Perry, Anne « les petits crimes de Noël »

Perry, Anne « les petits crimes de Noël »

Anne Perry a également entrepris une série de nouvelles policières, dont l’action se déroule pendant la période de Noël. Dans chaque nouvelle, un personnage secondaire de ses autres séries policières mène l’enquête. Il s’agit de Lady Vespasia Cumming-Gould dans La Disparue de Noël, Henry Rathbone dans Le Voyageur de Noël, la grand-mère Ellison dans La Détective de Noël, Dominic Corde dans Le secret de Noël,  le commissaire Runcorn dans la promesse de Noël…

 01 La disparue de Noël :

Coupable ! Le jugement est tombé sur l’infortunée Isobel Alvie. La veille, Gwendolen Kilmuir, une jeune veuve, s’est suicidée dans la propriété où Omegus Jones recevait quelques invités. De l’avis de tous, l’attitude cruelle d’Isobel envers la jeune femme la rend responsable de cet acte désespéré. Il ne reste guère que son amie, l’indomptable Lady Vespasia, pour la soutenir. Pour racheter sa faute aux yeux de la gentry, Isobel doit accomplir un voyage expiatoire jusqu’au nord de l’Écosse, afin de prévenir la mère de Gwendolen. En compagnie de Lady Vespasia, elle entreprend un éprouvant pèlerinage, semé d’embûches… Un conte de Noël inédit où la reine Anne Perry en son royaume victorien fait le portrait magistral d’une époque corsetée par les convenances et l’hypocrisie.

Mon avis : C’est le 1er de la série de ces petits crimes de Noël. Ici la vedette est Lady Vespasia, personnage secondaire de la série Charlotte et Pitt.. Ce qui est rigolo est de faire connaissance avec Lady Vespasia jeune, alors que je ne la connais qu’octogénaire…
Coté crime, moyen… Mais coté périple en Ecosse en hiver et découverte psychologique des personnages est passionnante. De fait c’est plus la tradition expiatoire comme cela se pratiquait au Moyen-Age qui est le thème de ce petit livre…. Ne cherchez pas une intrigue.. ce n’est pas le but me semble-t-il. C’est à nouveau une exploration de la société britannique, de son hypocrisie et de ses préjugés… Beaucoup apprécié.

02 Le voyageur de Noël :

En ce Noël 1850, les frères Dreghorn se réunissent chez le plus âgé d’entre eux, Judah, dans son grand domaine de la région des lacs, en Angleterre. Mais l’heure n’est pas à la joie des retrouvailles. Judah vient de mourir dans des circonstances troubles, et sa veuve, Antonia, doit faire face à de terribles accusations portées contre son mari, un juge pourtant respecté. Pour l’épauler dans ces moments difficiles, elle fait appel à un vieil ami de la famille, Henry Rathbone. Avec l’aide de ses frères, Henry va tenter de faire la lumière sur cette affaire. Judah a-t-il été assassiné ? Et ces malheureuses insinuations, qui blessent l’honneur de toute une famille, pourraient-elles être fondées ? Dans ce nouveau conte de Noël inédit signé Anne Perry, Henry aura besoin de tout son sang-froid pour découvrir la vérité… !

Mon avis : je l’ai lu il y a longtemps.. je crois me souvenir que j’avais plus été frappée par l’ambiance et les descriptions que par l’intrigue… Il me semble que c’était une  histoire d’héritage…

03 La détective de Noël :

Pour Mariah Ellison, la grand-mère acariâtre et austère de Charlotte Pitt, ces fêtes de Noël s’annoncent comme un véritable cauchemar ! Être exilée contre son gré chez son ancienne belle-fille, au bord de la Manche, avait déjà mis ses nerfs à rude épreuve, la voilà maintenant obligée de supporter l’arrivée d’une invitée de dernière minute, Maude Barrington. Cette aventurière a passé sa vie à parcourir le monde et selon Mariah, l’existence même de cette personne est une insulte aux convenances victoriennes. Mais elle ne pourra s’empêcher d’être touchée par sa joie de vivre. Lorsqu’elle découvre un matin son corps sans vie, son sang ne fait qu’un tour. Le médecin conclut à une mort naturelle mais, pour Mariah Ellison, cela ne fait aucun doute, Maude a été empoisonnée. Dans le plus grand secret, elle décide d’enquêter sur le champ et se rend dans la famille de la victime…

Mon avis : Ah Jubilatoire! Je suis ravie d’avoir découvert l’autre facette de cette vieille dame impossible! En lisant cette histoire on lève le voile sur les raisons pour laquelle elle est si désagréable.. Comme souvent, derrière les masques les plus austères, un océan de malheur et de blessures..

Extraits:

Le style moderne qui consistait à réduire le nombre de meubles – laissant beaucoup trop d’espace libre -, à bannir glands et volants et à ne mettre ni gravures, ni abécédaires brodés, ni photographies sur les murs ou la moindre surface disponible, lui paraissait beaucoup trop dépouillé. On avait l’impression que personne ne vivait là – ou que ceux qui y habitaient n’osaient montrer ni famille ni origines

Dehors, le froid semblait mordant: le vent déchirait les nuages qui défilaient en lambeaux sur le bleu délavé du ciel

Sous un climat comme le nôtre, voilà une remarque qui ne demande guère de perspicacité. Il risque de pleuvoir demain n’importe quel jour de l’année!

Et je pourrais continuer ainsi indéfiniment! Je n’imagine pas ce qu’est l’ennui. C’est à coup sûr pire que la mort, comme une maladie terrible qui vous ronge et ne vous laisse ni la joie, ni le désir qu’offre la vie, ni le repos qu’apporte la mort. Même ce délicieux pincement au cœur, que l’on ressent en sachant qu’il est impossible de retenir cette lumière pour l’éternité, vaut mieux que de ne pas l’avoir vue ou aimée du tout

Que répondre à des choses pareilles? Ce devait être envisageable, mais que dire face à tant d’émotion mise à nu? C’était aussi inconvenant que se déshabiller en public. Quel manque de tact

J’avais oublié à quel point j’adore la mer, son immensité, son éclat, ses possibilités infinies… Elle n’est jamais la même deux secondes de suite.

… avec ses récits qui libéraient l’imagination et réveillaient les rêves

Je vous présente tous mes vœux et vous souhaite de vous souvenir des bonnes choses du passé tout en gardant de l’espoir en l’avenir

04 Le secret de Noël :

Lorsque le jeune Dominic Corde et sa femme Clarice arrivent à Cottisham, un charmant village de la campagne anglaise, pour remplacer Mr. Wynter, le pasteur, pendant la période de Noël, ils ont immédiatement le sentiment d’avoir découvert le lieu de leurs rêves. La beauté du paysage, l’accueil chaleureux des habitants, le confort du presbytère, tout les incite à se réjouir de ce séjour… jusqu’à la découverte du cadavre de Mr. Wynter dans la cave de leur maison. Le médecin conclut à une mort accidentelle mais Clarice, alertée par d’étranges indices, n’y croit pas une seconde. Qui a pu tuer un homme aimé de tous ? Obstinée et courageuse, plus soucieuse d’écouter sa conscience que de se plier aux bonnes manières de la société victorienne, Clarice entreprend de percer les secrets les mieux cachés de ses adorables voisins…

Mon avis : Pas été emballée.. Certes j’ai lu les enquêtes de Charlotte et Thomas Pitt mais le Dominic en question ne m’est pas très sympathique et peu familier. Quant à Clarice, elle est totalement inconnue. Pour ce qui est de l’enquête, là encore je n’ai pas croché. Bref pas une réussite..

Extraits:

Elle l’aimait d’autant plus fort de le savoir conscient de ses propres faiblesses, en même temps que du pouvoir de ses rêves.

Les arbres saupoudrés de neige dessinaient des motifs délicats pareils à de la dentelle sur le ciel gris plomb auquel la lumière pâle donnait un éclat surnaturel. Impressionnée par tant de beauté, elle poussa un lent soupir et en oublia un instant de frissonner.

Le monde n’était plus qu’ombres et mouvements perçus à travers la brume

Personne ne se tient jamais sur la défensive à moins de se sentir vulnérable

Mieux valait poursuivre la vérité et se tromper que se réfugier dans un confort aveugle et lui tourner le dos

L’obscurité semblait se répandre en lui tout autant que dans le ciel

Dehors, les couleurs semblaient s’être évanouies

C’est là le sens de Noël: un espoir éternel, un chemin qui mène vers le meilleur de nous-mêmes et vers tout ce que nous sommes capables de devenir

05 La promesse de Noël :

En cette veille de Noël, le superintendant Runcorn de Scotland Yard aspire à un peu de solitude, loin du vacarme de la ville. Malheureusement, sa paisible retraite sur l’île sauvage d’Anglesey sera de courte durée. Olivia Costain, la jeune sœur du pasteur local, est retrouvée assassinée au cœur du cimetière. De l’avis général, ce crime odieux ne peut être l’œuvre d’un insulaire. Mais les preuves semblent indiquer tout le contraire… Pressé par la belle Mélisande Ewart qui lui ouvre les portes de la gentry locale, Runcorn accepte de mener l’enquête.

Mon avis pas encore lu

06 La révélation de Noël :

Pour Emily Radley, la belle-sœur du célèbre policier Thomas Pitt, les fêtes de Noël s’annoncent désastreuses. Elle doit quitter sur le champ Londres, ses enfants, les mondanités et la fête pour passer ce Noël 1895 en Irlande, auprès d’une tante agonisante qui l’a demandée auprès d’elle. Brusquement plongée au cœur du magnifique et sauvage Connemara, dans un petit village perdu au bord de l’océan, Emily ne s’imaginait pas une seconde confrontée à une affaire de meurtre commis sept ans auparavant. Tandis qu’une tempête ramène sur la grève souvenirs et remords du passé, Emily, aussi à l’aise dans les tourbières irlandaises que dans un salon de la gentry, remue les consciences de la petite communauté, en quête d’un secret bien gardé.

Mon avis : Court et très sympa, une ambiance totalement différente, une découverte. Une très belle description du village irlandais et des jours de tempête, de l’ambiance pesante d’un village qui se soupçonne et se meurt, le poids du silence. L’évocation de la question catholicisme-anglicanisme. Anne Perry excelle toujours autant à nous faire découvrir la vie de cette époque et le contexte sociologique est présent. Très sympa. Et j’aime bien cette idée de nous faire découvrir les personnages secondaires…….

Extrait:

Toute sa vie, elle avait vu dans le fait d’être anglaise, une bénédiction, comme d’être beau ou intelligent, une grâce qu’il fallait prendre à la manière d’un honneur sans jamais la remettre en question.

07 Un Noël plein d’espoir :

Dans le dédale miséreux de l’East End londonien, Noël 1883 prépare ses miracles. Comment Gracie Phipps, treize ans, pourrait-elle refuser d’aider une fillette bouleversée à retrouver son âne ? D’un mystère à l’autre, les deux enfants doivent faire la vérité sur la mort d’Oncle Alf, un chiffonnier du quartier, et sortir vivantes de ce cauchemar de Noël…
Par la reine du genre, un trépidant mystère de Noël au coeur du Londres victorien ou plane l’ombre de Dickens.

Mon avis : passé un bon moment avec la petite Gracie. J’aime bien ces petites histoires de Noel, qui permettent de se consacrer un peu à un personnage récurrent des séries et le connaître davantage. Un conte de Noel d’une centaine de pages bien sympa à lire.

08 L’Odyssée de Noël :

En 1864, dix jours avant Noël, le riche James Wentworth décide de recruter son ami, Henry Rathbone, pour retrouver son fils Lucien. Pris d’une passion dévorante pour une belle jeune femme nommée Shadwell, le jeune homme est plongé dans un monde de dépravation et de violence ou les trafiquants de tout poil font loi. Rathbone ne connaît rien à ce milieu interlope et sensuel ou Lucian passe son temps, aussi recrute-t-il à la clinique médicale de Hester Monk deux compagnons qui y naviguent avec aisance : Squeaky Robinson, un maquereau repenti, et Crow, un mystérieux docteur qui ne refuse de soins à personne, même aux pires crapules. A ceux-ci s’ajoute une recrue précieuse : la jeune Bessie, une adolescente qui fait preuve de courage même aux tréfonds des mauvais quartiers. À quatre, ils devront faire face aux pires travers de l’humanité dans une quête qui les mènera des taudis de Londres aux demeures luxueuses des nantis.

Mon avis :

Henry Rathbone en vedette pour la deuxième fois. Un trio improbable, que tout oppose. Et une lumière qui se diffuse sur trois personnages secondaires, qui œuvrent dans l’ombre. Henry Rathbone, père de Sir Oliver, Squeaky, ancien tenancier de bordel et fidèle lieutenant d’Hester et un plus jeune, Crow, qui met ses compétences médicales au service des plus démunis.  Au fil des pages, entre les 3 hommes se développe une sorte d’amitié, un respect mutuel. Et en cette période de Noel, l’espoir est là. Il faut toujours y croire, même quand tout semble perdu, même quand on est au plus bas. Un conte de Noël qui se déroule dans les bas-fonds, ou l’on côtoie la misère et la déchéance mais qui montre que partout ou il y a de la vie il y a du bon. Une ode à l’amitié aussi..

Extraits :

il s’agissait d’un appétit qui se nourrissait de lui-même et qui finirait par tout dévorer

.. avait dérogé à la première règle du mensonge réussi : ne jamais répondre à des questions qu’on ne vous a pas posées !

Toute cette respectabilité lui avait rongé le cerveau. Il n’était même plus capable d’élaborer un mensonge convenable

Dieu et moi, nous ne sommes pas en bons termes [….] Je lui parle, mais il ne me répond même pas

Autant lâcher des chatons au milieu d’un combat de chiens

L’amitié. Être là au fil des années, en sachant quand il est opportun de se montrer curieux ou de garder le silence. Partager des choses parce qu’elles étaient importantes à mes yeux, même si elles ne l’étaient pas pour lui. Il me rapportait des histoires amusantes et intéressantes qu’on lui avait racontées et me parlait ouvertement autant de ses échecs que de ses succès.

Mais voilà, il avait le sentiment d’arriver après la fête. Comme si la musique s’était tue et qu’il en percevait encore l’écho.

La respectabilité, qu’elle vous ramollisse ou non l’esprit, lui sembla soudain d’une douceur incomparable. C’était comme boire de l’eau pure ou respirer de l’air frais.

Il se surprenait à ressentir de l’affection pour plusieurs personnes qui ne lui étaient d’aucune utilité, ni à lui ni à quiconque. Or l’affection était un luxe dont il s’était toujours passé. L’âge l’aurait-il rattrapé ? Ou la lâcheté ? Prudent, il l’avait été tout au long de son existence ; se comporter autrement eût été stupide ! Mais il n’avait jamais été un lâche. Et à présent, toutes ses valeurs s’effilochaient irrémédiablement… Il n’avait plus de contrôle sur rien !

S’extraire de « l’enfer », comme vous dites, n’est en rien un acte physique, c’est une volonté de l’esprit

Quelle plaie de se soucier de l’opinion des autres ! Un tel comportement était contraire à toutes les lois de la survie

Cette vitalité, cette volonté féroce de mordre la vie à pleines dents sont les signes d’une angoisse. J’ai déjà vu cela. On veut tout et

Le temps nous rattrape, et on se rend compte de ce que l’on a échoué à accomplir, des occasions de faire preuve de gentillesse et de courage que l’on a gâchées, en sachant qu’elles ne se représenteront plus. On entrevoit alors ce que l’on aurait pu être et que l’on n’a pas été

À quoi servait d’aimer ? Uniquement à vous attirer des ennuis

En tout cas, je suis en vie, et il est difficile d’être très heureux une fois qu’on est mort

Le pouvoir de la bonne société est quasi sans limites, ma chère. S’en voir exclu équivaut presque à la mort.

 

09 Le Spectacle de Noël :

C’est à Whitby, petit village de pêcheurs ou le comte Dracula aurait fait sa première apparition – selon le roman éponyme de Bram Stoker –, que Joshua Fielding a décidé de produire sa troupe théâtrale. Avec sa femme Caroline, la mère de Charlotte Pitt, il s’apprête à livrer une adaptation inédite du fameux roman. La première est un désastre, mais l’apparition d’un étranger masqué, suivi d’un meurtre inattendu, viennent donner la dimension dramatique qui manquait à la pièce…
Sous les noirs augures du maître des vampires, le bien et le mal s’affrontent dans un conte de Noël aux accents gothiques !

Mon avis : la personnalité de Caroline, la mère de Fielding est à l’honneur cette fois. Si il y a bien un crime, c’est bien la chose la moins importante du petit livre. L’important c’est le bonheur en fait.. Faut il renoncer à son milieu pour faire ce que l’on veut.. Les acteurs sont perçus comme des saltimbanques; que valent-ils dans la société? Vaut-il mieux faire des sacrifices et être heureux ?Faut-il accepter le poids de la famille, quitte à étouffer et se sentir étranger dans sa propre maison ? Faut-il vivre ses passions? On parle théâtre, mise en scène, jalousie, coulisses … Bien aimé.

Extraits:

Rien n’est aussi cruel que voir son enfant essuyer un échec et affronter la douleur qui en résulte. Toutefois, il est impossible de lui épargner de souffrir en l’empêchant d’essayer. Cela reviendrait à lui dire que vous ne croyez ni en ses capacités ni en son courage

N’importe quel dialogue ne peut que rater son effet si on le lit comme un horaire de chemin de fer

Quand on crée quelque chose, on y met tellement de soi-même qu’il très difficile d’accepter la critique

Avec l’aide de Dieu ! Car c’est probablement au-delà des capacités de qui que ce soit d’autre.

Le Christ est représenté devant une porte dont la poignée est à l’intérieur. Si nous ne l’ouvrons pas nous-mêmes, il lui est impossible d’entrer. Peut-être que le choix nous appartient toujours, en fin de compte ?

La plupart du temps, le mal tire son pouvoir du fait que nous sommes impuissants à le reconnaître. Il n’est pas repoussant du tout. Il n’attaque pas, il séduit

…crut voir passer entre eux un éclair de compréhension, si vif qu’il en était presque lumineux

— Les vrais vampires ? Un tel art de la séduction est pourtant bien réel ! Des personnes qui s’entredévorent, qui vivent en se nourrissant des émotions des autres…

la séduction qu’exerce la part d’ombre qui existe en chacun de nous

il existe plus d’une sorte de solitude… On peut passer sa vie entière avec des personnes qui pensent savoir qui vous êtes ou devriez être et qui ne vous autorisent jamais à devenir quelqu’un de différent.

10 Un Noël à Kanpur (2014) :

Inde britannique, 1857. Après qu’une vague de mutinerie a secoué la base militaire de Kanpur, personne n’est d’humeur aux festivités, à seulement deux semaines de Noël. Un soldat en état d’arrestation pour manquement au devoir a tué un garde et s’est échappé, porteur d’informations cruciales. Quelqu’un l’a forcément aidé, et l’infirmier John Tallis était dépourvu d’alibi au moment des faits. Or son procès pourrait lui coûter la vie… Mais pour le jeune lieutenant Victor Narraway, chargé de sa défense, le suspect semble dénué de motif. Un innocent pourrait-il être pendu avant Noël ?

Mon avis : Toujours sympa ces petits récits de Noël qui permettent de faire connaissance avec des personnages récurrents, principaux ou secondaires. Cette fois nous suivons Narraway, de la série Charlotte et Thomas Pitt. Ce petit texte nous permet de comprendre le caractère de celui qui sera le chef de Pitt, , nous éclairera sur son intuition, son acharnement à défendre, sa manière de ne pas lâcher l’affaire, son implication dans la recherche de la vérité, sa clairvoyance.

11: Le condamné de Noël  (2015) :

Londres, 1868. Alors que la période de Noël commence, Claudine Burroughs ne se sent pas joyeuse à l’idée des bals sans fin, des obligations sociales et des évènements somptueux. Venir en aide aux femmes dans le besoin à la clinique Hester Monk lui a ouvert les yeux sur un autre monde, et le fait que son mari n’approuve pas ce choix la rend malheureuse. Mais les deux univers qu’elle côtoie vont bientôt se rencontrer. Lors d’un gala de Noël, une femme est brutalement battue, et il apparaît rapidement qu’il s’agit d’une prostituée invitée clandestinement par l’un des invités. Le poète Dai Tregarron, accusé d’être l’agresseur, prétend qu’il ne faisait que protéger cette femme contre la violence de trois riches jeunes hommes. Claudine croit en l’histoire de Dai, mais face au rang social qui joue en sa défaveur, comment peut-elle prouver son innocence sans tout risquer ?

Mon avis : voir article

12 : Un Noël à New York (2016) :

La fille de Thomas Pitt, Jemima, est l’héroïne de ce nouveau mystère de Noël dans le New York de 1904.
Jemina Pitt, la fille du célèbre directeur de la Special Branch, a 23 ans durant l’hiver 1904. Elle décide d’accompagner sa jeune amie Delphinia Cardew à New York, sur le point de se marier avec l’aristocrate Brent Albright. Dans la haute société new-yorkaise, ce mariage est une grande affaire qui liera deux familles prodigieusement riches. Mais Jemina détecte une ombre mystérieuse planant sur la célébration. Maria, la mère de Delphinia, est absente de la fête et les Albright refusent de mentionner son nom. Et quand le frère du marié demande à Jemina de l’aider à retrouver Maria afin de prévenir un scandale, elle n’hésite pas à se lancer dans une enquête aussi inattendue que périlleuse.
De Hell’s Kitchen à Central Park, Jemina devra trouver son chemin à travers les rues enneigées de New York, sans se douter qu’un danger mortel la menace.

Mon avis : voir article

13 : Un Noël en Sicile » (2017) :

Île de Stromboli. Le solitaire James Latterly arrive à son petit hôtel en espérant que le ciel bleu, la douce brise et l’esprit de Noël lui changeront les idées. Malheureusement, la compagnie – un auteur pompeux, un colonel guindé, des époux mal assortis et un vieillard malade – se révèle d’un ennui mortel. À une charmante exception près : Candace Finbar, jeune adolescente orpheline qui prend James sous son aile et lui fait découvrir toutes les beautés de l’île. Mais le ciel limpide de Sicile se voile bientôt de nuages menaçants : une violente querelle, un gentleman désagréable qui clame être suivi, le volcan qui commence à s’agiter… Puis c’est le coup de tonnerre : un corps est découvert, et James comprend que le tueur doit se trouver parmi les clients de l’hôtel.

Mon avis : voir article

14 : Un Noël à Jérusalem » (2018) :

Après avoir visité toutes les grandes villes d’Europe, Vespasia avait un rêve : s’aventurer plus loin vers l’Orient. C’est pourquoi ce voyage vers Jérusalem était le plus beau cadeau de Noël que son mari, Victor Narraway, pouvait lui faire. Et la réalité dépasse rapidement ses attentes : au plaisir de la découverte d’une terre chargée d’histoire et de signification vient s’ajouter celui des rencontres faites en chemin. Comme cet astronome avec qui le couple se lie à Jaffa, un homme fascinant qui semble avoir parcouru le monde entier. Mais quand ce dernier est retrouvé égorgé, le seul indice étant un morceau de parchemin écrit dans une langue étrangère, accompagné d’un message implorant Victor de poursuivre la quête du défunt, le voyage des Narraway vers Jérusalem prend une tournure inattendue…

Mon avis : Voir article

 

2 Replies to “Perry, Anne « les petits crimes de Noël »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *