Jónasson, Ragnar «Mörk» (2017)

Auteur : Islandais, né à Reykjavik , 1976. Ila découvert à 13 ans les livres d’Agatha Christie et a commencé à les traduire en islandais à 17 ans! Ses grands-parents sont originaires de Siglufjördur, la ville où se déroule Snjór, et où a grandi son père. Avocat et professeur de droit à l’Université de Reykjavik, il est aussi écrivain et le cofondateur du Festival international de romans policiers «Iceland Noir ».

C’est l’agent d’Henning Mankell qui a découvert Ragnar Jónasson et vendu les droits de ses livres dans quinze pays. Mörk a été élu « Meilleur polar de l’année 2016 » selon le SundayExpress et le Daily Express, et a reçu le Dead Good Reader Award en Angleterre.

Série Dark Iceland : 2ème tome (Sorti en mars 2017 aux Editions de la Martinière) – Après Snjór (Neige), Mörk (Frontière)

 

Résumé : Quand le crime à l’anglaise rencontre les terres gelées de l’Islande. Cluedo au pays des fjords…

À Siglufjördur, à l’approche de l’hiver, le soleil disparaît derrière les montagnes pour ne réapparaître que deux mois plus tard. Ce village perdu du nord de l’Islande plonge alors dans une obscurité totale… Le jeune policier Ari Thór veille sur la petite communauté sans histoires. Mais son collègue, l’inspecteur Herjólfur, est assassiné alors qu’il enquêtait aux abords d’une vieille maison abandonnée. L’illusion d’innocence tombe. Tous les habitants n’avaient-ils pas, au fond, une bonne raison de semer le chaos ? Elín, qui fuit un passé violent. Gunnar, maire du village, qui cache d’étranges secrets… Pour reconstituer le puzzle, il faudra aussi écouter cette voix qui murmure, enfermée derrière les cloisons d’un hôpital psychiatrique, et qui tient peut-être la clé de l’énigme.

Mon avis : J’ai enchainé sur le tome 2.

Changement de saison, il mouille… On n’a pas les deux jambes dans la gadoue mais on patauge (au propre et au figuré). Coté amourettes, ce n’est pas top… aussi glauque que l’ambiance… Bienvenue dans le monde des trahisons et des secrets.. Comme dans le premier, on évolue dans le malaise … C’est bien fait…

Dans un pays sans crimes, ou la moitié de la population est armée, le silence est maître. Et les clés des affaires non résolues, les secrets du passé, sont cachées bien profondément dans les mémoires des vieilles personnes… Vont-elles parler !? Personne ne semble bien net… que ce soient les policiers, les politiques… et tous ces gens qui vivent en vase clos, amis ou parents tous liés par l’inavouable… tous ces gens qui vivent en vase clos, amis ou parents tous complices, liés ou à la merci de secrets – qu’il vaut mieux laisser dormir, passer sous silence par gain de paix à défaut de résoudre les problèmes…

Siglufjördur se désenclave, s’ouvre au tourisme… mais est-ce une bonne chose ? et à qui appartient cette voix off, présente en permanence, cette voix qui se fait entendre depuis un asile psychiatrique !? une voix du passé, du présent ? La problématique sous-jacente est la violence larvée, souterraine, enfouie… Le moins qu’on puisse dire c’est que cette ambiance ne ressemble à aucune autre…

Extraits :

La pluie aveuglante ajoutait à l’austérité des murs couleur plomb. Ici, l’automne n’était pas une véritable saison, plutôt un état d’esprit. Il semblait s’être perdu en route, quelque part vers le nord, quand, fin septembre, début octobre, l’hiver avait promptement succédé à l’été.

l’hiver et sa pénombre qui se lovait autour du monde comme un chat géant

Certaines choses sont tellement grises et froides qu’aucune couleur sur aucune page ne pourrait leur donner vie.

il ne comprenait pas ce qu’il pouvait y avoir d’enchanteur dans le froid, la solitude et l’isolement.

Un étranger dans un endroit où les gens étaient tous liés les uns aux autres, sans qu’aucun ne se fasse réellement confiance.

Elle s’était prise à aimer la pluie et le vent, comme aujourd’hui. Ils renforçaient son sentiment d’être en vie.

Impossible de bien s’entendre avec des gens qui ne sourient pas.

Tous les hommes ont une qualité qui les rachète aux yeux du monde.

Le moment est peut-être venu de souffler la poussière sur quelques vieux secrets. Peut-être…

Le pire, c’était le silence. Le silence qui précédait chaque coup. Comme une accalmie avant la tempête.

… cela me libère de pouvoir l’écrire.

Elle s’éloigne à sa façon, se recroqueville dans sa coquille. Elle a renoncé, et ça, ça n’est pas tolérable.

Ce que je peux te dire, c’est que la violence est partout, pas seulement chez la racaille, mais aussi chez les hommes les plus respectables : les chefs de famille qui occupent des postes à responsabilité, les citoyens exemplaires à tout point de vue, sauf quand ils utilisent leurs poings contre leur femme et leurs enfants.

– Parfois, il vaut mieux laisser les chiens dormir tranquillement. Les gens doivent à tout prix faire confiance à leur police.

L’idée du rendez-vous avait été plus excitante que le dîner lui-même, avec un homme pourtant séduisant.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *