Adler-Olsen, Jussi « Profanation » (05/2012)

Adler-Olsen, Jussi « Profanation » (05/2012)

Auteur : Carl Valdemar Jussi Adler-Olsen, né le 2 août 1950 à Copenhague, est un écrivain danois. Depuis 2007, Jussi Adler-Olsen s’est spécialisé dans une série de romans policiers dont Dossier 64, qui a été la meilleure vente de livres en 2010 au Danemark ; ainsi il a reçu cette année-là la distinction du meilleur prix littéraire danois, le prix du club des libraires : les boghandlernes gyldne laurbær ou « lauriers d’or des libraires ».

Série Les Enquêtes du département V :  : MiséricordeProfanationDélivranceDossier 64L’effet PapillonPromesseSelfies

Albin Michel – Mai 2012 – La deuxième enquête du département V

Résumé : Véritable phénomène d’édition dans les pays où il a été publié, Miséricorde, le premier roman du Danois Jussi Adler-Olsen, s’est imposé en France comme la découverte scandinave de 2011. Profanation, le deuxième tome de la série, ne décevra pas les fans du tandem atypique et attachant que forment le cynique inspecteur Carl Morck et son mystérieux assistant syrien, Assad. Sur le bureau de Morck, le dossier d’un double meurtre impliquant une bande de fils de famille, innocentée par les aveux « spontanés » de l’assassin.

Mais très vite l’inspecteur s’aperçoit que l’affaire, hâtivement bouclée, comportait des zones d’ombre. Quel rôle ont vraiment joué, il y a vingt ans, trois des hommes les plus puissants du Danemark ? Cercles très fermés des milieux d’affaires, corruption au plus haut niveau, secrets nauséabonds de la grande bourgeoisie… Adler-Olsen mêle à la perfection suspense implacable et regard acerbe sur son pays.

Mon avis: J’avais beaucoup aimé le premier et le deuxième ne m’a pas déçue on le prend et on ne le lâche plus. Thriller psychologique qui vous maintient sous pression de la première a la dernière page. L’auteur réussit le tout de force de rendre Kimmie attachante. Les personnages secondaires s’installent. Je me réjouis de me plonger dans la troisième enquête du département V.. L’important n’est pas de découvrir les coupables ( on les identifie dès le début) mais de réussir à les démasquer. On gravite dans les hautes sphères, on vise des « intouchables » , on a affaire à des pressions politiques et économiques… mais on mène l’enquête. Machiavélique à souhait !

Extraits:

Le mauvais côté des vacances, c’est qu’un jour elles se terminent.

Quand les images qui défilent dans votre tête vous donnaient envie de regarder vers l’horizon et au-delà.

Quand on allait droit dans le mur, il fallait freiner

Personne n’avait le droit de le commander, et c’est ce qui le rendait si facile à manipuler. Il en avait bien conscience

 

3 Replies to “Adler-Olsen, Jussi « Profanation » (05/2012)”

  1. Je confirme, cette série est passionnante. J’ai terminé « Miséricorde » et « Profanation ». Je passe à « Délivrance » et il y a de fortes chances pour que je poursuive avec « Dossier 64 ». J’adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *