Ledig, Agnès «Dans le murmure des feuilles qui dansent» (2018)

Ledig, Agnès «Dans le murmure des feuilles qui dansent» (2018)

Ledig, Agnès « Dans le murmure des feuilles qui dansent » (2018)

Auteur : romancière française née en 1973. Mère de trois enfants, elle a commencé l’écriture après le décès de l’un de ses trois fils, atteint d’une leucémie. Pour répondre aux questions que posaient tous ceux qui se préoccupaient de Nathanaël, elle tenait un bulletin hebdomadaire. Un professeur de médecine qui suivait l’enfant lui a révélé son don de transmission et l’a encouragée à écrire. En moins de cinq ans, Agnès Ledig s’est imposée comme l’une des romancières françaises les plus aimées du grand public.  « Marie d’en haut« , a remporté le « coup de cœur des lectrices » de « Femme actuelle ». « Juste avant le bonheur » (Albin Michel, 2013) a remporté le prix Maison de la Presse. « Pars avec lui » paraît en 2014, « On regrettera plus tard« , paraît en 2016, et « De tes nouvelles » (la suite) en 2017 .  «Dans le murmure des feuilles qui dansent» (2018) toujours aux éditions Albin Michel.

Albin Michel, 28.03.2018, 389pages

Résumé : Anaëlle, une jeune femme dont la vie a été bouleversée par un accident, se reconstruit doucement, entre son travail et sa passion pour l’écriture.

Thomas raconte des histoires merveilleuses d’arbres et de forêt pour mettre un peu de couleur dans la chambre d’hôpital de Simon, un garçon lumineux et tendre.

Chacun se bat à sa manière contre la fatalité. Mais est-ce vraiment le hasard qui va sceller leur destin ?

Dans ce nouveau roman, Agnès Ledig noue une histoire simple et poignante où des âmes blessées donnent le meilleur d’elles-mêmes et nous rappellent, dans une nature à la fois poétique et puissante, que la vie est plus forte que tout.

Mon avis :

Et bien cela se confirme. J’ai fini ce livre en larmes… terrassée par l’émotion que génère la lecture de cette romancière. Des émotions, des mots simples, de la sensibilité à fleur de mots… Des personnes qui luttent, des personnes qui s’entraident… les liens qui se tissent entre les êtres comme les liens invisibles qui unissent les végétaux dans la nature. Hymne à la survie, à la main tendue, à la volonté, à l’espoir. Et aussi bel hommage à l’écriture, aux échanges épistolaires… Tout en retenue, hommage au silence, à la gentillesse, à la main tendue, à l’empathie, à la nature….

Et bien sûr, si vous avez aimé ce livre, je vous suggère ( si ce n’est pas encore fait) de lire le livre de Wohlleben, Peter «La vie secrète des arbres» (2017)

Extraits :

À l’observer d’un regard qui, portant loin, dédouble la réalité, il a vu en ce petit comme un mélange de sève et de sang, d’écorce et de peau, de tronc et de torse, de nœuds et d’yeux, de feuilles et de mèches.

[…] le doute s’installe à tout jamais dans la vis sans fin qui lui sert de cerveau et qui, dès lors, tournera jusqu’à obtenir des réponses.

En silence, la joue posée sur l’oreiller. Les larmes coulaient doucement puis imprégnaient sa taie en flanelle. La froideur du chagrin absorbée par la douceur du tissu.

Son chat la rejoint sans attendre, inébranlable béquille féline pour tous les moments où elle a besoin d’être plus forte.

À ne plus s’attarder dans les yeux de son conjoint, elle n’avait pas remarqué qu’il regardait ailleurs.

[…] la pluie, la neige ou le vent ne doivent pas être un frein mais au contraire une invitation à découvrir la forêt avec un autre regard.

Il aime de temps en temps éprouver ce petit frisson de plaisir quand, une fois l’enveloppe lâchée dans la fente de la boîte, plus rien ne peut interrompre sa route vers le destinataire.

Chacun est responsable de ce qu’il imagine.

La journée est bouclée, tout est en ordre, vérifié, analysé, scruté, annoté, le corps fatigué est prêt à dormir, reste à bercer le cœur.

Et puis un jour, vous comprenez que la vie est ici, dans l’instant, puisque rien ne dit qu’elle sera encore là demain, et après-demain, et les jours suivants. Alors vous la traversez un peu plus fort, un peu plus doux, un peu plus rire, un peu plus fou.

L’être humain est probablement le seul animal à être capable de se faire du mal par la simple pensée.

Pourquoi ne pas abuser des bonnes choses ? Justement, il faut abuser des bonnes choses ! Ne croyez-vous pas ? La vie est bien trop courte pour procrastiner.

L’avantage du courrier postal réside dans le fait qu’il rend le temps incompressible. Celui du transport et de la distribution.

Mais, comme vous le dites, les épreuves de la vie sont les meilleurs tests humains.

Elle lui a répondu que quand on revient de l’enfer, le paradis habille tous les jolis moments de la vie…

On rit de rien quand il s’agit de rire pour ne pas pleurer.

– Mais même s’il y avait anguille, en quoi cela vous regarderait-il ? Je fais ce que je veux de mon anguille, et je n’ai aucun compte à vous rendre.

À l’idée que quelqu’un pense à moi, prend plaisir à me découvrir, a envie de me rencontrer, de me connaître mieux, sans tenir compte de l’état de ma carrosserie.

Celui qui mange sans sel depuis toujours n’a pas conscience de ce qu’une pincée peut apporter dans la révélation des saveurs. Voilà, vous êtes ma pincée de sel. Et je n’ai plus envie de manger fade.

Il ne faut pas s’oublier. Il essaie juste de tenir. Tenir soi pour tenir les autres, à bout de bras. Mais dans la tempête, vous ne réfléchissez pas, vous vous accrochez au premier arbre venu en espérant qu’il ne se déracinera pas.

C’était ma condition à moi pour poursuivre. Être au top ou n’être pas. Tant qu’à se relever, autant marcher droit.

Partager la beauté du monde, celle qui ne s’efface pas dans l’adversité. Elle est même sublimée pour qui veut bien la voir comme arme de consolation massive.

C’est symbolique, le papillon. Dans beaucoup de cultures, il évoque l’âme qui s’envole.

 

 

 

 

3 Replies to “Ledig, Agnès «Dans le murmure des feuilles qui dansent» (2018)”

  1. « L’être humain est probablement le seul animal à être capable de se faire du mal par la simple pensée. » voilà une phrase capitale … à méditer, à décortiquer, à vivre … pour guérir .

  2. J’avais hésiter à l’acheter. Tu me donnes vraiment envie de le lire . Les extraits que tu as choisi sont des pétales de vie… Je vais le découvrir cet été . Je reviendrais donner mon avis 😉

  3. Mon avis est en tout point conforme au tien !! jamais déçue par la lecture des livres de cette auteure. Ce livre est d’autant plus poignant lorsque l’on sait que l’histoire est très proche de celle vécue par Agnès Ledig…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *