Portes, Jean-Christophe «L’Affaire des corps sans tête» (2015)

Portes, Jean-Christophe «L’Affaire des corps sans tête» (2015)

Auteur : Français, Né à : Rueil-Malmaison, le 21/03/1966 – Jean-Christophe Portes est journaliste et réalisateur. Il a fait des études à l’Ecole Nationale de Arts Décoratifs. Auteur d’une trentaine de documentaires d’investigation, de société ou d’histoire, il travaille pour les principales chaînes de télévision françaises

Romans : Série Victor Dauterive : L’Affaire des corps sans tête (2015) – L’Affaire de l’Homme à l’Escarpin (2016) – La Disparue de Saint-Maur (2017) –  L’espion des Tuileries (2018) – La trahison des Jacobins (2019)
Autres : Les Enfants du dernier salut (2017), Les experts du crime, Jean-Christophe Portes (2018) – Minuit dans le jardin du manoir (2019) –

Les enquêtes de Victor Dauterive dans la France révolutionnaire : tome 1

Présentation de la série )

City éditions – 2015 – 400 pages / 31. 05.2017 City poche 420 pages – Finaliste pour le prix du premier roman Lions club 2015

Résumé : 1791. On découvre des cadavres dans la Seine, nus et la tête coupée. Malgré l’émoi que cela provoque, Victor Dauterive, jeune officier de la nouvelle Gendarmerie nationale n’a guère le temps de s’en préoccuper : Lafayette, son mentor, l’a chargé d’arrêter Marat, ce dangereux agitateur qui en appelle au meurtre des aristocrates. Une mission qui tourne vite au cauchemar pour l’enquêteur qui joue sa vie en posant trop de questions. Les vainqueurs de la Bastille sont-ils de vrais patriotes ou des activistes corrompus ? Existe-il vraiment un Comité secret aux Tuileries, dans l’ombre de la Cour ? Et n’y aurait-il pas un lien entre Marat et ces corps flottant dans la Seine ? Peu à peu, Victor Dauterive lève le voile sur un effrayant complot. Une conspiration qui pourrait changer le cours de la Révolution…

Mon avis : Ah j’ai adoré ! Je vais suivre les aventures de Victor ! Moi qui me sens un peu orpheline depuis la disparition de Nicolas le Floch (malgré l’existence du Chevalier de Volnay), je vais pouvoir arpenter le Paris (la France) du XVIIIème siècle avec un nouveau compagnon Bien documenté, mêlant la petite et la grande Histoire, la réalité et la fiction, sans aucun temps mort… D’accord Dauterive est moins flamboyant que Le Floch, mais il est jeune… Laissons au petit protégé de Lafayette le temps de s’étoffer. Et il y a des personnages fascinants comme la féministe Olympe de Gouges (un petit conseil, lisez le livre de Benoîte Groult « Ainsi soit Olympe de Gouges ») . On plonge dans la Révolution Française, et dans un super polar historique. Trahisons, intrigues suspense… tout y est. Alors faites la connaissance de Victor Brunel de Saulon, chevalier d’Hauteville alias Victor Dauterive et je suis sûre que vous allez vouloir le suivre dans ses aventures… Quant à moi je ne vais pas tarder à me plonger dans une histoire d’escarpins vernis. Si vous aimez l’Histoire, la Révolution, cette série est faite pour vous. Et en ce début de XXIème siècle… les idées de cette époque se font à nouveau entendre dans les rues de France… Le passé et le présent sont en résonance…

Extraits :

La justice n’avait pas échappé à ce grand vent de liberté. Désormais, la loi serait la même pour tous, quelle que soit la naissance. Les juges et les commissaires seraient élus. Seule subsistait de l’Ancien Régime la maréchaussée, devenue Gendarmerie nationale.

Désormais, la maréchaussée s’appelait Gendarmerie nationale. Les anciens archers ou cavaliers, à présent dénommés gendarmes, seraient strictement soumis à l’autorité civile, et l’Assemblée nationale travaillait à établir un Code civil, dans l’esprit de la Déclaration des droits de l’homme.

la police est désorganisée, quand elle n’est pas discréditée. Nous ne pouvons plus compter ni sur nos commissaires, qui sont désormais élus, et dont certains ont basculé du côté des agitateurs, ni sur toutes nos anciennes mouches.

les noyés masculins, c’était un fait, traînaient face contre le sol au fond de l’eau, tandis que les femmes se retrouvaient toujours sur le dos.

Écoutez ce que dit Robespierre, reprit le menuisier en dépliant le papier : Le peuple ne demande que tranquillité, justice, que le droit de vivre ; les hommes puissants, les riches sont affamés de distinctions, de trésors, de voluptés. L’intérêt, le vœu du peuple est celui de la nature, de l’humanité ; c’est l’intérêt général. L’intérêt, le vœu des riches et des hommes puissants est celui de l’ambition, de l’orgueil, de la cupidité, des fantaisies les plus extravagantes, des passions les plus funestes au bonheur de la société. Les abus qui l’ont désolée furent toujours leur ouvrage : ils furent toujours les fléaux du peuple. Aussi, qui a fait notre glorieuse Révolution ? Sont-ce les riches ? Sont-ce les hommes puissants ? Le peuple seul pouvait la désirer et la faire.

la Révolution, n’était-ce pas d’abord un immense besoin de Justice, et d’Égalité ?

on avait bel et bien créé deux catégories de citoyens. Pourtant, les envolées lyriques de ce Robespierre lui semblaient dangereuses : à force de trop réclamer, les patriotes risquaient de finalement tout perdre.

Les ouvriers pourront comme tout un chacun s’élever dans le monde, intervint Condorcet. Nous y travaillons. Sachez que je prépare avec Talleyrand une loi sur l’instruction publique.

C’était donc cela, le pouvoir : une succession de mensonges et de trahisons, loin des regards du peuple, bien loin du service des idées.

Site de Jean Christophe Portes 

Lire aussi : la chronique sur la série sur le blog Le Club du roman historique 

Lire aussi : la chronique sur le livre de Benoîte Groult « Ainsi soit Olympe de Gouges » (2013)

Photo : Marat

One Reply to “Portes, Jean-Christophe «L’Affaire des corps sans tête» (2015)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *