fait comprendre : une ville où il fait toujours gris, avec une seule rue qui ne soit pas moche, avec un accent disgracieux, qui fait de mauvais vins… Et là je m’inscris en faux ! De plus, la rue du Rhône est loin d’être la plus jolie rue de Genève… la plus snob, mais pas la plus belle..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.